Sur la première photo : Maggie Tremblay et Mathieu Fontaine sont les propriétaires de la ferme Les Jardins du futur simple. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Depuis quelques années déjà, les paniers d’aliments locaux, que ce soit fruits, légumes, viandes ou produits laitiers, sont en vogue et permettent aux agriculteurs de s’assurer d’un revenu stable. La plupart d’entre eux garantissent fraîcheur et aliments certifiés biologiques. Derrière ce modèle se cache une façon différente de vivre et de voir les choses.

«Depuis que je suis tout petit, je veux être un agriculteur, même si je ne viens pas du tout de ce milieu-là», lance d’emblée Mathieu Fontaine, copropriétaire avec sa conjointe, Maggie Tremblay, de la ferme Les Jardins du futur simple située à Saint-Vallier, ayant un point de livraison à Saint-Nicolas ainsi qu’à Lévis, dans l’arrondissement Desjardins.

Ces deux agriculteurs originaires de Pintendre ont décidé de changer leur vie lorsqu’ils ont commencé à bâtir une famille. «Depuis des années, on s’intéressait au mode de vie agricole. À un moment donné, on s’est dit que c’était maintenant ou jamais. On a fait le grand saut», partage Maggie Tremblay. Ensemble, ils ont acheté une terre d’un hectare et cultivent des légumes biologiques. 

Des paniers qui permettent une rentrée d’argent

 «Le principe des paniers, c’est que les membres payent d’avance. Ce n’est pas que charmant, mais nécessaire pour nous, parce qu’on avait peu de moyens quand on a débuté. On avait 21 paniers la première année (2016), 48 la deuxième (2017), 106 l’année dernière (2018) et cette année, tout près de 200. L’engouement est là, c’est parti de Montréal, ça s’en vient vers l’est. En ce moment, on est en plein dedans», expliquent les maraîchers de Saint-Vallier.

De son côté, la coopérative La Mauve a poussé le concept à un autre niveau. Cette dernière fait affaire avec plusieurs fermes de la région afin de rassembler une large gamme de produits qu’elle peut redistribuer via ce même concept de paniers. Elle compte à ce jour, 23 maraîchers certifiés biologiques, 12 éleveurs de viandes avec un cahier de charges strictes et certains transformateurs d’aliments de la région de Bellechasse.

«L’idée vient des producteurs qui voulaient s’unir pour offrir plus de produits aux abonnés. Le but premier, c’est d’être bio et local, mais aussi que ce soit le circuit le plus court possible. Les producteurs locaux viennent chez nous et nous, nous allons vers les abonnés qui se situent majoritairement à Lévis et Québec. Notre philosophie là-dedans, c’est de rassembler le plus de monde possible pour offrir le plus grand choix», assure Carolyne Hamel, directrice générale de La Mauve.

De son côté, la ferme laitière Phylum, située à Saint-Nicolas, lancera en septembre prochain un concept unique au Québec inspiré de la formule des paniers.

«Depuis 2015, il y a une baisse énorme du prix du lait. Il y a une flambée du prix des intrants pour le marché de l’alimentation. Nos coûts de production ont explosé, mais pas nos entrées. On se retrouvait devant un choix, soit on arrêtait la production ou on innovait», ajoute Patrick Soucy, copropriétaire de la Ferme Phylum. Ces derniers proposeront des paniers de produits laitiers qu’ils auront eux-mêmes transformés à leur usine. 

Une envie de faire découvrir

 La Mauve, Les Jardins du futur simple et la Ferme Phylum s’entendent tous sur le fait que les aliments qu’ils produisent ne peuvent pas se comparer aux produits vendus dans les magasins grande surface étant donné la fraîcheur de ces derniers. 

«Les gens qui adhèrent à cette philosophie aident une famille, mais les produits sont réellement meilleurs au goût. C’est surtout ça qui attire les gens», avance la représentante de La Mauve.

«En produisant nous-même notre lait, nos produits sont certifiés clean label, donc ils sont le moins dégradés possible lors de la transformation. C’est l’envie de faire découvrir des produits frais et naturels. Le goût est bien meilleur et les gens nous le disent», ajoute Patrick Soucy.

«Le créneau dans lequel on est, c’est une fraîcheur absolue. Certains légumes qu’on va livrer aujourd’hui ont été cueillis ce matin. La qualité et le goût prônent. En épicerie, on n’a plus accès à ce qu’on met en terre ici. Les enfants de nos membres ont hâte de manger des légumes!», conclut Mathieu Fontaine.

Les plus lus

Le marché immobilier grouille à Lévis

Les récentes statistiques du marché immobilier résidentiel viennent d’être dévoilées par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). Selon ces données, Lévis a vu ses ventes bondir dans le second trimestre de l’année en cours, mais les prix sont restés somme toute stables.

Nouvelle radio basée à Lévis

Basée à Lévis, l’entreprise Notre Média lance aujourd'hui sa radio Web, NIKY Radio. Si le nouveau média s’adresse d’abord et avant tout à des auditeurs provenant de partout en province et même de la planète, plusieurs voix bien connus dans la région pourront y être entendues.

La Chambre de commerce de Lévis a un nouveau président

La Chambre de commerce de Lévis (CCL) a tenu son assemblée générale, le 11 septembre. En plus du bilan, des bons coups de l’année écoulée et des enjeux à venir, les nouveaux membres de son conseil d’administration ont été désignés.

Une philosophie derrière ces paniers de produits locaux

Depuis quelques années déjà, les paniers d’aliments locaux, que ce soit fruits, légumes, viandes ou produits laitiers, sont en vogue et permettent aux agriculteurs de s’assurer d’un revenu stable. La plupart d’entre eux garantissent fraîcheur et aliments certifiés biologiques. Derrière ce modèle se cache une façon différente de vivre et de voir les choses.

Grève des chauffeurs de taxi ce jeudi

Plusieurs chauffeurs de taxi de Lévis prendront part, ce jeudi, à la grève tournante que les chauffeurs de taxi de partout au Québec ont amorcée aujourd’hui.

Un pub ludique à Saint-Romuald

C’est le 20 septembre que le Joker pub ludique ouvrira ses portes à Saint-Romuald, dans le Complexe Pôle Sud de Logisco.

Entretien avec la nouvelle directrice générale de la CCL

Le 23 avril dernier, la Chambre de commerce de Lévis (CCL) annonçait l’embauche de sa nouvelle directrice générale, Marie-Josée Morency, une femme d’affaires qui a notamment rempli pareilles fonctions au sein de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord de 2010 à 2017. Maintenant qu’elle s’est acclimatée à son nouveau milieu de travail, voici une entrevue réalisée par le Journal (JDL...

Une jeune pousse qui fait voir la vie en vert

Une entreprise lévisienne fondée en 2016 a créé un jardin d’intérieur qui permet de faire pousser des légumes biologiques toute l’année, même dans le salon. Depuis, OGarden ne cesse de grandir.

Une acquisition majeure pour Société VIA

L’entreprise de recyclage Société VIA a intégré un cinquième lecteur optique aux installations de son centre de tri de Lévis. Cet ajout représente un investissement de plus de 2 M$ et permettra d’accroître considérablement sa production.

Pelletier Déco Surfaces achète Plancher Bois Franc 2000

L’entreprise lévisienne Pelletier Déco Surfaces a officialisé, le 17 septembre, la transaction effectuée en novembre dernier qui lui a permis d’acquérir Plancher Bois Franc 2000 et ses deux bannières sœurs : la Boutique du Plancher et Bois Franc du Lac. L’entité qui regroupe désormais ses différentes bannières, le Groupe Pelletier, devient donc le plus grand détaillant de couvre-plancher au Québec...