Pierre Nibart a cofondé OGarden qui commercialise des jardins circulaires pour l’intérieur. CRÉDIT : COURTOISIE

Une entreprise lévisienne fondée en 2016 a créé un jardin d’intérieur qui permet de faire pousser des légumes biologiques toute l’année, même dans le salon. Depuis, OGarden ne cesse de grandir.

Comment faire pour réduire l’impact environnemental de la production d’aliments, tout en permettant aux gens de manger plus santé? C’est la question que se posaient les deux entrepreneurs derrière OGarden, une entreprise installée à Lévis depuis trois ans.

«On voulait rendre les gens plus autonomes au niveau alimentaire», ajoute Pierre Nibart, cofondateur d’OGarden. 

Dans une roue munie d’un éclairage adapté pour amener les pousses à maturité et d’un système d’arrosage automatique à l’aide d’un réservoir d’eau qu’il suffit de remplir tous les dix jours, les plantes grandissent jusqu’à ce qu’elles soient prêtes à être récoltées. La croissance des semis démarre dans le meuble. Les légumes poussent dans du terreau biologique.

La forme de l’appareil «vient de la NASA qui avait développé un système circulaire pour l’espace. Mais elle a laissé tomber l’idée, car elle avait plusieurs problèmes techniques», explique Pierre Nibart.

Avec «un gros travail de recherche et développement et de tests», les créateurs remettent l’idée de l’agence spatiale à leur «sauce» et inventent finalement un nouvel appareil pour cultiver en intérieur. La roue permet d’avoir une seule lampe, qui éclaire toutes les plantes à 360 degrés, et d’optimiser l’espace.

«La version qu’on propose aujourd’hui, c’est la version 23. Il y a eu beaucoup d’essais-erreurs et de bricolage dans un garage pour trouver au final une manière de faire pousser les plantes», raconte-t-il. Les défis techniques à relever ont d’ailleurs été nombreux pour avoir une belle croissance des plantes et un appareil facile à utiliser.

90 légumes en même temps

«Au début, ça a commencé avec une espèce de réfrigérateur désossé avec des tuyaux partout. Il y avait beaucoup de défis, parce qu’on voulait arriver à un appareil très compact, économique en énergie et qui fasse une différence dans la production. On ne voulait pas juste deux ou trois légumes. Aujourd’hui, l’appareil peut contenir 90 légumes en même temps.» 

Enfin, les entrepreneurs s’attaquent au processus d’industrialisation afin de «passer du prototype à une invention qui fonctionne et peut être produite en centaines, voire en milliers d’exemplaires».

Pendant les deux premières années, l’entreprise fabrique les appareils «de manière plus artisanales, en découpant des morceaux de plastique et de bois dans sa petite usine». Jusqu’à ce que les entrepreneurs trouvent le financement nécessaire à la fabrication d’une vingtaine de moules différents pour produire les pièces sur mesure. 

Si la production des appareils n’est pas réalisée au Canada, «ce qu’on a vraiment essayé de garder local, ce sont les semis en pot : la terre, l’engrais et les semences sont biologiques», assure Pierre Nibart.

Deux campagnes de socio-financement ont permis de réunir les sous nécessaires au lancement et à la production des deux formats de jardin d’intérieur signés OGarden. «Ça permet de présenter son projet et de voir si le produit convient vraiment à ce que les gens veulent. Est-ce que ça plait et qu’il y a un potentiel, un marché?», note celui qui dirige maintenant l’entreprise.

Lors de la seconde campagne, 1 500 personnes ont participé et ont permis à l’entreprise de réunir plus d’un million de dollars. Le signe que le jardin d’intérieur s’inscrit «dans la tendance du moment» et qu’il y a «un intérêt très fort pour ce genre de produit».

L’entreprise reçoit des commandes de partout sur la planète. Jusqu’à 2 000 appareils par mois pourront être manufacturés au maximum de la capacité de production, qui se situait au printemps autour de 600. Avec une dizaine d’employés, OGarden investit dans la recherche et le développement et prépare de nouveaux produits et accessoires.

Les plus lus

Une station-service nouvelle génération à Lévis

Une station multiénergie est maintenant en service à Lévis, grâce à un investissement de plus de 10 M$. EBI Énergie, Groupe Crevier, Énergir et le Circuit électrique d’Hydro-Québec se sont regroupés pour proposer à un même emplacement des carburants traditionnels et alternatifs à proximité de l’autoroute 20 à Saint-Nicolas.

Fuite de données chez Desjardins : tous les membres particuliers touchés

Desjardins a annoncé le 1er novembre que la veille, la Sûreté du Québec (SQ) a informé la coopérative financière de Lévis que son enquête tend maintenant à démontrer que ce sont les données des 4,2 millions de membres particuliers qui sont touchées par la fuite de renseignements personnels dévoilée le 20 juin dernier.

Cocité Lévis : un plan de 315 M$ sur la table

Comme rapporté par le Journal en juin dernier, l’entreprise Humaco Stratégies a procédé au dévoilement de ses plans pour Cocité Lévis, son projet immobilier et commercial à la tête des ponts en bordure du fleuve Saint-Laurent et de la route Marie-Victorin à Saint-Nicolas, le 7 novembre.

Un bureau à Lévis pour Ouellet Canada

Ouellet Canada a annoncé, le 16 septembre, qu’elle a ouvert un bureau à Lévis, dans un immeuble de Logisco au Carrefour Saint-Romuald.

Le nouveau Sports Experts des Galeries Chagnon ouvre ses portes

Regroupant les bannières Sports Experts, Atmosphère et Entrepôt du Hockey, le nouveau magasin du Groupe Boucher Sports aux Galeries Chagnon a ouvert ses portes le 6 novembre. Pour marquer la concrétisation de cet investissement majeur, l’entreprise a tenu, la veille, un cocktail d’ouverture où 300 personnes étaient conviées.

Une cellule de propulsion entrepreneuriale pour Lévis

Très bientôt, une dizaine d’entrepreneurs de la région d’une entreprise de moins de 10 employés pourront prendre part à la Cellule de propulsion pour entrepreneur. Ce programme d’accompagnement entrepreneurial sera mis en place par le Service aux entreprises de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) en collaboration avec la Clinique d’accompagnement entrepreneurial du Québec.

Le Groupe Maurice inaugure le Margo

C’est en présence de quelque 300 résidents et de nombreux dignitaires, dont la ministre responsable des Aînés du Québec, Marguerite Blais, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et le député fédéral sortant de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, que le Groupe Maurice a inauguré, le 9 octobre, le Margo, son nouveau complexe résidentiel pour retraités situé dans le quartier Miscéo.

Habitations Trigone s’installe à Saint-Nicolas

Accompagnée du Fonds immobilier de solidarité FTQ, Habitations Trigone a effectué le lancement de son complexe résidentiel tout inclus à Saint-Nicolas, Axès Trigone Le Nicolas, le 25 octobre dernier. Déjà en chantier, le projet qui comprendra 134 unités prévoit pouvoir accueillir les locataires dès juin 2020.

Une nouvelle clinique vétérinaire verra le jour à Charny

L’entreprise L2 Construction a dévoilé, le 20 novembre, les détails du projet Harmonia, une clinique vétérinaire intégrative qui ouvrira ses portes ce printemps à Charny.

Un mois pour faire connaître un type d’entrepreneuriat méconnu

C’est dans le cadre d’une activité consacrée à la reprise collective d’entreprise et en présence de Marie-Eve Proulx, ministre déléguée au développement régional et ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, que la Table régionale d’économie sociale de Chaudière-Appalaches (TRÉSCA) a donné le coup d’envoi régional du Mois de l’économie sociale, le 1er novembre au Patro de Lévis. Par ce mois ...