Jocelyn Boudreau explique à M. Lamontagne le fonctionnement des nouveaux appareils qui serviront au projet. CRÉDIT : SAMY-NICOLAS LÉVESQUE

Le gouvernement du Québec a attribué 4,7 M$ à Gestion AgrlA pour leur projet qui vise à augmenter la productivité tout en diminuant la production de gaz à effet de serre (GES) des producteurs agricoles.

Par Samy-Nicolas Lévesque - Collaboration spéciale

C’est dans le cadre d’une conférence de presse qui a eu lieu dans les bureaux de l’entreprise lévisienne Hortau, le 17 septembre dernier, que le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, a fait cette annonce.

Ce montant vient soutenir le projet de l’organisation à but non lucratif (OBNL), Gestion AgrlA, d’une valeur de 13 M$. Le but est de développer un système intégré d’IdO (Internet des objets) pour assurer un suivi de plusieurs facteurs de stress des cultures.

Grâce à des modèles agronomiques et à une intelligence artificielle, les agriculteurs pourront établir des prévisions et optimiser les interventions dans leurs champs. Le tout en réduisant de façon considérable leurs émissions de GES. Selon le Groupe AgrIA, il s’agit d’un pas vers la première technologie prédictive et de contrôle global pour des productions végétales plus performantes et pour un impact positif sur l’environnement.

Sachant qu’après le transport, la production agricole se trouvait au deuxième rang dans la création de GES, le gouvernement ne pouvait passer à côté de cette circonstance opportune.

«Les objectifs du gouvernement sont ambitieux, soit de réduire de 37,5 % les gaz à effet de serre d’ici 2030. Alors, chaque fois qu’on a une opportunité d’agir de la sorte et bien il est important pour nous de saisir cette opportunité», a expliqué le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

Bénéfique pour le Québec

Gestion AgrlA est un OBNL fondé par trois partenaires, soit Les Fermes Tri-Jardins (Saint-Léonard-d’Aston), la Ferme Jean-Noël Gagné (Saint-Bernard-de-Beauce) et Hortau. Pour le cofondateur et président-directeur général d’Hortau, Jocelyn Boudreau, il était primordial qu’un projet de la sorte voie le jour.

«La population actuellement augmente très rapidement. On est 7,7 milliards d’habitants présentement et l’ONU prévoit que nous serons 10 milliards en 2050. C’est pourquoi nous essayons de réduire notre impact et notre émission de gaz tout en essayant de nourrir une population grandissante», a-t-il affirmé.

En plus des avantages sur la production et sur l’environnement, ce projet mobilisera plusieurs entreprises québécoises. Selon l’entreprise de Saint-Nicolas, au moins six institutions de recherche québécoises ainsi que huit fournisseurs du Québec seront mobilisés pour le projet.

«Dans les années suivant la fin du projet, on compte déployer cette technologie sur plus de 150 000 acres de culture au Québec seulement, réalisant des économies de      200 000 kt de CO2. Le projet permettra, aussi, la création d’emploi au Québec et au Canada», a soutenu Jocelyn Boudreau. 

Il prévoit aussi que le nombre d’employés chez Hortau à Saint-Nicolas doublera d’ici la fin du projet.

Les plus lus

Les fournisseurs de la Davie déjà à pied d’œuvre

À l’aube de l’inclusion de la Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale, plus de 200 fournisseurs se sont rassemblés le 28 janvier à Lévis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

Saint-Vallier : La Mauve en danger

La coopérative La Mauve de Saint-Vallier, qui se spécialise dans la transformation et la distribution de produits bio et locaux, notamment à Lévis, vit des moments difficiles.

Une bourse d’honneur pour le Bunker de la science

Dans le cadre d’une initiative du gouvernement du Québec, David Bertrand, cofondateur du Bunker de la science situé dans le secteur de la Traverse, s’est mérité une bourse de 25 000 $ et 1 an de mentorat offert par le Réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

Nouveaux propriétaires pour les Portes du Québec

Stéphanie Poitras et son conjoint Simon Lachance ont acquis, le 1er octobre, les Portes du Québec, une entreprise lévisienne spécialisée dans la vente, l’installation et la réparation de portes de garage Garaga.

Celco fermera ses portes

Selon ce que rapporte Radio-Canada, l'usine de portes Celco, propriété de la multinationale Masonite située dans le parc industriel de Saint-Romuald, fermera ses portes. 60 personnes perdront leur emploi au cours des prochains mois en raison de cette décision.

Lévis se distingue au gala des prix Nobilis

L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) – région de Québec, a dévoilé, le 28 novembre, les 21 projets lauréats d’un Prix Nobilis 2019, dans le cadre de la 33e édition de son gala, célébrant l’excellence en habitation sur le territoire de l’APCHQ - région de Québec. Plusieurs projets réalisés par des entrepreneurs lévisiens ou à Lévis ont été honorés...

Un centre d’entraînement dans le quartier Miscéo

Gym Facteur 23 a officiellement ouvert ses portes le 14 décembre dernier.

La semaine de la Poutine bientôt de retour

C’est du 1er au 7 février prochain que se tiendra la huitième édition de La semaine de la Poutine (Poutine Week). 96 établissements de la grande région de Québec prendront part à la compétition culinaire amicale, dont plusieurs de Lévis.

Un nouveau chef à L’intimiste

Martin Patry, propriétaire du restaurant L’intimiste, a annoncé, le 27 janvier, la venue d’un nouveau chef à son restaurant. Depuis les dernières semaines, Guillaume Mundviller (sur la photo) est à la barre des cuisines de l’établissement du Vieux-Lévis.

L’École des entrepreneurs du Québec s’implantera à Lévis

En pleine croissance, l’École des entrepreneurs du Québec (EEQ) créera quatre nouveaux campus. La Chaudière-Appalaches fait partie des quatre régions retenues avec les Laurentides, la Montérégie et le Saguenay−Lac-Saint-Jean.