Gilles Lehouillier, maire de Lévis, Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national, et Claude Caron, l'un des fondateurs de Jambette.

L’entreprise Jambette, qui fabrique des jeux d’extérieur, vient de réaliser un projet d’expansion. Afin de moderniser son parc de machines et d'augmenter sa capacité de production, la PME de Lévis a reçu une contribution remboursable de 400 000 $ de Développement économique Canada (DEC).

Grâce à l'appui du gouvernement du Canada l'entreprise lévisienne Jambette, qui conçoit et fabrique des modules de jeux et des équipements récréatifs, a fait l’acquisition d'équipements à contrôle numérique de dernière génération pour automatiser certains de ses procédés et ainsi, augmenter sa production.

«Par cette contribution, le gouvernement du Canada appuie un projet visant la productivité ainsi que la croissance, et une entreprise qui est unique», a déclaré Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national, venu annoncer l’octroi du financement par DEC à Jambette dans les locaux du fabricant, le 2 mars.

Jambette a investi dans une table de découpe numérique, un convoyeur aérien, une chambre de sablage, une cintreuse numérique, un robot plasma et de nouveaux logiciels. Les employés ont aussi été formés à utiliser ces équipements à la fine pointe de la technologie.

Innover pour croître

«Le robot fait de la découpe au plasma de tuyaux. C’est une découpe qui était très difficile à faire sans numérisation. On programme le dessin et le robot découpe le tuyau à la forme qu’on veut», explique Claude Caron, qui a fondé l’entreprise en 1983 avec Guy Caron et Richard Boucher.

L’informatisation, la robotisation et l’automatisation de certaines opérations de production, qui étaient auparavant faites à la main, a ainsi permis un gain de précision et davantage rapidité. Les équipements permettent aussi de pallier le manque de main-d’œuvre qui touche la région.

«C’est l’avenir. Si on ne le fait pas, on va disparaître dans quelques années. On n’a pas le choix de progresser, car on est en compétition avec les européens et les américains», souligne le fondateur.

Développer de nouveaux marchés

La PME veut en effet consolider sa place sur les marchés canadien et américain en continuant à se développer. L’entreprise a donc investi dans son site Internet et le Web marketing.

L’aide reçu lui a également permis de participer à des salons et de réaliser des documents de prospection ainsi que leur traduction en anglais, toujours dans la perspective de conquérir de nouveaux marchés.

Pour la ministre du Revenu national, Jambette «se démarque en allant à la conquête de nouveaux marchés». Diane Lebouthillier s’est réjouie que l'aide allouée ait permis de créer onze emplois dans la région et que DEC appuie «un exportateur, contribuant à la renommée du Canada en matière de produits spécialisés de qualité».

Des jeux adaptés à tous les enfants

«Au début, c’était des jeux en bois, des grosses pièces de bois. Ça ressemblait à des grosses structures. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus fin et plus pensé. On peut mettre plus de couleurs grâce au métal», explique Claude Caron.

Pour se démarquer, Jambette a misé sur le développement de jeux d’extérieur qui stimulent la psychomotricité, l’imagination, l’apprentissage et la socialisation. En proposant des jeux adaptés pour les enfants qui ont des besoins particuliers, «de l’autisme aux problèmes physiques», le fabricant défend l’approche inclusive qui le caractérise.

Jambette compte 80 employés à Lévis, réalise entre 400 et 500 contrats par année et affiche un chiffre d’affaires de 13 M$.

D’où vient le nom Jambette?

Techniciens en architecture, les fondateurs ont d’abord conçu leurs premiers jeux en bois. Le nom de l’entreprise vient de celui d’une pièce de bois qui composait les toits des maisons ancestrales, puisque «chacune de ces pièces a un nom, faîtière, arbalétrier…» Et jambette.

«On a trouvé que le nom était amusant», se rappelle Claude Caron. Le nom trouvé évoquait ainsi le matériau utilisé pour construire les jeux en même temps que le métier de ceux qui avaient créé l’entreprise.

Les plus lus

Des cinémas dans la tourmente de la COVID-19

Fermés depuis le 15 mars à cause de la pandémie de la COVID-19, comme les autres lieux de rassemblement tels que les bars ou les salles de spectacle, les salles obscures pourraient faire partie des derniers lieux à rouvrir selon le plan de déconfinement du gouvernement. Directeur des cinémas Lido et des Chutes à Lévis, Sylvain Gilbert se retrouve dans une situation intenable.

Une trentaine de spécialistes souhaités au Complexe Santé Lévis-Les Rivières en 2021

Medway, qui gère trois complexes médicaux à Lévis, annonce deux nouveaux investissements sur le territoire. Le groupe agrandira le Complexe Santé Lévis-Les Rivières pour 10 M$. L’entreprise lévisienne s’est aussi portée acquéreur des murs et du terrain de la Clinique médicale Lévis-Métro.

Une entreprise lévisienne masque le premier ministre

Isabelle Senay et son équipe ont été mises sous les projecteurs le 18 mai dernier lorsque le premier ministre du Québec, François Legault, a fait savoir lors de son point de presse quotidien que le masque qu’il arborait provenait de l’entreprise lévisienne Ruban et bouton.

Les services funéraires perturbés par la COVID-19

La crise de la COVID-19 entraîne son lot de défis pour plusieurs entreprises de la région. Le domaine funéraire n’y fait pas exception et le Groupe Garneau thanatologue, maison funéraire lévisienne, doit plancher sur diverses solutions afin de faire face aux problèmes particuliers que vit cette industrie.

Des commerçants envahis par les consommateurs

Comme dans d’autres régions du Québec, les commerçants lévisiens offrant des produits permettant aux gens du Grand Lévis de profiter de l’extérieur sont pris d’assaut par de nombreux consommateurs. Particulièrement la fin de semaine, de longues files d’attente peuvent être observées.

Primes pour les employés de résidences pour aînés : la CSN déplore le comportement du Groupe Sélection

Par voie de communiqué, plusieurs dirigeants de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) ont déploré, le 21 mai, que le Groupe Sélection «a choisi à ce jour de ne pas verser les montants rétroactifs au 15 mars» à ses employés alors que «plusieurs employeurs du secteur privé ont accepté de verser des primes à leurs employés des résidences pour personnes âgées pour la durée de la crise de la C...

Le taux de chômage explose dans la région

La crise de la COVID-19 continue d’être dommageable pour l’économie. Selon les dernières estimations que l’on peut retrouver dans l’Enquête sur la population active (EPA) du mois d’avril de Statistique Canada, le taux de chômage de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, dont fait partie de Lévis, a atteint 9,5 % au mois d’avril.

La COVID-19 influence les résultats financiers de Desjardins

Le Mouvement Desjardins a présenté, le 13 mai, ses résultats financiers pour le premier trimestre de 2020. Une baisse des excédents est survenue, provoquée par la crise économique causée par la pandémie de la COVID-19.

Des écoles de conduite veulent rouvrir

Les écoles de conduite du Québec sont fermées depuis le 13 mars. Le 31 mai dernier, le réseau d'écoles de conduite Tecnic a demandé leur réouverture et a proposé des mesures de salubrité au gouvernement provincial.

Un retour aux affairesqui se déroule bien

La réouverture des commerces de détail, autorisée par le gouvernement provincial le 4 mai, a été reçue comme une bouffée d’air frais par le milieu entrepreneurial lévisien. Et jusqu’à maintenant, la reprise des activités commerciales se déroulent bien selon divers intervenants interrogés par le Journal.