CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Selon un sondage publié mercredi par l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ), environ 60 % des entreprises actives dans le secteur de la construction et de la rénovation résidentielles craignent de ne pas survivre si les chantiers restent fermés pendant deux mois.

«Il y a tout juste une semaine, le gouvernement du Québec fermait les chantiers de construction à travers la province. À la suite de cette annonce, nous voulions avoir des données précises sur la réalité financière des entrepreneurs. Incontestablement, les résultats de notre sondage dressent un portrait inquiétant des impacts de la crise sanitaire de la COVID-19 pour le secteur de la construction», a d'emblée indiqué François Bernier, vice-président principal affaires publiques à l’APCHQ.

Toujours selon l'enquête réalisée auprès de 405 membres de l'APCHQ, en date du 25 mars, 73 % des entrepreneurs du secteur résidentiel font face à des annulations de contrats. Pour deux entrepreneurs sur trois, ceci s’est traduit par une baisse immédiate du chiffre d’affaires annuel, allant de 10 % à 50 %.

Au moment d’effectuer le sondage, 76 % des entrepreneurs avaient déjà procédé à des mises à pied, en moyenne 5,7 travailleurs par entreprise. 87 % des entreprises sondées estiment qu'elles vont perdre la moitié de leurs revenus pour l'année si les chantiers restent fermés et près de 80 % d'entre elles ne survivraient pas plus de trois mois sans aide gouvernementale.

«Il est important que le secteur de la construction reprenne ses activités au plus vite. Le secteur résidentiel, particulièrement du côté de la rénovation, est l’un de ceux qui peut réagir le plus rapidement dans un contexte de reprise économique et en présence d’incitatifs. On se souviendra de l’impact important des crédits d’impôt à la rénovation au lendemain de la crise financière de 2008-2009. Cette fois, des mesures de soutien aux acheteurs d’habitations neuves seraient également à considérer», a demandé François Bernier.

D'ailleurs, l'APCHQ a fait savoir qu'elle offre son entière collaboration au gouvernement et aux partenaires de l'industrie «pour trouver et mettre en place des propositions concrètes, réalisables et porteuses d’avenir».

Les plus lus

Des cinémas dans la tourmente de la COVID-19

Fermés depuis le 15 mars à cause de la pandémie de la COVID-19, comme les autres lieux de rassemblement tels que les bars ou les salles de spectacle, les salles obscures pourraient faire partie des derniers lieux à rouvrir selon le plan de déconfinement du gouvernement. Directeur des cinémas Lido et des Chutes à Lévis, Sylvain Gilbert se retrouve dans une situation intenable.

Une trentaine de spécialistes souhaités au Complexe Santé Lévis-Les Rivières en 2021

Medway, qui gère trois complexes médicaux à Lévis, annonce deux nouveaux investissements sur le territoire. Le groupe agrandira le Complexe Santé Lévis-Les Rivières pour 10 M$. L’entreprise lévisienne s’est aussi portée acquéreur des murs et du terrain de la Clinique médicale Lévis-Métro.

Une entreprise lévisienne masque le premier ministre

Isabelle Senay et son équipe ont été mises sous les projecteurs le 18 mai dernier lorsque le premier ministre du Québec, François Legault, a fait savoir lors de son point de presse quotidien que le masque qu’il arborait provenait de l’entreprise lévisienne Ruban et bouton.

Les services funéraires perturbés par la COVID-19

La crise de la COVID-19 entraîne son lot de défis pour plusieurs entreprises de la région. Le domaine funéraire n’y fait pas exception et le Groupe Garneau thanatologue, maison funéraire lévisienne, doit plancher sur diverses solutions afin de faire face aux problèmes particuliers que vit cette industrie.

Des commerçants envahis par les consommateurs

Comme dans d’autres régions du Québec, les commerçants lévisiens offrant des produits permettant aux gens du Grand Lévis de profiter de l’extérieur sont pris d’assaut par de nombreux consommateurs. Particulièrement la fin de semaine, de longues files d’attente peuvent être observées.

Primes pour les employés de résidences pour aînés : la CSN déplore le comportement du Groupe Sélection

Par voie de communiqué, plusieurs dirigeants de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) ont déploré, le 21 mai, que le Groupe Sélection «a choisi à ce jour de ne pas verser les montants rétroactifs au 15 mars» à ses employés alors que «plusieurs employeurs du secteur privé ont accepté de verser des primes à leurs employés des résidences pour personnes âgées pour la durée de la crise de la C...

Le taux de chômage explose dans la région

La crise de la COVID-19 continue d’être dommageable pour l’économie. Selon les dernières estimations que l’on peut retrouver dans l’Enquête sur la population active (EPA) du mois d’avril de Statistique Canada, le taux de chômage de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, dont fait partie de Lévis, a atteint 9,5 % au mois d’avril.

La COVID-19 influence les résultats financiers de Desjardins

Le Mouvement Desjardins a présenté, le 13 mai, ses résultats financiers pour le premier trimestre de 2020. Une baisse des excédents est survenue, provoquée par la crise économique causée par la pandémie de la COVID-19.

Des écoles de conduite veulent rouvrir

Les écoles de conduite du Québec sont fermées depuis le 13 mars. Le 31 mai dernier, le réseau d'écoles de conduite Tecnic a demandé leur réouverture et a proposé des mesures de salubrité au gouvernement provincial.

Un retour aux affairesqui se déroule bien

La réouverture des commerces de détail, autorisée par le gouvernement provincial le 4 mai, a été reçue comme une bouffée d’air frais par le milieu entrepreneurial lévisien. Et jusqu’à maintenant, la reprise des activités commerciales se déroulent bien selon divers intervenants interrogés par le Journal.