À la tête du Groupe Garneau, Marie Eve et Valérie Garneau ont du plancher sur diverses solutions afin de faire face aux défis particuliers que vivent les maisons funéraires en raison de la COVID-19. CRÉDIT : COURTOISIE

La crise de la COVID-19 entraîne son lot de défis pour plusieurs entreprises de la région. Le domaine funéraire n’y fait pas exception et le Groupe Garneau thanatologue, maison funéraire lévisienne, doit plancher sur diverses solutions afin de faire face aux problèmes particuliers que vit cette industrie.

Présentement, le principal problème que rencontre les maisons funéraires du Québec porte en tant que tel sur le rituel funéraire. En effet, en raison des directives gouvernementales, les funérailles doivent se dérouler selon des normes strictes afin d’empêcher un important rassemblement de personnes.

«On peut s’occuper de la dépouille, rencontrer les familles pour nos services-conseils, mais les familles ne peuvent pas se réunir. Au Québec, c’est ancré dans les traditions d’aller réconforter les membres de sa famille lorsqu’un décès survient, pas juste d’aller se recueillir seul devant la dépouille sans contact avec les endeuillés. […] Depuis le début de la crise, nous n’avons tenu nos premières funérailles qu’il y a deux semaines et demie», ont partagé Marie Eve Garneau, directrice aux opérations du Groupe Garneau, et Valérie Garneau, directrice aux finances de l’entreprise lévisienne.

Toutefois, les deux dirigeantes de la maison funéraire lévisienne ont rappelé que si les funérailles prennent une forme hors de l’ordinaire, des cérémonies peuvent toujours avoir lieu en respectant les consignes de la Santé publique, permettant ainsi aux familles de cheminer dans leur deuil.

Autres défis

En plus des perturbations sur le rituel funéraire, la crise a aussi provoqué des modifications quant à la thanatopraxie. Dès le début, la coroner en chef du Québec a transmis des instructions claires aux maisons funéraires, comme les corps des personnes décédés de la COVID-19 peuvent infecter les personnes qui les manipulent.

«Nous devons manipuler les dépouilles qu’au minimum. Également, nous devons privilégier la crémation. Si pour divers motifs le défunt ne voulait pas être incinéré, nous devons suivre une procédure stricte pour nous assurer que la dépouille n’infecte pas ses proches. Par exemple, lors d’un tel cas, le cercueil demeurera fermé pendant la cérémonie et les proches ne peuvent voir en aucun moment la dépouille», a expliqué Marie Eve Garneau.

Un autre défi est celui des ressources humaines. Comptant majoritairement sur des employés âgés de 70 ans et plus à titre de transporteurs, le Groupe Garneau a dû demander à ses employés plus jeunes d’assurer ce rôle comme les transporteurs réguliers doivent demeurer confinés chez eux.

«Dans le domaine funéraire, nous parlons chaque année de comment nous préparer à une pandémie. On parlait notamment de combien de dépouilles on pouvait conserver dans nos installations. Mais jamais on n’avait prévu l’absence de rites funéraires ou le manque d’employés», a illustré la directrice aux opérations du Groupe Garneau

«Embouteillage» à venir

En plus de ces problèmes actuels, la maison funéraire lévisienne anticipe un autre problème lorsqu’elle pourra reprendre ses activités comme avant la crise : le nombre important de cérémonies à tenir.

«Quand nous pourrons relancer nos activités comme avant, il va falloir trouver une façon de faire pour ne pas léser chaque famille endeuillée qui a préféré attendre la fin de la crise afin de tenir le rite funéraire. Au moment où l’on se parle, nous avons environ 80 funérailles en attente en Chaudière-Appalaches. On pense offrir la possibilité aux familles de tenir leur cérémonie les soirs de semaine ou de la fin de semaine», ont conclu Mmes Garneau.

Les plus lus

Des cinémas dans la tourmente de la COVID-19

Fermés depuis le 15 mars à cause de la pandémie de la COVID-19, comme les autres lieux de rassemblement tels que les bars ou les salles de spectacle, les salles obscures pourraient faire partie des derniers lieux à rouvrir selon le plan de déconfinement du gouvernement. Directeur des cinémas Lido et des Chutes à Lévis, Sylvain Gilbert se retrouve dans une situation intenable.

Une trentaine de spécialistes souhaités au Complexe Santé Lévis-Les Rivières en 2021

Medway, qui gère trois complexes médicaux à Lévis, annonce deux nouveaux investissements sur le territoire. Le groupe agrandira le Complexe Santé Lévis-Les Rivières pour 10 M$. L’entreprise lévisienne s’est aussi portée acquéreur des murs et du terrain de la Clinique médicale Lévis-Métro.

Une entreprise lévisienne masque le premier ministre

Isabelle Senay et son équipe ont été mises sous les projecteurs le 18 mai dernier lorsque le premier ministre du Québec, François Legault, a fait savoir lors de son point de presse quotidien que le masque qu’il arborait provenait de l’entreprise lévisienne Ruban et bouton.

Les services funéraires perturbés par la COVID-19

La crise de la COVID-19 entraîne son lot de défis pour plusieurs entreprises de la région. Le domaine funéraire n’y fait pas exception et le Groupe Garneau thanatologue, maison funéraire lévisienne, doit plancher sur diverses solutions afin de faire face aux problèmes particuliers que vit cette industrie.

Des commerçants envahis par les consommateurs

Comme dans d’autres régions du Québec, les commerçants lévisiens offrant des produits permettant aux gens du Grand Lévis de profiter de l’extérieur sont pris d’assaut par de nombreux consommateurs. Particulièrement la fin de semaine, de longues files d’attente peuvent être observées.

Primes pour les employés de résidences pour aînés : la CSN déplore le comportement du Groupe Sélection

Par voie de communiqué, plusieurs dirigeants de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) ont déploré, le 21 mai, que le Groupe Sélection «a choisi à ce jour de ne pas verser les montants rétroactifs au 15 mars» à ses employés alors que «plusieurs employeurs du secteur privé ont accepté de verser des primes à leurs employés des résidences pour personnes âgées pour la durée de la crise de la C...

Le taux de chômage explose dans la région

La crise de la COVID-19 continue d’être dommageable pour l’économie. Selon les dernières estimations que l’on peut retrouver dans l’Enquête sur la population active (EPA) du mois d’avril de Statistique Canada, le taux de chômage de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, dont fait partie de Lévis, a atteint 9,5 % au mois d’avril.

La COVID-19 influence les résultats financiers de Desjardins

Le Mouvement Desjardins a présenté, le 13 mai, ses résultats financiers pour le premier trimestre de 2020. Une baisse des excédents est survenue, provoquée par la crise économique causée par la pandémie de la COVID-19.

Un retour aux affairesqui se déroule bien

La réouverture des commerces de détail, autorisée par le gouvernement provincial le 4 mai, a été reçue comme une bouffée d’air frais par le milieu entrepreneurial lévisien. Et jusqu’à maintenant, la reprise des activités commerciales se déroulent bien selon divers intervenants interrogés par le Journal.

Agriculture : Sollio s'attend à un programme d'aide «mieux adapté à la réalité»

Si Sollio Groupe Coopératif est heureux «du premier pas» de 252 M$ consenti par Ottawa afin d'aider le secteur agroalimentaire face à la crise de la COVID-19, il estime toutefois que le gouvernement fédéral doit en faire davantage afin de limiter «les multiples impacts» pour cette industrie.