CRÉDIT : COURTOISIE

Annie Charest a donné le sourire à une centaine de femmes de la MRC de Lotbinière, de Lévis et de Québec pendant la fin de semaine de la fête des Mères. Celle qui possède son salon de coiffure à Laurier-Station a parcouru près de 400 km en voiture pendant deux jours pour surprendre certaines de ses clientes, qui sont également des mamans, avec un bouquet de fleurs.

Par Mélanie Labrecque - Collaboration spéciale

«Chaque semaine, depuis le début du confinement, j’appelle quatre ou cinq clientes par jour pour voir comment elles vont. Beaucoup s’ennuient, pleurent et vivent de l’isolement. J’ai remarqué beaucoup de détresse, même chez les hommes. Les coiffeuses sont aussi des confidentes. […] Après avoir fait tous ces appels, j’ai dit à mon conjoint qu’il fallait que je fasse quelque chose», a-t-elle expliqué.

C’est là que lui est venue l’idée de livrer des fleurs aux mamans de tous les âges. Une collaboration avec Fleurs de Laurier lui a permis de concrétiser son projet. Elle voulait également leur montrer qu’elles sont plus que des clientes à ses yeux. Coiffeuse depuis     26 ans, Annie Charest insiste sur la grande importance des liens et des relations humaines dans ce métier. 

«Il y en a certaines que j’ai suivies pendant toute ma vie, que j’ai suivies toute leur vie. Elles deviennent des amies. […] Une par une, je leur ai montré qu’elles sont toutes importantes.»

Les réactions qu’elle a reçues une fois arrivée chez ses clientes étaient bien au-delà de tout ce qu’elle avait imaginé. Submergée par cette vague d’amour, elle explique qu’elle n’a jamais vécu d’émotions aussi intenses. 

«Elles m’attendaient comme si j’étais le père Noël. Certaines pleuraient, d’autres riaient. Pour les dames plus âgées qui sont seules et dont les enfants ne pouvaient pas venir les voir, ç’a fait toute la différence. […] En tant que commerçant, il ne faut pas juste recevoir. Il faut aussi donner. J’ai donné pendant deux jours et ç’a été le rayon de soleil pour plusieurs dans une fin de semaine où il ne faisait pas si beau», a-t-elle imagé, heureuse d’avoir pu faire autant de bien à ces femmes.

«En ces temps difficiles, chaque bon geste compte. C’est tellement gentil!», a fait savoir une lectrice qui voulait partager l’initiative de sa coiffeuse. 

Le tout s’est fait de manière sécuritaire. Les précautions étaient de rigueur. Mme Charest a précisé qu’elle portait des gants et se désinfectait les mains entre chaque visite. Elle a respecté la distanciation physique même si parfois il était difficile de ne pas pouvoir faire d’accolades.

De plus, elle a souligné que partout où elle est allée, elle n’a vu aucun rassemblement. «Les gens respectent vraiment le confinement. C’est exceptionnel», a-t-elle qualifié.

Les plus lus

Des cinémas dans la tourmente de la COVID-19

Fermés depuis le 15 mars à cause de la pandémie de la COVID-19, comme les autres lieux de rassemblement tels que les bars ou les salles de spectacle, les salles obscures pourraient faire partie des derniers lieux à rouvrir selon le plan de déconfinement du gouvernement. Directeur des cinémas Lido et des Chutes à Lévis, Sylvain Gilbert se retrouve dans une situation intenable.

Une trentaine de spécialistes souhaités au Complexe Santé Lévis-Les Rivières en 2021

Medway, qui gère trois complexes médicaux à Lévis, annonce deux nouveaux investissements sur le territoire. Le groupe agrandira le Complexe Santé Lévis-Les Rivières pour 10 M$. L’entreprise lévisienne s’est aussi portée acquéreur des murs et du terrain de la Clinique médicale Lévis-Métro.

Une entreprise lévisienne masque le premier ministre

Isabelle Senay et son équipe ont été mises sous les projecteurs le 18 mai dernier lorsque le premier ministre du Québec, François Legault, a fait savoir lors de son point de presse quotidien que le masque qu’il arborait provenait de l’entreprise lévisienne Ruban et bouton.

Les services funéraires perturbés par la COVID-19

La crise de la COVID-19 entraîne son lot de défis pour plusieurs entreprises de la région. Le domaine funéraire n’y fait pas exception et le Groupe Garneau thanatologue, maison funéraire lévisienne, doit plancher sur diverses solutions afin de faire face aux problèmes particuliers que vit cette industrie.

Des commerçants envahis par les consommateurs

Comme dans d’autres régions du Québec, les commerçants lévisiens offrant des produits permettant aux gens du Grand Lévis de profiter de l’extérieur sont pris d’assaut par de nombreux consommateurs. Particulièrement la fin de semaine, de longues files d’attente peuvent être observées.

Primes pour les employés de résidences pour aînés : la CSN déplore le comportement du Groupe Sélection

Par voie de communiqué, plusieurs dirigeants de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) ont déploré, le 21 mai, que le Groupe Sélection «a choisi à ce jour de ne pas verser les montants rétroactifs au 15 mars» à ses employés alors que «plusieurs employeurs du secteur privé ont accepté de verser des primes à leurs employés des résidences pour personnes âgées pour la durée de la crise de la C...

Le taux de chômage explose dans la région

La crise de la COVID-19 continue d’être dommageable pour l’économie. Selon les dernières estimations que l’on peut retrouver dans l’Enquête sur la population active (EPA) du mois d’avril de Statistique Canada, le taux de chômage de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, dont fait partie de Lévis, a atteint 9,5 % au mois d’avril.

La COVID-19 influence les résultats financiers de Desjardins

Le Mouvement Desjardins a présenté, le 13 mai, ses résultats financiers pour le premier trimestre de 2020. Une baisse des excédents est survenue, provoquée par la crise économique causée par la pandémie de la COVID-19.

Un retour aux affairesqui se déroule bien

La réouverture des commerces de détail, autorisée par le gouvernement provincial le 4 mai, a été reçue comme une bouffée d’air frais par le milieu entrepreneurial lévisien. Et jusqu’à maintenant, la reprise des activités commerciales se déroulent bien selon divers intervenants interrogés par le Journal.

Agriculture : Sollio s'attend à un programme d'aide «mieux adapté à la réalité»

Si Sollio Groupe Coopératif est heureux «du premier pas» de 252 M$ consenti par Ottawa afin d'aider le secteur agroalimentaire face à la crise de la COVID-19, il estime toutefois que le gouvernement fédéral doit en faire davantage afin de limiter «les multiples impacts» pour cette industrie.