Depuis le 15 juin, les restaurateurs ont rouvert leur salle à manger. CRÉDIT : PAGE FACEBOOK L'INTIMISTE

Privés de leur salle à manger depuis la mi-mars en raison de la COVID-19, les restaurateurs ont dû faire des pieds et des mains pour maintenir leur commerce en vie. Depuis le 15 juin, les restaurants ont obtenu le feu vert de la Santé publique, tout en respectant les règles établies entourant la situation de pandémie, afin d’accueillir de nouveau leur clientèle dans leur salle à manger.

«L’expérience client est le nerf de la guerre, chez nous l’ambiance, la qualité du service et la bouffe, c’est hyper important, l’un ne va pas sans l’autre», lance d’emblée Claudine Hasty, propriétaire du Grain de folie faim bistro, qui a pris la décision de repousser son ouverture à la mi-juillet. 

«Les gens veulent venir jaser, venir voir en salle, sortir de la maison, on vend une expérience», d’ajouter Martin Patry, propriétaire de L’intimiste.

Bien qu’il n’est pas facile pour les restaurateurs de se plier à toutes ces exigences de la Santé publique, ces derniers font des sacrifices afin de pouvoir réengager leurs employés et accueillir les clients. 

Michael Harvey, propriétaire du Resto-Pub 2000, a dû réduire la capacité de sa salle à manger à «environ 55 %» tandis que Martin Patry l’a réduite de moitié. «Quand on pourra réduire la distanciation à un mètre, je vais perdre à peu près deux tables seulement. Ça va faire une grosse différence», explique le propriétaire de L’intimiste.

Des clients au rendez-vous

Du côté du Resto-Pub 2000, les clients ne se sont pas rués vers la salle à manger du restaurant dès la première journée. «À l’ouverture de la salle à manger au début de la semaine, on a eu l’impression que les gens étaient encore un peu frileux. Ça nous permet de nous remettre dans le bain tranquillement», lui qui souligne que les premiers à s’être présentés sont ses clients réguliers. 

La veille de son ouverture prévue le 17 juin, L’intimiste comptait déjà une trentaine de réservations. «On n’a aucune idée si les gens vont rester au rendez-vous. Est-ce que c’est parce que c’est la première semaine qu’on a autant de réservations ou ça va durer comme ça un bout? On ne sait pas», se questionne M. Patry.

Les trois restaurateurs s’entendent qu’avoir à mettre à pied temporairement leurs employés a été un défi de taille pour eux. Pour le moment, L’intimiste a réengagé cinq de sa vingtaine d’employés et le Resto-Pub 2000, une trentaine sur une quarantaine. 

Revoir le monde de la restauration

Bien que la livraison et le prêt-à-emporter étaient des formules bien connues pour le Resto-Pub 2000, L’intimiste et le Grain de folie se sont adaptés à la situation et ont modifié leur offre de services à cette nouvelle réalité. 

«On en faisait déjà du takeout avant, mais de façon minime, ce n’était pas publicisé. Je crois que ça va continuer de fonctionner, parce que plusieurs ne sont pas encore prêts à revenir sur place», souligne Martin Patry. «La COVID va nous avoir permis d’accélérer ce projet (de prêt-à-emporter) qu’on avait prévu réaliser au cours des cinq prochaines années», rapporte Claudine Hasty.

Malgré que le Resto-Pub 2000 et L’intimiste se sont rapidement préparés pour une réouverture, le Grain de folie a choisi d’y aller à son rythme. 

«Ce qu’on a trouvé comme solution, c’est de prendre notre temps pour se faire une salle à manger disposée de façon plus chaleureuse […] Quand les gens viennent au Grain, c’est pour se poser au paradis quelques heures! On veut qu’il ait une paix d’esprit malgré les mesures, soutient la propriétaire. On a décidé de se poser et il faut prendre le temps, parce qu’on construit le monde de la restauration de demain.»

Les plus lus

Le Pacini de Lévis définitivement fermé?

Un autre restaurant lévisien sera vraisemblablement une nouvelle victime de la COVID-19. Selon un article de La Presse, le restaurant Pacini de Lévis n'ouvrira plus ses portes.

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Une place éphémère à la tête des ponts tout l’été

À l’aube de la construction du nouveau quartier à la tête des ponts, l’Escale Cocité́ a été installée par le promoteur immobilier. À l’image d’une plage, le lieu se veut un espace de détente, où il sera aussi possible de se restaurer.

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Mantra Pharma choisit l’Innoparc

Mantra Pharma a annoncé, le 16 juillet, qu’elle implantatera son nouveau centre de distribution jumelé à son bureau régional dans l’Innoparc de Lévis.

350 000 $ pour le développement de deux entreprises de Lévis

Deux entreprises de Lévis, Technologie Genset-Synchro et Boivin Évolution, ont reçu une aide de Développement économique Canada (DEC), a annoncé la ministre du Développement économique, Mélanie Joly, ce 23 juillet.

Lettre ouverte - L’acquisition d’un traversier d’outre-mer par le gouvernement fédéral sera-t-elle vraiment une solution temporaire?

Le gouvernement fédéral a fait l’annonce, la semaine dernière, de l’acquisition d’un traversier espagnol, le NM Villa de Teror, pour desservir les Îles-de-la-Madeleine. Bien qu’il s’agisse officiellement d’une solution dite «temporaire», en attendant la construction d’un navire de remplacement permanent par le Chantier Davie, la situation nous inquiète et nous amène à demander des précisions au go...

Le Bistro les 3 frères ouvre sur le site du Golf Stastny

Depuis le 10 juillet dernier, le Bistro les 3 frères a ouvert ses portes sur le site du Golf Stastny à Saint-Nicolas. Eric Nittolo et Steve Blouin sont les deux associés du projet et ont joint à leur équipe le promoteur Samuel Gourde qui s’occupera du volet événementiel.

Grands Prix du tourisme : deux entreprises de Lévis distinguées

Le 16 juillet en matinée, Tourisme Chaudière-Appalaches a dévoilé le nom des 19 lauréats de la 35e édition des Grands Prix du tourisme de la Chaudière-Appalaches. Lors de l’événement tenu sur le Web en raison de la pandémie, deux entreprises lévisiennes ont ravi des honneurs.

Le marché immobilier reprend de la vigueur

Selon les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers et compilées par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), la grande région de Québec a vu un rebond spectaculaire des ventes de propriété et une fonte des...