Florence K a partagé son parcours et des outils pour faire face aux difficultés. �CRÉDIT : COURTOISIE

Alors que la crise sanitaire a mis à l’arrêt certaines activités économiques et isole les gens les uns des autres, la santé mentale est devenue un enjeu. Anxiété, dépression, les individus affectés par la pandémie peuvent rencontrer des difficultés. Florence K a partagé son expérience des troubles de santé mentale et sa longue route vers la guérison au milieu d’affaires lévisien, lors d’une conférence virtuelle de la Chambre de commerce de Lévis.

«En ces temps où l’environnement est anxiogène, la santé mentale est un enjeu important, Surtout quand nous sommes démunis de nos repères», a rappelé Florence K, lors de la Grande Conférence de la CCL, tenue le 21 octobre.

La conférencière a tout d’abord raconté sa propre expérience personnelle des troubles de santé mentale. Malgré une longue route parsemée d’une dépression majeure, d’anxiété, et finalement d’un diagnostic de trouble bipolaire de type deux, elle réussit aujourd’hui, grâce au traitement adéquat et à des outils d’auto-gestion, à vivre une vie plus épanouie que jamais.

«Un trouble de santé mentale, ce n’est pas une condamnation», a fait valoir celle qui est aussi l’autrice d’un livre qui raconte son histoire, Buena Vida, paru en 2015 chez Libre Expression.

Après une enfance dans un «environnement merveilleux et fantaisiste» baignée de musique, Florence K commence à se sentir différente et un sentiment de mélancolie l’envahie peu à peu et s’installe. Alors qu’elle ne sait pas comment exprimer sa souffrance et qu’elle ne trouve pas les mots pour expliquer ce qu’elle ressent, son état est mis sur le compte de l’adolescence et des hormones.

Florence K, qui traverse ainsi des périodes d’angoisse et de grande euphorie, ressent «toujours le besoin d’en faire trop». Elle se jette à corps perdu dans le travail et se nourrit de chaque moment de partage avec le public passé sous les projecteurs et les applaudissements. «Être sur la scène quand on a une grande baisse d’estime de soi, ça donne une grande gratification», reconnaît-elle.

Un trou noir qui se creuse

«C’était une belle vie.» Pourtant, Florence K sent un trou noir se creuser en elle. S’étourdir de travail et de succès ne calme plus les angoisses. «Mon cerveau tissait des toiles d’araignées et je me dévalorisais constamment.» Parce que, comme elle le souligne, «on peut regarder tout ce qu’on a», avoir le meilleur et se sentir tout autant mal.

La maladie mentale vient d’un «débalancement biologique», explique Florence K. «Les pensées et la chimie du cerveau sont intimement liées.» Des préjugés persistent toutefois sur la dépression par exemple qui est alors associée à de la faiblesse ou de la paresse. «Il ne faut pas minimiser la souffrance psychique», même si elle n’est pas visible comme une blessure physique.

Et face à ces bouleversements et ce mal-être, le plus difficile est souvent de reconnaître les signes et d’aller frapper à la bonne porte. Elle-même ne savait pas où trouver de l’aide. «Je me renfermais dans mon mal intérieur.» Pour Florence K, la compassion envers soi-même et la bienveillance sont des éléments clé. C’est en trouvant les bons outils pour la construire et la développer qu’on peut avancer.

Il est ainsi important de comprendre les éléments qui participent à la naissance chez soi d’un épisode anxieux, dépressif ou d’hypomanie. «Chercher à connaître les déclencheurs émotionnels qui nous habitent est une façon d’en apprendre constamment plus sur soi-même et sur ce qui nous apporte de l’équilibre.» L’un des premiers indicateurs qui peut donner l’alerte est le sommeil. «Quand le sommeil flanche, c’est un des premiers signes qu’il faut faire attention à soi.»

En plus d’être accompagné par un professionnel, et d’avoir une médication adaptée quand cela est nécessaire, il existe de nombreux outils qui peuvent aider à maintenir l’équilibre au quotidien, comme avoir une bonne hygiène de vie, réduire les facteurs de stress, bouger, s’accorder plus de temps, ne pas se juger, comprendre d’où viennent les pensées et les émotions, se dissocier des troubles, «on n’est pas l’anxiété», rappelle-t-elle, et en parler pour finalement «apprendre à valser avec notre état et mener la danse».

Les plus lus

Passionné de mode, un élève du secondaire crée sa marque

Élève de secondaire 5 à l’École Pointe-Lévy, Mathys Grégoire a créé sa marque de vêtements dans le cadre du projet personnel qu’il avait à réaliser. Motivé par sa passion pour la mode, il a imaginé Ghostmrch, des vêtements qui lui ressemblent.

Les syndicats de la Davie réclament le contrat du Diefenbaker

Le conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches de la CSN et les trois syndicats affiliés à ce syndicat représentant les travailleurs du chantier, les employés de sécurité et les employés de bureau de la Davie ont fait une sortie, le 18 décembre, pour demander à Ottawa de passer de la parole aux actes dans le dossier de la construction du brise-glace polaire Diefenbaker. À quelques jours du cong...

La fermeture du Korvette de Bienville devancée

La fermeture du magasin Korvette de Place Mont-Marie, dans le secteur Bienville, qui avait été annoncée antérieurement est devancée en date du 24 décembre. La chaîne québécoise en a fait l'annonce le 18 décembre.

Une boutique vendra des produits issus du chanvre à Lévis

Déjà propriétaire d’une concession de la chaîne à Saint-Georges, Éric Poulin a obtenu une nouvelle concession de la Maison d’Herbes café-boutique à Lévis. Le commerce qui vendra des produits à base de chanvre ouvrira en février, dans un des locaux du 95, route du Président-Kennedy.

L’APCHQ anticipe une prochaine année particulière

L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) a présenté, le 9 décembre, ses prévisions économiques pour 2020-2021. Après une dernière année «étonnante» où travaux de rénovation et achat d’une propriété plus grande ont été au menu de plusieurs ménages, l’organisation prévoit un recul des nouvelles constructions, mais un fort rebond de la rénovation en 202...

Deux garages de la région récompensés par NAPA

Dans le cadre de l’événement virtuel Une soirée pour vous dire merci… c’est vrai organisé par NAPA région du Québec, les garages Pièces d’auto Alain Côté de Bernières et Mécanique auto D.R. de Saint-Étienne-de-Lauzon ont remporté la médaille d’or dans leur catégorie respective, le 17 décembre dernier.

Le Maxi de Lévis célèbre ses 25 ans

Le magasin Maxi de Lévis célèbre cette année son 25e anniversaire. L’épicerie située dans le centre-ville de Lévis a été inaugurée le 13 décembre 1995.

Une relance économique en marche en Chaudière-Appalaches

De passage virtuellement dans les régions de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale, la tournée En mouvement pour la relance socioéconomique du Québec, organisée par la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et le Mouvement Desjardins, a fait état de la situation économique dans la région et de ses prévisions, le 7 décembre dernier.

Une industrie qui doit continuer de se réinventer

Devant composer de nouveau avec des restrictions strictes pour freiner la propagation de la COVID-19, l’industrie québécoise des services funéraires a dû une nouvelle fois s’adapter à de nouvelles exigences. C’est notamment le cas du Groupe Garneau, une entreprise lévisienne œuvrant dans ce domaine qui a mis en place diverses initiatives pour faciliter le deuil des familles tout en respectant les...

2021 sous le signe des opportunités et de la relance

L’année 2020 a été éprouvante pour la Chambre de commerce de Lévis (CCL) et ses membres. Marie-Josée Morency, directrice générale et vice-présidente exécutive de la CCL, souhaite que 2021 soit remplie d’opportunités et que la relance économique se fasse en grand pour les entreprises de la région et pour l’organisation lévisienne.