CRÉDIT : ARCHIVES 6e RAC - Canon de 12 livres à tir rapide mis en fonction au Fort de la Martinière à l’est de Lévis lors de la Première Guerre mondiale.

Unité militaire établie à Lévis, le 6e Régiment d’artillerie de campagne (6e RAC) célèbre cette année ses 120 ans d’existence. Tout comme une autre unité de la réserve des Forces armées canadiennes basée à Lévis, le Régiment de la Chaudière, le 6e RAC fait honneur à la ville. Pour découvrir ou redécouvrir cette unité, le Journal vous propose une série d’articles sur elle. Pour amorcer la série, nous vous proposons cette semaine un résumé de la glorieuse histoire du 6e RAC.

C’est le 1er août 1899 que le régiment qui allait devenir le 6e RAC, le 6th Quebec and Levis Regiment Canadian Garrison Artillery, est fondé à la suite de la réorganisation des batteries indépendantes d’artillerie de garnison de Québec et de Lévis. Cette unité de réserve allait poursuivre une tradition déjà bien implantée dans la grande région de Québec.

«L’artillerie a marqué l’histoire lévisienne. En 1759, lorsque Wolfe (James, général anglais) a assiégé Québec, c’est à Lévis qu’il a installé ses batteries de canons. Par la suite, Lévis a été construite pour défendre Québec et des compagnies de milice de la ville étaient des compagnies d’artillerie», explique d’emblée Richard Garon, commandant du 35e Groupe-brigade du Canada, spécialiste de l’histoire militaire canadienne et coauteur de l’ouvrage Les rendre…jamais!, sur l’histoire du 6e RAC.

En 1911, le régiment d’artillerie de garnison est converti en unité de défense côtière. Un changement qui permettra au 6e RAC de participer aux conflits mondiaux qui ont secoué le 20e siècle et d’apposer sa griffe à l’histoire.

Défendre Québec

En effet, un mois seulement après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le 6th Coast Regiment Canadian Artilley est mis en service actif, en septembre 1914, pour défendre l’accès à Québec. L’unité se déploie au Fort de la Martinière, où deux batteries de défense côtière ont été aménagées avant le conflit, ainsi que sur l’île d’Orléans, où un poste d’observation est installé. Certains artilleurs lévisiens se rendront pendant cette guerre sur l’île de Sainte-Lucie, dans les Caraïbes, afin de défendre Port Castries.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le 6e RAC est mobilisé en sous-unités. Certaines d’entre elles prendront part aux combats en Europe, la 57e batterie étant déployée en Angleterre à titre d’unité de défense antiaérienne, alors que la 58e batterie prendra part à la libération de la France, de la Belgique et des Pays-Bas. Les autres sous-unités seront déployées au Canada, afin de défendre le complexe industriel et énergétique d’Arvida et, encore une fois, Québec.

«Pendant les deux conflits mondiaux, les ports de Québec et d’Halifax étaient primordiaux dans l’effort de guerre, d’armes, de munitions et de denrées en Europe. La protection des accès à ces ports était donc vitale», rappelle M. Garon.

Assurer la paix

Depuis ces deux conflits mondiaux, le 6e RAC permet au Canada de respecter ses obligations auprès de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) et de l’Organisation des Nations Unies (ONU) ainsi que d’aider les Canadiens lors de désastres naturels.

En plus d’avoir été mobilisée pendant la guerre de Corée, l’unité de réservistes a déployé, durant les dernières années, plus de 100 soldats et officiers lors d’opérations, telles que Danaca (Israël), Récupération (crise du Verglas), Alliance (ex-Yougoslavie), Stable (Haïti) et Palladium (ex-Yougoslavie). En 2007 et 2009, le régiment qui a des bases à Lévis, Montmagny et Val-Bélair a fourni plus de 20 membres de tous grades pour servir en Afghanistan pour une période variant de 6 à 10 mois.

«Le 6e RAC continue aujourd’hui de servir. Par exemple, il y a présentement un membre de l’unité qui est en Égypte et qui œuvre au sein de la Force multinationale et observateurs au Sinaï, un groupe militaire international qui s’assure du maintien de la paix entre l’Égypte et Israël», conclut Richard Garon.

Les plus lus

Une première québécoise à Lévis

En septembre, Lévis sera l’hôte du premier festival au Québec ayant pour thème l’autosuffisance alimentaire, le Festival d’autosuffisance alimentaire du Peuplier.

La tête de l’unité

Unité militaire établie à Lévis, le 6e Régiment d’artillerie de campagne (6e RAC) célèbre cette année ses 120 ans d’existence. Pour souligner ce cap, le Journal vous propose une série d’articles sur le 6e RAC. Nous poursuivons cette semaine notre exercice avec un portrait de la commandante de l’unité, Chantal Bérubé.

Le viaduc de Saint-Rédempteur enfin ouvert

La nouvelle infrastructure routière reliant maintenant Saint-Rédempteur et Saint-Nicolas, qui était attendue depuis plus de 30 ans par la population, devrait permettre aux automobilistes de passer moins de temps sur la route.

Nouveautés extérieures au CPE du Bois Joli

Les tout-petits auront de quoi s’amuser dans la cour du Centre de la petite enfance (CPE) du Bois Joli, alors que la garderie prévoit l’aménagement de nouvelles installations extérieures dans le boisé qui la borde.

Un prix pour une enseignante lévisienne

Marianne Rhéaume, enseignante en secondaire 1, en science et technologie, robotique, et gestionnaire du programme d’éducation intermédiaire (PEI) à l’École secondaire Guillaume-Couture de Lauzon, a reçu un certificat d’honneur dans le cadre des Prix du Premier ministre du Canada pour l’excellence dans l’enseignement et l’excellence dans l’enseignement des STIM.

Lévis obtient le financement pour son transport collectif

Le projet de transport collectif de Lévis ira de l’avant avec l’octroi du financement pour sa réalisation par les gouvernements canadien et québécois. À terme, 4,5 km de voies seront aménagés sur le boulevard Guillaume-Couture.

Contrer l’isolement des aînés, une balade à la fois

L’organisme sans but lucratif Un vélo une ville, qui offre un service gratuit de balades en triporteur pour les aînés, étend cet été son offre jusqu’à Lévis. Rendue possible par un partenariat avec la Ville de Lévis et divers partenaires, la mise en service d’un triporteur sur le territoire a pour mission d’accroître le bien-être des aînés en brisant l’isolement social.

Le cœur de l’unité

Unité militaire établie à Lévis, le 6e Régiment d’artillerie de campagne (6e RAC) célèbre cette année ses 120 ans d’existence. Pour souligner ce cap, le Journal vous propose une série d’articles sur le 6e RAC. Nous concluons cette semaine notre exercice par une rencontre avec plusieurs réservistes qui nous partagent les expériences qu’ils ont vécues au sein du régiment.

Une terrasse pour se reprendre en main

Depuis un an et demi, des jeunes de Trajectoire-emploi travaillent, dans le cadre du projet 180°, à la réalisation d’une terrasse installée dans la cour arrière de l’édifice de l’organisme, situé sur la rue Fortier, à Lévis. Alors qu’une vingtaine d’entre eux a contribué à mener le projet à terme en le réalisant de A à Z, ils étaient tout autant à célébrer le fruit de leurs efforts avec l’inaugura...

Se supporter à travers la maladie

Depuis quatre ans, trois femmes atteintes de dégénérescence maculaire travaillent d’arrache pied pour donner vie à un comité régional de l’Association québécoise de dégénérescence maculaire (AQDM). Par cette initiative, le trio veut supporter en Chaudière-Appalaches les personnes atteintes de cette maladie qui frappe de plus en plus de Québécois.