Chantal Bérubé désire être un modèle pour les jeunes femmes.

Unité militaire établie à Lévis, le 6e Régiment d’artillerie de campagne (6e RAC) célèbre cette année ses 120 ans d’existence. Pour souligner ce cap, le Journal vous propose une série d’articles sur le 6e RAC. Nous poursuivons cette semaine notre exercice avec un portrait de la commandante de l’unité, Chantal Bérubé.

Chantal Bérubé vit une histoire d’amour avec le 6e RAC, et ce, depuis bien longtemps. Lorsqu’elle a amorcé sa carrière dans la réserve des Forces armées canadienne, c’est avec cette unité qu’elle s’est engagée en 1999. Elle a eu la chance de suivre son cours d’officier et elle a rejoint l’armée régulière afin de participer à des opérations en ex-Yougoslavie et en Afghanistan.

Toutefois, en 2007, Chantal Bérubé a changé d’unité puisque son conjoint, un membre de l’armée régulière, a été muté à Gagetown, au Nouveau-Brunswick. Dans le 3th Field Regiment, une autre unité d’artillerie de réserve, elle a pu poursuivre son ascension au sein de la hiérarchie.

Elle a par la suite œuvré au sein d’autres unités de réserve, son conjoint étant notamment muté en Ontario. Puis, en 2015, la famille de Chantal Bérubé a pu revenir dans la région.

C’est finalement cette année qu’elle a été promue lieutenant-colonel et qu’elle a obtenu le commandement du 6e RAC. Avec cette nomination, Chantal Bérubé est devenue la première femme à commander un régiment d’artillerie au Canada.

«Même si je n’aspirais pas à cela lorsque j’ai rejoint la réserve, c’est une grande fierté pour moi. Quand on me l’a offert, j’ai sauté sur l’occasion puisque mon cœur est au 6e RAC et y est toujours resté, même si j’ai changé d’unité. Je ne pouvais pas demander mieux. Également, j’espère être un modèle pour les plus jeunes femmes et les inspirer à s’engager dans une carrière non traditionnellement féminine», se remémore encore avec fierté Mme Bérubé.

La propriétaire de «l’entreprise 6e RAC»

Grâce à la grande aide des autres membres de sa famille, Chantal Bérubé dirige depuis quatre ans le 6e RAC, une unité qui compte 122 membres actifs. Mais dans le concret, quel est le rôle de Chantal Bérubé au sein du régiment?

«Je ressemble au propriétaire d’une entreprise. Je ne suis pas obligée d’être présente tout le temps puisque j’ai des gestionnaires qui sont sur le terrain en tout temps. J’ai un emploi à temps plein cinq jours par semaine. Au régiment, j’ai des tâches de commandement, je donne les grandes lignes à suivre à l’unité, mais j’ai aussi des tâches administratives et de la représentation à faire au sein des Forces armées canadiennes et d’autres organisations», explique le lieutenant-colonel.

D’ailleurs, Chantal Bérubé espère continuer d’occuper ce rôle encore longtemps. «Ce qui me permet de rester dans la réserve après 20 ans, c’est le plaisir. J’ai du plaisir. Quand on me demande c’est quoi mon loisir, je réponds que c’est la réserve. La réserve me permet de me dépasser, d’être dans un environnement imprévisible. Ça fait quatre ans que je commande le 6e RAC et il n’y a pas une journée qui se ressemble. Je peux y faire des choses que je ne ferais pas ailleurs, comme aller dans des pays où je ne serais jamais allée sinon ou acquérir des compétences de gestion», conclut-t-elle.

Les plus lus

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

Avis de ne pas consommer certains produits de viande hachée vendus par le Provigo de Lauzon

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec l'entreprise Provigo Francis Descoteaux, située au 7777, boulevard Guillaume-Couture, à Lauzon, avise la population de ne pas consommer certains produits de viande hachée vendue par cette épicerie, car ces aliments sont susceptibles de contenir la bactérie E. coli productrice de shigatoxines.

Deux nouveaux sentiers hivernaux répertoriés à Lévis

La liste des sentiers qui figurent dans le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis élaboré par Ça marche Doc s’allonge avec six nouveaux parcours à découvrir sur les rives sud et nord.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

Conseil en bref : la biblio mobile, des jeux d’eau et le comité de toponymie reviennent

Une séance du conseil municipal s’est tenue le 10 février à l'hôtel de ville de Lévis. Voici en résumé les principaux points adoptés ou abordés lors de la séance par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux.

L’OPC veut mettre un frein à la «surpopulation féline»

Estimant que Lévis vit un problème de «surpopulation féline», l’Organisme pour la protection des chats (OPC) demande à la Ville de Lévis de s’attaquer à cette problématique.

Le projet de loi 40 adopté

Le projet de loi 40, qui vise à transformer les commissions scolaires en centres de services, à abolir les élections scolaires et à décentraliser la prise de décision, a été adopté le 8 février dernier.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 5 février 2020

L’avocate Marie-Ève Malenfant (1re photo) relève depuis peu un nouveau défi professionnel. Elle est de retour au sein du cabinet KSA Avocats.

Parc des Chutes-de-la-Chaudière : des organismes s’opposent à la zone récréotouristique

Les dirigeants du Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) et des Amis du parc des Chutes-de-la-Chaudière (APCC) ont uni leur voix, le 4 février, pour s’opposer à la modification envisagée au schéma d’aménagement du parc des Chutes-de-la-Chaudière.

Rassembler tous les acteurs du système alimentaire

Après avoir dressé l’état des lieux du système alimentaire à Lévis, un collectif d’organismes communautaires organise un forum qui réunira producteurs, distributeurs, commerçants et organismes afin de travailler collectivement à identifier les enjeux et élaborer des solutions qui favoriseront l’accès à l’alimentation pour tous.