Jusqu’au 30 août, le musée est ouvert du jeudi au dimanche, de 10h à 16h.

Le musée Le Régiment de la Chaudière existe depuis 1967 et est situé à même le Manège militaire de Lévis qui abrite toujours l’Armée canadienne. S’il n’y avait à l’époque qu’une toute petite salle muséale, une première campagne de financement a mené à l’inauguration, en 2017, d’une exposition permanente ouverte au public. En deuxième phase de modernisation, ce ne sont pas les projets qui manquent pour mettre en valeur l’institution.

«Depuis que je suis devenu directeur en 2007, j’ai eu l’idée de faire des expositions temporaires, parce que j’ai réalisé que les gens ne connaissaient pas tellement l’histoire du Régiment et des anciens combattants qui ont pris part aux missions militaires», explique Éric Marmen, toujours à la tête du musée du Régiment de la Chaudière. 

C’est ainsi qu’il a conçu, dans une volonté de préserver la mémoire collective, l’exposition Citoyen-soldat, qui raconte le parcours du milicien d’hier à aujourd’hui. Il y aborde à travers toutes les périodes marquantes, du régime français en Nouvelle-France à ce jour, l’implication de citoyens dans la vie militaire au sein de l’une des plus anciennes unités canadiennes et de celles qui ont contribué à sa formation. 

Outre le fait que l’aspect de Citoyen-soldat se distingue des autres musées militaires canadiens, M. Marmen affirme qu’il était important de s’y attarder, puisque ce sont avant tout ces volontaires qui ont constitué le Régiment de la Chaudière. «Tous les membres du Chaudière ayant participé au débarquement de Normandie étaient des volontaires qui ont choisi de prendre les armes pour défendre leur communauté ici et à l’étranger», précise-t-il. 

Illustrer et enseigner

L’exposition Citoyen-soldat est donc le fruit d’une campagne de financement qui avait permis de récolter 750 000 $. Grâce à cette somme, des uniformes ont pu être reconstitués par des spécialistes, une moto datant de la Seconde Guerre mondiale (1942) a été restaurée et on s’est prémunis d’artéfacts «pour la plupart uniques et authentiques» de toutes les époques. Des comédiens racontent aussi, par le biais de capsules vidéo, des faits historiques basés sur des témoignages.
«Beaucoup d’objets rares nous ont été légués par les familles des combattants pour ajouter au côté révélateur du musée», ajoute le directeur, fier de posséder une collection aussi exhaustive.

La Deuxième Guerre mondiale, qui occupe une place prépondérante dans le musée, a d’ailleurs été significative pour le Régiment de la Chaudière, étant l’unité alliée à avoir participé au plus grand nombre de missions. «Il s’agit d’une unité francophone, donc plusieurs se sont enrôlés pour libérer leurs ancêtres», illustre-t-il.

Toujours d’actualité

Même si l’année 2019 marque le 150e anniversaire du Régiment de la Chaudière, Éric Marmen continue de militer pour que la vie régimentaire soit préservée dans les esprits. Ainsi, la seconde phase de redéploiement du musée a été dévoilée en 2018. Cette dernière coïncide avec la fin prévue de la campagne de financement lancée en avril dernier, avec Claude Legault comme porte-parole. Destinée à supporter l’institution dans ses activités, elle devrait prendre fin en juin 2021. 
Elle comprend notamment l’installation d’une entrée relocalisée dans la tourelle de la rue Saint-Antoine et de l’aménagement de nouvelles salles d’interprétation et de recueillement. Une salle des honneurs fera aussi partie de l’agrandissement, où des médailles souvenir et des distinctions seront affichées. On estime que le tout devrait nécessiter des investissements de l’ordre de 500 000 $. 

Jusqu’au 30 août, le musée est ouvert du jeudi au dimanche, de 10h à 16h. À partir de septembre, il sera également possible de le visiter, sur réservation seulement. 

Les plus lus

Le LPU : un succès sur toute la ligne à Lévis

Le laissez-passer universel (LPU) de l’Université Laval n’a engendré que du positif pour la Société de transport de Lévis (STLévis) depuis son implantation à l’automne dernier. En effet, la STLévis a enregistré une augmentation de 40 % de l’achalandage étudiant destiné à l’Université Laval.

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

Partenariat entre le Collège et le Centre Cyber-aide

Pour l’année scolaire 2019-2020, la direction du Collège de Lévis a conclu un partenariat avec le Centre Cyber-aide, dans le cadre du projet de cet organisme qui s’appelle En tant que victime, auteur et témoin de sexting, de sextorsion ou de cyberagression sexuelle (ETQ).

Deux nouveaux sentiers hivernaux répertoriés à Lévis

La liste des sentiers qui figurent dans le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis élaboré par Ça marche Doc s’allonge avec six nouveaux parcours à découvrir sur les rives sud et nord.

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

Un Lévis, attache ta tuque 2.0 en février

C’est en présence de nombreux commerçants du Vieux-Lévis et de partenaires de l’événement que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, le conseiller municipal du district Notre-Dame, Steve Dorval, et le président du Centre de plein air de Lévis (CPAL), Michel Gagné, ont présenté, le 22 janvier, la programmation de la nouvelle mouture de Lévis, attache ta tuque.

L’OPC veut mettre un frein à la «surpopulation féline»

Estimant que Lévis vit un problème de «surpopulation féline», l’Organisme pour la protection des chats (OPC) demande à la Ville de Lévis de s’attaquer à cette problématique.

Réforme de la gouvernance scolaire : la CSN craint un recul pour la CSDN

Par voie de communiqué, le Syndicat soutien scolaire des Navigateurs, une unité affiliée à la CSN qui regroupe plus de 1 500 membres du personnel de soutien des secteurs administratif, technique en adaptation scolaire et en services de garde ainsi que du personnel de soutien manuel et de service de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN), a attaqué, le 27 janvier, la réforme envisagée par Qu...

Un Lévisien en vedette dans L’appartement

Nouvelle «série-réalité» du Club Illico, L’appartement aura des couleurs lévisiennes. En effet, l’un des cinq participants de l’émission, Pierre-Alexandre Imbeault, est originaire de Lévis. Une opportunité qui permettra au jeune de 19 ans de faire l’éloge de la différence, lui qui est en plein processus de transition de genre.