Buzz, Brillantine et Rambo sont employés aux camps de jour de la Ville de Lévis depuis 12 ans. CRÉDIT : ÉMILIE PELLETIER

À l’heure où les vacances tirent à leur fin, celles des animateurs de camp de jour sont sur le point de débuter. C’est avec passion qu’ils remplissent chaque été, depuis plus de 10 ans maintenant, leur mandat estival. Pleins feux sur ces jeunes colorés qui dévouent leur folie à rendre l’été des enfants inoubliable, et ce, année après année.

Au travers des rires et des pleurs, des défis et des victoires, ils sont fidèles au poste et tels des super héros, ils bûchent avec une seule mission en tête : celle de faire sourire les enfants. Voilà pourquoi ils renouvèlent leur emploi chaque année, depuis 12 ans.

Si certains qualifient leur travail de sacrifice, il en est tout autrement pour ces jeunes employés des camps de jour. Ni Buzz ni Brillantine ni Rambo n’ont l’impression de renoncer à quoi que ce soit pour divertir les enfants de 5 à 12 ans qui leur sont confiés pendant huit semaines. 

«On est tous à une étape de nos vies où on pourrait se trouver autre chose, mais ça a toujours été la meilleure façon de passer mes étés et j’ai la chance de le passer dehors avec des enfants en lâchant mon fou», avance Rambo, qui vient de terminer des études en droit.

Attendre le retour de l’été

C’est donc sans se questionner que, tout naturellement, les jeunes adultes se retrouvent dans l’un ou l’autre des 12 sites de camps de jour, ces «microsociétés» sur l’ensemble du territoire de la Ville de Lévis. En plus de se rassembler en gang, ils estiment que leur travail au camp leur offre surtout la chance de se découvrir eux-mêmes.

«Quand on entre dans un milieu aussi créatif et extraverti, on devient non seulement la personne qu’on désire être, mais aussi la personne qui montre la voie aux autres en étant un modèle, comme ceux qui nous ont précédés», montre Buzz, dont le choix de carrière en psychoéducation a été directement influencé par son expérience au camp.

Bien que la vie leur ait fait prendre des chemins différents au fil du temps, c’est lorsqu’arrive le début des camps que sonne le moment des retrouvailles. «On revient chaque année pour les enfants, mais aussi pour les animateurs, affirme Brillantine en regardant avec complicité ses collègues de longue date. Ce sont des gens avec qui rien au monde ne nous aurait raccrochés, mais qui sont devenus des amis pour la vie.»

Donner au suivant 

Même s’ils ont tous les trois fait du camp leur premier emploi en 2008, ils ne cachent pas que le recrutement auprès de la nouvelle génération d’animateurs n’est pas un jeu d’enfant depuis quelques années. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, certains employeurs sont prêts à faire des pieds et des mains en augmentant le salaire des candidats potentiels. Or, ils sont unanimes pour dire que rien n’est en mesure d’égaler l’expérience personnelle et la gratitude qu’ils retirent de leur travail.

«Lorsqu’on travaille dans un camp, la plus belle chose qui peut nous arriver, c’est de voir les enfants avec des étoiles dans les yeux. On a beau mettre des chiffres pour un salaire, quand tu vois des enfants qui ont aimé leur été grâce à toi, c’est un salaire en soi», ajoute fièrement Rambo. 

«Ça m’arrive de croiser des jeunes de mes anciens groupes qui sont devenus animateurs. Je prends une méchante débarque en terme d’âge, mais je trouve ça tout aussi valorisant parce que ça veut dire que je leur ai donné la piqûre», se réjouit celle qui est graduée en théâtre et qui aspire à œuvrer comme travailleuse sociale.

Signe que leur passage fut tout autant remarqué par l’organisation que par les enfants, les trois animateurs ont vu leurs chandails être retirés, un peu comme on le ferait pour des joueurs ayant marqué l’histoire d’une équipe sportive à jamais. Ils sont désormais des légendes de l’animation.  

Les plus lus

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Portrait de la démographie à Lévis

L’Institut de la statistique du Québec a récemment mis à jour ses données quant à la démographie dans les différentes municipalités et villes de la grande région de la Chaudière-Appalaches, pour l’année 2018.

Un nouveau salon consacré au mieux-être à Lévis

Lévis sera l’hôte d’un nouvel événement dédié à l’épanouissement personnel, à l’art de vivre, au mieux-être, à la spiritualité, à la voyance et aux émotions. En effet, la première édition du Salon Santé, Bonheur et Abondance se tiendra du 6 au 8 septembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

Nouveaux retards dans la collecte des déchets : la Ville met en place une série de mesures

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 6 septembre, qu'elle mettait en place des «mesures concrètes» afin d'aider les citoyens qui font face à de nouveaux retards pour la collecte des déchets.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

9 M$ investis pour le logement abordable à Lévis

À Saint-Romuald, 84 unités de logements réparties dans 9 bâtiments ont été achetées au secteur privé par un organisme à but non lucratif et rénovées afin d’être louées à des familles au revenu plus modeste.

Pollution : le RÉPAC 03-12 cible Valero

Tôt ce matin, des militants du Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches (RÉPAC 03-12) ont installé des bannières dans des lieux «associés aux grands pollueurs de la région de Québec», dont à la raffinerie Jean-Gaulin d'Énergie Valero à Lévis.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Transport scolaire des PALS : une décision qui ne fait pas l’unanimité

Les parents des élèves aux Programmes arts-langues-sports (PALS) de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) des secteurs Lauzon, Saint-David, Saint-Romuald et Breakeyville, ont appris, trois semaines avant la rentrée, qu’à partir de cette année, le transport scolaire adapté aux élèves qui traînent leur bagage hors norme, comme l'équipement sportif, ira chercher leur enfant à un point de chut...

Une deuxième classe de maternelle 4 ans à Lévis

Trois nouvelles classes de maternelle 4 ans ont été ajoutées sur le territoire de la Commission scolaire des Navigateurs, dont une à l’École Charles-Rodrigue à Lévis, portant leur nombre à quatre.