La directrice générale du Journal de Lévis, Sandra Fontaine. CRÉDIT : ARCHIVES

Chers lecteurs, chères lectrices, Vous n’êtes pas sans savoir qu’actuellement la presse écrite vit de nombreux rebondissements. Depuis quelques années, et récemment avec l’annonce des importantes difficultés financières du Groupe Capitales Médias, nous sommes tous sous les projecteurs, car il est abondamment question de l’avenir des journaux au Québec et au Canada.

Malgré le fait que nous faisons face aux mêmes défis que le reste de l’industrie, nous réussissons à traverser la crise grâce à une très saine gestion.  Notre équipe s’adapte à ces nouvelles réalités et continue à travailler très fort afin de vous offrir une information de grande qualité.  Nous perpétuons également notre soutien aux nombreux organismes de notre région. Nous aimerions bien souvent faire encore plus, mais nous devons aussi avoir les moyens de nos ambitions, car les revenus publicitaires sont notre seule source de revenus. C’est grâce à l’investissement des nombreuses entreprises de chez nous que nous pouvons, semaine après semaine, vous informer en vous livrant le journal à votre porte, et ce, gratuitement.

Tout le monde s’entend pour dire que nous jouons un rôle crucial dans notre milieu. Le Journal de Lévis fait partie du paysage économique et culturel de sa région et il est indispensable à la vitalité démocratique de cette dernière.  Il est bien souvent le seul à jouer ce rôle, car notre région est peu desservie par les autres médias. 

Ces dernières années, nous avons dû faire face à une baisse importante de nos revenus publicitaires au bénéfice des géants du numérique.  Ce qui est le plus triste, c’est que même nos institutions publiques, nos villes et nos deux paliers de gouvernement ont emboité ce pas en transférant une trop grande partie de leurs dépenses publicitaires vers ces organisations qui ne paient ni impôts ni taxes chez nous.  Nous avons besoin de leur soutien, nous sommes pourtant toujours là pour eux, pour vous transmettre et questionner les différents dossiers qui touchent tous les citoyen.ne.s.  Certes, nous pourrions protester en cessant la couverture de ces institutions, mais nous ne voulons pas prendre les citoyen.ne.s en otage, ils et elles ont le droit d’être informé.e.s : c’est primordial et c’est notre devoir, notre mission.  Imaginez une campagne électorale sans aucune couverture de la presse écrite!

Des chiffres qui parlent d’eux même

 Nous entendons souvent que maintenant tout le monde est sur le Web et que les gens abandonnent la lecture de nos journaux.  Nous avons voulu savoir ce qu’il en est chez nous, dans notre région, en commandant un sondage qui a été réalisé en juin dernier sur le territoire que nous desservons par la firme Imago, en collaboration avec Axiome Marketing.

Voici des faits saillantsde cette enquête :

- 97,3 % des répondants disent nous connaître;

- 95,5 % des répondants disent nous avoir déjà consultés;

- 77,5 % des répondants disent nous consulter régulièrement;

- 91 % des répondants se disent globalement très satisfaits du contenu du journal et de son site Web;

- 92,4 % des répondants affirment que le journal et son site Web sont une très bonne source d’information locale.

De plus, vous avez été très nombreux à prendre le temps d’émettre vos commentaires.  Sachez que nous vous entendons et que dans la mesure de nos capacités, nous en tiendrons compte.

Le 26 août dernier, une commission parlementaire sur l’avenir des médias au Québec s’est mise en branle.  Tout ce que nous demandons au gouvernement, c’est de mettre en place des programmes d’aide et des mesures qui seront équitables pour l’ensemble de l’industrie.  Nous souhaitons que les élus reconnaissent l’importance d’une presse de qualité en région et qu’ils nous garantissent leur soutien, entre autres en ramenant une partie de leurs dépenses publicitaires dans nos journaux.

Si la survie de vos journaux locaux vous tient à cœur, nous vous invitons à participer à la campagne Je soutiens mon journal lancée par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ). 

En terminant, je tiens à remercier sincèrement nos fidèles lecteurs et lectrices, nos clients et amis qui nous soutiennent encore aujourd’hui en nous lisant semaine après semaine et en utilisant notre journal comme véhicule publicitaire.  Sans vous, rien ne serait possible.

Sandra Fontaine

Directrice générale du Journal de Lévis

Les plus lus

Le LPU : un succès sur toute la ligne à Lévis

Le laissez-passer universel (LPU) de l’Université Laval n’a engendré que du positif pour la Société de transport de Lévis (STLévis) depuis son implantation à l’automne dernier. En effet, la STLévis a enregistré une augmentation de 40 % de l’achalandage étudiant destiné à l’Université Laval.

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

Partenariat entre le Collège et le Centre Cyber-aide

Pour l’année scolaire 2019-2020, la direction du Collège de Lévis a conclu un partenariat avec le Centre Cyber-aide, dans le cadre du projet de cet organisme qui s’appelle En tant que victime, auteur et témoin de sexting, de sextorsion ou de cyberagression sexuelle (ETQ).

Deux nouveaux sentiers hivernaux répertoriés à Lévis

La liste des sentiers qui figurent dans le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis élaboré par Ça marche Doc s’allonge avec six nouveaux parcours à découvrir sur les rives sud et nord.

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

Un Lévis, attache ta tuque 2.0 en février

C’est en présence de nombreux commerçants du Vieux-Lévis et de partenaires de l’événement que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, le conseiller municipal du district Notre-Dame, Steve Dorval, et le président du Centre de plein air de Lévis (CPAL), Michel Gagné, ont présenté, le 22 janvier, la programmation de la nouvelle mouture de Lévis, attache ta tuque.

L’OPC veut mettre un frein à la «surpopulation féline»

Estimant que Lévis vit un problème de «surpopulation féline», l’Organisme pour la protection des chats (OPC) demande à la Ville de Lévis de s’attaquer à cette problématique.

Réforme de la gouvernance scolaire : la CSN craint un recul pour la CSDN

Par voie de communiqué, le Syndicat soutien scolaire des Navigateurs, une unité affiliée à la CSN qui regroupe plus de 1 500 membres du personnel de soutien des secteurs administratif, technique en adaptation scolaire et en services de garde ainsi que du personnel de soutien manuel et de service de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN), a attaqué, le 27 janvier, la réforme envisagée par Qu...

Un Lévisien en vedette dans L’appartement

Nouvelle «série-réalité» du Club Illico, L’appartement aura des couleurs lévisiennes. En effet, l’un des cinq participants de l’émission, Pierre-Alexandre Imbeault, est originaire de Lévis. Une opportunité qui permettra au jeune de 19 ans de faire l’éloge de la différence, lui qui est en plein processus de transition de genre.