CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Un comité de suivi quotidien de la collecte des déchets s’est réuni pour la première fois ce lundi 9 septembre. Des réunions sont prévues tous les jours cette semaine, à 15 heures. La situation revient progressivement à la normale, selon la Ville.

«Quotidiennement, on va s’enquérir de la situation et on va s’assurer d’intervenir rapidement le cas échéant», a annoncé le maire, Gilles Lehouiller en marge du conseil municipal ce soir.

Nouvellement créé, un comité de suivi de la collecte des déchets s’assure du respect du contrat par le fournisseur. Après la première réunion tenue ce lundi 9 septembre, ses membres ont indiqué que «la situation se régularise sur le territoire».  

«En date d’aujourd’hui, c’est le retour à la normale. Ce qui veut donc dire que le ramassage des déchets s’est fait tel que prévu», a assuré le maire.

D’ailleurs, Sani-Terre Environnement s’y est engagé dans un plan d’action déposé le 27 août à la demande de la Ville. Un nouveau coordonnateur et un nouveau DG ont aussi rejoint l’entreprise, qui a même modifié son système de gestion.

Un plan qui «fonctionne», selon Gilles Lehouiller. «On nous avait dit qu’après la fin de semaine de la Fête du travail tout reviendrait dans l’ordre, c’est ce qui est en train de se produire.»

Une alternative préférable à la rupture du contrat

Pour éviter une rupture de service, «l’alternative qu’on a prise est la bonne, estime le maire. Si on avait rompu le contrat, on courrait le risque que la situation soit pire.» Moins d’entreprises sont en effet en mesure de répondre à la demande et elles connaissent des difficultés de recrutement. 

«Le seul concurrent en lice n’est pas en mesure de prendre la relève, constate-t-il. On n’est plus dans une époque où il y avait quatre ou cinq entreprises qui soumissionnaient.»

Le maire a assuré que «les seuls inconvénients que ça a pu causer, ce sont des retards». Il croit que la collecte a bien été effectuée, mais que «ça pouvait prendre un délai de 24 à 48 heures». Gilles Lehouillier a évoqué «quelques cas exceptionnels de rues oubliées», une situation qui peut arriver, «indépendamment qu’un contrat aille bien ou pas».

«Vous allez entendre parler de nous si le fournisseur ne respecte pas son plan de redressement, a prévenu le maire. Si ce n’est pas revenu à la normale, vendredi on va informer la population.»

Quant aux amendes déjà infligées par la Ville à Sani-Terre Environnement, l’entreprise devra les payer, a affirmé la Ville, qui est prête à recommencer si le fournisseur n’assure pas le service de collecte.

Vers une gestion en régie?

À moyen terme, le comité de suivi de la collecte des déchets travaillera à l’élaboration de propositions pour le conseil municipal sur les solutions alternatives. Tous les scénarios seront mis sur la table, prévoit le maire. Actuellement, la collecte des déchets dépend à 100 % de fournisseurs de service privés.

La Ville réfléchit «sérieusement» à reprendre la collecte des déchets en régie. Mais sa décision dépendra des coûts et du niveau d’autonomie nécessaire pour assurer un service minimum en cas de crise. Face à cette même problématique, la Ville de Québec vise 15 à 20 % d’autonomie.

Le contrat avec Sani-Terre Environnement coûte à la Ville 28 $ par porte pour l’année. Le prix de la Collecte des déchets sur l’ensemble du territoire d’élève à 1,5 M$ par année. Pour ce qui est de l’ensemble des services assurant la gestion des déchets, Lévis paie 139 $ par porte par année.

La collecte régulière est de retour toutes les deux semaines à compter de cette semaine. Le ramassage a commencé cette semaine du 9 septembre dans le secteur est. Dans le secteur ouest, la collecte débute la semaine du 16 septembre.

Si la collecte n’est pas effectuée selon le calendrier habituel dans leur secteur, les citoyens peuvent contacter le Centre de service à la clientèle au 418 839-2002.

Les retards n’ont pas touché la collecte des matières recyclables ni celle des matières compostables.


Les plus lus

Le LPU : un succès sur toute la ligne à Lévis

Le laissez-passer universel (LPU) de l’Université Laval n’a engendré que du positif pour la Société de transport de Lévis (STLévis) depuis son implantation à l’automne dernier. En effet, la STLévis a enregistré une augmentation de 40 % de l’achalandage étudiant destiné à l’Université Laval.

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

Partenariat entre le Collège et le Centre Cyber-aide

Pour l’année scolaire 2019-2020, la direction du Collège de Lévis a conclu un partenariat avec le Centre Cyber-aide, dans le cadre du projet de cet organisme qui s’appelle En tant que victime, auteur et témoin de sexting, de sextorsion ou de cyberagression sexuelle (ETQ).

Deux nouveaux sentiers hivernaux répertoriés à Lévis

La liste des sentiers qui figurent dans le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis élaboré par Ça marche Doc s’allonge avec six nouveaux parcours à découvrir sur les rives sud et nord.

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

Un Lévis, attache ta tuque 2.0 en février

C’est en présence de nombreux commerçants du Vieux-Lévis et de partenaires de l’événement que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, le conseiller municipal du district Notre-Dame, Steve Dorval, et le président du Centre de plein air de Lévis (CPAL), Michel Gagné, ont présenté, le 22 janvier, la programmation de la nouvelle mouture de Lévis, attache ta tuque.

L’OPC veut mettre un frein à la «surpopulation féline»

Estimant que Lévis vit un problème de «surpopulation féline», l’Organisme pour la protection des chats (OPC) demande à la Ville de Lévis de s’attaquer à cette problématique.

Réforme de la gouvernance scolaire : la CSN craint un recul pour la CSDN

Par voie de communiqué, le Syndicat soutien scolaire des Navigateurs, une unité affiliée à la CSN qui regroupe plus de 1 500 membres du personnel de soutien des secteurs administratif, technique en adaptation scolaire et en services de garde ainsi que du personnel de soutien manuel et de service de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN), a attaqué, le 27 janvier, la réforme envisagée par Qu...

Un Lévisien en vedette dans L’appartement

Nouvelle «série-réalité» du Club Illico, L’appartement aura des couleurs lévisiennes. En effet, l’un des cinq participants de l’émission, Pierre-Alexandre Imbeault, est originaire de Lévis. Une opportunité qui permettra au jeune de 19 ans de faire l’éloge de la différence, lui qui est en plein processus de transition de genre.