Karine Drolet, estime que le retour de l’entente spécifique en matière d’égalité, une initiative qui favorise le travail de collaboration, permettra notamment de s’attaquer à la problématique de la pauvreté chez les femmes de la région.

Le Réseau des groupes de femmes de Chaudière-Appalaches (RGFCA) a dévoilé, le 23 septembre dernier, son État de la situation sur la pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches. L’étude a permis de confirmer que cet enjeu touche particulièrement les femmes de la région et qu’un déséquilibre net existe toujours entre les femmes et les hommes à ce niveau.

C’est grâce à une subvention du Secrétariat de la condition féminine du Québec que le RGFCA a pu mener cette étude. Rapidement, la pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches a été retenue par les groupes de femmes de la région comme thème sur lequel devait porter l’état de situation.

Misant sur une étude quantitative de différentes statistiques et sur une étude qualitative réalisée par une consultation électronique auprès des membres du RGFCA, l’État de la situation sur la pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches dresse des constats préoccupants.

Dans la région, les femmes gagnent en moyenne 77 % du salaire des hommes et elles gagnent en moyenne 2,96 $ de moins de l’heure que les hommes. Pour un travail à 35 heures par semaine, c’est donc 5 387 $ de moins par année pour les femmes. Pour leur part, les femmes immigrantes gagnent un salaire inférieur à celui des hommes, mais aussi à celui des femmes nées au Québec, les «pénalisant doublement».

Selon l’étude, les femmes de la région sont plus scolarisées que les hommes. Par contre, pour tout type d’emploi confondu, les femmes gagnent toujours moins que les hommes. Également,70 % des chefs de ménage des familles monoparentales, un type de famille qui est plus à risque de vivre en situation de pauvreté, sont des femmes en Chaudière-Appalaches.

«C’est très préoccupant. Dans la région, les femmes gagnent en moyenne 77 % du salaire des hommes. Si on travaille pour l’égalité, cette donnée devrait plutôt indiquer 100 %. Ce problème a un impact majeur sur plusieurs sphères de la vie des femmes, leur santé, leur sécurité et leur intégrité. Des facteurs qui, à leur tour, aggravent la pauvreté», a partagé Karine Drolet, directrice générale du RGFCA.

Si la situation semble pire dans des secteurs bien précis de la Chaudière-Appalaches, Lévis n’échappe toutefois pas à cette réalité malgré le dynamisme économique qu’elle vit depuis plusieurs années.

«Notre étude portait sur la région, mais c’est sûr qu’il y a des spécificités pour chaque MRC. À Lévis, il y a effectivement des possibilités d’emploi et un faible taux de chômage que d’autres régions n’ont pas, mais la pauvreté est là pareil. Parfois, ces belles données peuvent mettre un voile sur la pauvreté», a imagé Mme Drolet.

Des pistes de solution

Pour renverser la vapeur, le RGFCA propose 10 pistes de solution, «des leviers de transformation sociale», pour atteindre l’équité à ce chapitre.

Produire des portraits statistiques régionaux sur l’égalité femmes/hommes et davantage de statistiques sexuées par l’Institut de la statistique du Québec ainsi qu’améliorer les conditions d’emploi et de revenu des femmes dans la région (salaire minimum à 15 $, régime d’assurance-emploi «équitable» pour les femmes et fin du «détournement» des pensions alimentaires dans les programmes d’assistance sociale, d’aide juridique, d’allocation-logement et d’aide financière aux études) sont les solutions que pourraient mettre en place Ottawa et Québec, selon le RGFCA.

Au niveau régional et local, le regroupement propose que l’analyse différenciée selon les sexes soit utilisée par la Table régionale de lutte contre la pauvreté et le CISSS de Chaudière-Appalaches, que le développement de logements sociaux et communautaires ciblant les besoins des femmes soit soutenu, que les principaux besoins des femmes en matière de transport soient répondus, que les femmes isolées par la pauvreté soient rejointes pour le développement et les offres de service et que l’analyse intersectionnelle soit intégrée aux offres de services.

Également, le RGFCA désire que l’entente spécifique en matière d’égalité soit reconduite, en y incluant un axe d’intervention sur la pauvreté des femmes.

«Ce qui fonctionne bien au niveau régional, c’est de travailler sur les multifacteurs et de réunir à la même table plusieurs partenaires. L’entente égalité de 2007 à 2016 a permis d’atteindre ces objectifs et d’obtenir des résultats gagnants», a conclu la directrice générale du RGFCA.

Les plus lus

Avenir des commissions scolaires : la CSDN présente son projet de réforme

Dans les dernières semaines, la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a présenté au cabinet du ministre de l’Éducation du Québec le résultat de sa démarche lancée après le départ fracassant de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), en juin dernier, en lien avec l’avenir des commissions scolaires. En entrevue avec le Journal, le président de la CSDN, Jérôme Demers, a partagé...

Pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches : une problématique préoccupante

Le Réseau des groupes de femmes de Chaudière-Appalaches (RGFCA) a dévoilé, le 23 septembre dernier, son État de la situation sur la pauvreté des femmes en Chaudière-Appalaches. L’étude a permis de confirmer que cet enjeu touche particulièrement les femmes de la région et qu’un déséquilibre net existe toujours entre les femmes et les hommes à ce niveau.

Les plans du Centre culturel de Lévis dévoilés

La conception du projet de l’agrandissement du Centre culturel de Lévis a été confiée à l’Atelier TAG de Montréal à l’issue d’un concours d’architecture. Les travaux pour réaliser l’investissement de 9 M$ commenceront en 2021.

Des planètes et des étoiles au Cégep de Lévis-Lauzon

Les astronomes amateurs du Club MARS de Lévis accueilleront la 44e édition du congrès annuel de la Fédération des astronomes amateurs du Québec (FAAQ) et célébreront les 25 années d’existence du club lévisien à cette occasion au Cégep de Lévis-Lauzon sous le thème Horizon 25, du 27 au 29 septembre prochain.

Chaudière-Appalaches accueillera 20 nouveaux médecins de famille

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches prévoit et souhaite l’arrivée de 20 nouveaux médecins sur son territoire au cours de la prochaine année.

Logement social : le FRAPRU demande des engagements supplémentaires à Lévis

Par voie de communiqué, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a profité de la Journée mondiale de l'habitat, le 7 octobre, pour déplorer qu'un quart des locataires de Lévis «paient trop cher pour se loger» et demander à tous les paliers de gouvernement d'agir pour s'attaquer à cette problématique.

Plainte citoyenne concernant l’état de l’avenue Taniata

Dans une lettre adressée à Guy Dumoulin, conseiller municipal du district Saint-Jean, remise à la Ville et différents médias, un citoyen de Saint-Jean-Chrysostome a fait part de son mécontentement concernant l’état d’une partie de l’avenue Taniata.

Le Régiment de la Chaudière parade à Saint-Romuald

La Ville de Lévis a accordé le droit de cité au Régiment de la Chaudière, le 14 septembre dernier, dans le cadre du 150e anniversaire de la fondation de l’unité militaire lévisienne.

Transport adapté : accord entre la STLévis et le ROPHRCA

Par voie de communiqué, la Société de transport de Lévis (STLévis) et le Regroupement des organismes de personnes handicapées de la région Chaudière-Appalaches (ROPHRCA) ont annoncé, le 8 octobre, qu'ils ont récemment conclu un règlement à l’amiable relativement à une plainte collective de 14 clients du service de transport adapté de la STLévis.

Des Lévisiens se mobilisent pour le climat

Le 27 septembre est marqué par la tenue de plusieurs manifestations à travers le monde dans le cadre de la journée mondiale de mobilisation pour le climat. Lévis n’échappe pas à ce mouvement international alors que plusieurs initiatives sont en cours pour demander une lutte plus énergique contre les changements climatiques.