RÉSEAU DE LA SANTÉ. Par voie de communiqué, l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux a déploré une nouvelle fois que les membres de son syndicat soient mal protégés face à la COVID-19.

«16 jours! 16 jours que le personnel professionnel et technique travaille sans équipement sanitaire et sans matériel de protection, qu’il lance des SOS sur toutes les tribunes pour que les établissements appliquent les mesures de distanciation sociale. Des laboratoires aux soins à domicile, en passant par les centres jeunesse et les CHSLD, nos membres sont laissés à eux-mêmes, parfois confinés dans des espaces restreints. On n’envoie pas une armée au front sans protection militaire, pourquoi le fait-on avec les personnes qui travaillent dans un milieu en contact direct avec la COVID-19? Le gouvernement doit prendre d’ici demain les mesures qui s’imposent pour protéger nos anges gardiens, comme il se plaît à les nommer, et ça, c’est non négociable», a déclaré la présidente de l’APTS, Andrée Poirier, dimanche.

Dans le cadre des négociations pour le renouvellement des conventions collectives des secteurs public et parapublic, des discussions sont en cours pour déterminer les mesures à prendre pour assurer la protection des techniciens et des professionnels du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS).

Pour l’APTS, ces mesures doivent être prises en cohérence avec les consignes de la Santé publique et «non dépendre d’un processus de négociation où la partie patronale cherche à tout prix à minimiser les coûts pour le gouvernement».

«Qui sera présent pour offrir les soins et les services dont la population a besoin si les techniciens et les professionnels tombent malades? Qui fera les tests dans les laboratoires, les examens dans les salles d’imagerie médicale? Qui s’occupera des personnes vulnérables ou répondra à leurs appels de détresse? À un moment donné, il va falloir que les personnes à la table de négociation prennent conscience de l’état d’urgence dans lequel le Québec est plongé. Ça suffit les enfantillages! Ça fait 16 jours que le personnel du RSSS met sa vie en danger, il est plus que temps d’agir», a poursuivi Andrée Poirier.

Depuis le début de la crise, l’APTS veut que des mesures de prévention, dont le télétravail, soient mises en place afin de réduire au maximum les déplacements et les vecteurs de transmission. Elle critique toutefois le fait qu'elle «se bute à chaque fois à un refus obstiné de la part des gestionnaires des établissements, qui craignent que les salariés ne travaillent pas vraiment de leur maison».

«On devrait faire exactement le contraire, laisser le plus possible les travailleur·se·s à la maison lorsque c’est possible. Il faut se garder une force en réserve, à l’abri, pour remplacer ceux et celles qui tomberont au combat. Il est ridicule d’épuiser tout le personnel alors que nous savons que nous en avons pour des semaines à lutter contre la COVID-19. Il faut protéger et ménager nos anges gardiens, coûte que coûte», a conclu la présidente de l’APTS.


Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : la situation en chiffres

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) et le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec ont dévoilé, cet après-midi, les plus récentes données sur l'évolution de la pandémie de la COVID-19 dans la région et dans la province.