Le concept de distanciation sociale, cette pratique recommandée par les autorités de la santé pour ralentir la propagation d’une maladie contagieuse, est-il bien compris? Le Détecteur de rumeurs a repéré cinq mythes.

Par Gabrielle Brassard-Lecours - Détecteur de rumeurs - Agence Science-Presse

1. La distanciation sociale ne s’applique qu’aux aînés et aux personnes à risque? Faux

 L’objectif est certes de protéger les personnes les plus vulnérables, en ralentissant la transmission du virus, mais tout le monde peut être infecté et donc, transmettre le virus. C’est en s’éloignant des endroits populeux (surtout intérieurs) qu’on contribue au ralentissement de la propagation, en réduisant les contacts, en évitant les personnes qui toussent, et en se mettant en quarantaine complète si on a des symptômes. Toutes ces mesures aident à aplanir la fameuse courbe du nombre de nouveaux cas quotidiens.

2. Si on pratique assez la distanciation sociale, on en verra immédiatement les résultats? Faux

La distanciation sociale est aussi encouragée pour ne pas encombrer le système de santé. En Chine, les mesures radicales qui ont été prises pendant près de deux mois pour que les gens s’isolent, viennent à peine de commencer à être allégées. Là-bas, même avec ces restrictions sévères, les admissions dans les hôpitaux et aux soins intensifs avaient continué de croître pendant des semaines. La raison étant que la contagion, quoi qu’on fasse, circule d’ores et déjà et qu’il peut s’écouler des semaines avant qu’une personne, infectée sans le savoir, devienne malade au point d’avoir besoin de soins.

3. La distanciation sociale pendant un peu plus d’un mois pourrait arrêter l’épidémie de façon permanente? On ne sait pas 

S’il est vrai que des mesures de distanciation sociale efficaces contribuent à faire décliner le virus dans une ville ou une région, il reste présent. L’histoire des quarantaines démontre que quand la distanciation sociale fonctionne, les cas d’infection diminuent, mais que quand les mesures sont allégées, ils peuvent ressurgir en grand nombre. Ceci laisse croire que cette pratique doive être mise en place sur une longue période de temps.

4. Seules les personnes testées positives pour le COVID-19 devraient s’isoler? Faux

Aux États-Unis, le nombre de tests de dépistage est de très loin insuffisant. Au Québec, certains se demandent s’il est suffisant. Avec la saison plus chaude qui approche et la diminution du nombre de personnes ayant des grippes ou des rhumes, il sera plus facile de détecter le COVID-19 chez les personnes ayant des infections respiratoires. C’est pourquoi en attendant, on conseille aux gens, particulièrement ceux qui sont malades, de rester chez eux le plus possible.

5. Toute interaction humaine doit être stoppée? Faux

 «Distanciation physique» serait probablement un terme plus approprié que « distanciation sociale », parce que l’objectif est la séparation physique des individus, pas celle qui est émotive, expliquent dans le USA Today Marc Lipsitch et Joseph Allen, respectivement professeur en épidémiologie et directeur du programme Healthy Buildings, tous deux à l’École de santé publique de l’Université Harvard.

Cela signifie qu’il faut impérativement arrêter de faire des courses qui ne sont pas urgentes, ainsi que des sorties dans des bars ou des restaurants. Mais ça ne veut pas dire de mettre fin aux conversations avec le voisin dans la rue ou de cesser son jogging avec un ami. « Distanciation physique » peut, par exemple, vouloir dire de remplacer des visites à domicile par le téléphone ou par les médias sociaux. Il faut garder un minimum de fonctionnement sociétal, et préserver notre santé mentale et physique. 

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : la situation en chiffres

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) et le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec ont dévoilé, cet après-midi, les plus récentes données sur l'évolution de la pandémie de la COVID-19 dans la région et dans la province.