CRÉDIT : AGENCE SCIENCE-PRESSE

Une bonne nouvelle dans la mauvaise nouvelle: le nouveau virus se répand vite, mais il ne subit pas beaucoup de mutations. Ça veut dire qu’un éventuel vaccin pourrait avoir une grande efficacité. Et ça rend aussi très improbable le scénario du pire, celui qui verrait le virus muter pour devenir encore plus dangereux.

Agence Science-Presse

À titre de comparaison, ce sont les mutations que subit la grippe saisonnière qui rendent l’efficacité d’un vaccin si incertaine d’une année à l’autre: les généticiens et autres microbiologistes analysent les dernières «versions» du virus et essaient chaque fois de déduire vers quoi il évoluera l’année suivante. Il leur est arrivé de se tromper lourdement.

Les scientifiques ont à présent à leur disposition plus de 2000 génomes de ce virus, séquencés dans des dizaines de pays, et leurs impressions d’il y a quelques semaines se confirment: d’une «version» à l’autre, le virus subit de subtiles altérations, mais pas au point de se diviser en familles différentes.

Il faut rappeler qu’un virus ne se multiplie que s’il infecte un être vivant. Comme il doit s’intégrer au matériel génétique contenu dans une de nos cellules, afin de transmettre aux autres cellules les instructions pour continuer à se multiplier, le risque «d’erreurs», donc de mutations, est chaque fois plus élevé.

Et certaines de ces mutations peuvent être ensuite transmises à la personne suivante. La grande majorité de ces changements sont mineurs, mais la marge d’incertitude est suffisamment grande pour laisser les experts incapables de prédire l’évolution future d’un virus comme la grippe, encore moins d’un nouveau virus comme ce SRAS-CoV-2. 

Il semblerait de plus que la famille des coronavirus dont faisait partie le SRAS en 2003, ait cette particularité, par rapport aux autres virus, d’avoir un moins grand nombre «d’erreurs» lorsqu’elle se copie d’une cellule à l’autre ou d’un individu à l’autre. Autrement dit, elle fait un «copié-collé» plus fidèle, ce qui explique, dans ce cas-ci, le plus petit nombre de mutations.

Virus ou bactérie: la différence ?

Le fait qu’un virus dépende d’un autre être vivant pour poursuivre son existence constitue une différence énorme avec une bactérie, qui est un être vivant autonome : elle n’a pas besoin d’aide pour se diviser et occuper un «territoire». Quiconque a déjà vu des taches grossir dans sa toilette ou son évier peut en témoigner. C’est la raison pour laquelle on dit souvent qu’une bactérie correspond à la définition d’un être vivant, qui peut se reproduire par lui-même, mais pas un virus. En d’autres termes, si on s'en tient à la stricte définition, le virus ne serait pas un être vivant, du moins pas tant qu’il n’en a pas infecté un autre.

Les plus lus

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, jeudi, que trois autres Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : la situation en chiffres

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) et le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec ont dévoilé, cet après-midi, les plus récentes données sur l'évolution de la pandémie de la COVID-19 dans la région et dans la province.

Cégep de Lévis-Lauzon - Lettre ouverte d'Ann Gingras au ministre Jean-François Roberge

Monsieur le ministre, Je me souviens avoir participé à plusieurs activités de mobilisation, il y a quelques années, au Cégep Garneau. Les syndicats de l’institution collégiale de Québec en avaient alors contre le mode de gestion autoritaire et opaque de leur direction de l’époque. Il s’agissait, entre autres, de Mme Isabelle Fortier, actuellement directrice générale du Cégep de Lévis-Lauzon.