CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a annoncé de nouvelles directives en regard de la venue de personnes proches aidantes, d'accompagnateurs ou de visiteurs en centre hospitalier (CH) sous certaines conditions, et ce, dès aujourd'hui. La venue de ces personnes est maintenant permise à n'importe quel moment du séjour et pour tous les secteurs. Les établissements et les laboratoires d'imagerie médicale sont invités à se doter d'une politique visant à limiter le nombre d'accompagnateurs aux cas où cela est nécessaire, par exemple en échographie obstétricale, de même que pour la clientèle pédiatrique et la clientèle en perte d'autonomie.

Parmi les conditions générales, mentionnons que les personnes suivantes ne pourront visiter un proche :

- une personne ayant reçu un diagnostic de COVID-19 dans les 28 derniers jours;

- une personne dont la guérison n'a pas été confirmée ;

- une personne ayant des symptômes compatibles avec la COVID-19;

- une personne suspectée d'être infectée ou en attente d'un résultat (en isolement).

Les heures de visites des CH doivent être respectées. Une seule personne pour une même plage horaire est autorisée, pour un maximum de quatre personnes par période de 24 heures. Toutefois, ces directives peuvent être modulées pour des raisons humanitaires, par exemple si un patient est en fin de vie ou s'il s'agit d'une urgence.

Conditions particulières à certains secteurs

Pour ce qui est des salles d'urgence, un seul accompagnateur par patient est autorisé, à moins que la présence d'autres personnes soit requise pour des raisons médicales ou pour l'annonce d'une mauvaise nouvelle. Les visiteurs pourraient être interdits temporairement en cas de fort achalandage.

Du côté de la cancérologie, la présence des accompagnateurs est limitée aux cas qui le requièrent, par exemple pour des patients qui ont besoin d'un soutien particulier, comme des personnes ayant un trouble cognitif ou des enfants hospitalisés. Dans le cas de greffe de moelle osseuse et de thérapie cellulaire, personne n'est admis, sauf si nécessaire et à condition de se soumettre à une procédure de triage ou de test applicable à l'unité.

En obstétrique, toutes les mesures raisonnables doivent être mises en place pour favoriser la présence d'une personne accompagnatrice lors de l'accouchement. La présence des parents est favorisée en néonatalogie et en pédiatrie, toujours selon les mesures de prévention des infections établies. Si ces personnes sont atteintes de la COVID-19, elles ne peuvent être présentes, sauf en cas de circonstances exceptionnelles ou si la mère qui accouche ou l'enfant hospitalisé sont aussi atteints, auquel cas ils pourront se déplacer ensemble dans l'hôpital, en portant un masque.

Notons finalement que les établissements et les laboratoires d'imagerie médicale sont invités à se doter d'une politique visant à limiter le nombre d'accompagnateurs aux cas où cela est nécessaire, par exemple en échographie obstétricale, de même que pour la clientèle pédiatrique et la clientèle en perte d'autonomie.

Les plus lus

Des bleuets pour la bonne cause

Dans le cadre d'une collecte de dons au profit de trois organismes communautaire, petits et grands pourront venir cueillir gratuitement des fruits à la Bleuetière DuRoy, à St-Étienne-de-Lauzon, les samedis 25 juillet, 1er et 8 août.

Lettre d'opinion - Un site qui a besoin d'amour

Il arrive parfois que l'ordre des choses établi soit bouleversé; dans une pièce avec un café, une plume s'éveille sur le tard, n'ayant ni crédit ni tribune pour se faire entendre. Incapable d'arrêter d'écrire, dans certain cas particulier, cela donna naissance, au début des années 1970, au phénomène du journalisme gonzo; le texte qui suit en est une tentative de ma part.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

COVID-19: un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

Après près d’une semaine sans nouveau cas, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a recensé une infection supplémentaire à la COVID-19, à Lévis. Depuis le début de la crise, 523 personnes ont contracté la maladie en Chaudière-Appalaches.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

COVID-19 : quatre nouveaux cas dans la région

La «disparition» du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches n'aura duré que 24 heures. Selon les plus récentes données des autorités sanitaires, quatre résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Une nouvelle garderie à Saint-Jean-Chrysostome

Le Centre éducatif sous les arbres, une garderie privée subventionnée située sur l’avenue Taniata, ouvrira ses portes d’ici la fin septembre.

Une maison des aînés et alternative à Saint-Étienne-de-Lauzon

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, accompagnée de Marc Picard, député des Chutes-de-la-Chaudière, a annoncé la création d’une maison des aînés et alternative dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon au prolongement de l’avenue Albert-Rousseau, le 28 juillet.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter

Sept personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs continue d'augmenter. Au Québec, le dernier bilan fait état de 145 nouveaux cas.