CRÉDIT : JOSYANNE PRESCOTT

600 travailleuses de 17 CPE de la Chaudière-Appalaches et de Québec affiliées à la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec de la Centrale des syndicats du Québec (FIPEQ-CSQ) étaient en grève aujourd’hui et plusieurs d’entre elles ont manifesté devant le bureau de la députée de Bellechasse et adjointe parlementaire du ministre de la Famille, Stéphanie Lachance. Sans convention collective depuis plus d’un an et demi, les éducatrices demandent de meilleures conditions de travail.

Éducatrices, responsables en alimentation, préposés à l’entretien ménagé, parents, syndicats et membres de service de grade en milieu scolaire et familial composaient les centaines de personnes mobilisées pour réclamer de meilleures conditions travail, dont une hausse de la rémunération.

Il était possible d’y lire des affiches sur lesquelles il était inscrit «Pour des conditions dignes du caractère de l’emploi» ou encore, «Unis plus que jamais pour maintenir un service de qualité», tandis que d’autres écriteaux s’adressaient directement à Mathieu Lacombe, le ministre de la Famille du Québec.

Selon Valérie Grenon, porte-parole de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ), bien qu’elle soit d’accord avec l’ajout du nombre de places récemment annoncé dans la région, elle croit tout de même que le ministère de la Famille devrait d’abord se concentrer sur le manque, la rétention et l’attraction de la main-d’œuvre.

«Ce n’est pas le temps d’investir dans le béton, c’est le temps d’investir dans les humains», a ajouté la vice-présidente de la CSQ, Line Camerlain.

Selon la fédération, en ce moment, ce sont 3 000 intervenantes au Québec qui manquent dans le réseau pour répondre aux besoins. D’ici 3 ans, le syndicat estime que ce nombre augmentera à plus de 10 000 travailleuses avec les différents départs, la retraite et le manque de relève.

Revendications

Actuellement, à la table de négociation, le gouvernement propose une augmentation salariale annuelle de 2 %, une hausse de 6 % à la fin de l’entente de la convention collective seulement pour les éducatrices formées ainsi qu’un 50 $ en prime lors d’une semaine de plus de 40h. De plus, le syndicat soutient que la partie patronale veut rendre obligatoire le temps supplémentaire.

«Pour eux, la solution à la pénurie de main-d’œuvre, c’est de brûler les filles déjà épuisées. Ça ne passe pas et on le voit que ça ne passe pas, car les filles sont (présentent aujourd’hui)», a soulevé Mme Grenon.

Pour sa part, la FIPEQ demande une augmentation ainsi qu’un rattrapage de salaire se situant entre 21 et 27 %, soit une augmentation entre 3,50$ et 5$ à la fin de la convention collective pour tous les corps d’emploi. «Un CPE ce n’est pas seulement les éducatrices, c’est aussi tout le monde derrière», a affirmé la porte-parole. La fédération souhaite aussi avoir un plancher d’emploi pour éviter les bris de services.

«C’est une perte de salaire aujourd’hui pour elles d’être ici. On sent que les membres veulent une reconnaissance. C’est à cause d’elles qu’on est capable de survivre et de tenir le réseau à bout de bras, il faut les reconnaître à leur juste valeur», a souligné Valérie Grenon. 

Du même souffle, la FIPEQ-CSQ argue que le gouvernement provincial a les moyens pour améliorer les conditions de travail des travailleuses des CPE. Elle soutient que Québec pourrait investir la somme de 6 G$ octroyée cet été par le gouvernement fédéral au gouvernement provincial dans le milieu de la petite enfance afin de répondre aux divers besoins et demandes. «Pour une fois, Québec ne peut pas nous dire qu’il n’a pas d’argent, s’il l’investit le problème est réglé», a conclu la porte-parole.

Les plus lus

COVID-19 : la Santé publique régionale tire la sonnette d'alarme

Par voie de communiqué, la Direction régionale de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a partagé son inquiétude face à la détérioration de la situation épidémiologique de la région.

Une rentrée appréciée au Collège

Près d’un mois après la reprise des classes dans l’institution du Vieux-Lévis, les dirigeants du Collège de Lévis se réjouissent des premières semaines de l’année scolaire 2021-2022, lors de laquelle les élèves de l’école secondaire privée ont pu vivre une rentrée plus normale que l’an dernier.

Chaudière-Appalaches accueillera 26 nouveaux médecins de famille

Dans le cadre des nouveaux plans régionaux d’effectifs médicaux (PREM) pour l’année 2022, le ministère de la Santé et des Services sociaux a dévoilé que 26 postes de médecins de famille seront disponibles pour la prochaine année en Chaudière-Appalaches. Ainsi, 17 médecins nouveaux facturants et 9 médecins déjà en pratique s’ajouteront à l’effectif de la région.

Importante hausse des nouveaux cas de COVID-19 en Chaudière-Appalaches

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a notamment rapporté une importante hausse du nombre de nouveaux cas de COVID-19, dans son bilan régional sur l'évolution de la pandémie publié mardi. La majorité des nouvelles infections ont été découvertes en Beauce.

Le Jardin Norah et Romy inauguré

C’est dans la cour arrière de l’organisme Deuil-Jeunesse de Québec qu’a été inauguré le jardin commémoratif de Norah et Romy Carpentier, le 6 octobre dernier. À l’image des intérêts des deux fillettes lévisiennes décédées à l’été 2020, le jardin sera un lieu d’intervention et réconfortant pour la clientèle endeuillée de Deuil-Jeunesse.

Le port du masque élargi dans les MRC de Bellechasse et de La Nouvelle-Beauce

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé le 7 octobre, à la suite d'une recommandation formulée par les autorités de santé publique, qu'à partir du 11 octobre, le port du masque d'intervention sera obligatoire pour tous les résidents des résidences privées pour aînés (RPA) ainsi que pour tous les élèves des établissements scolaires du primaire et du secondaire des MRC de Bellecha...

Fermeture temporaire d’une portion de l’avenue Taniata

Le ministère des Transports a annoncé par voie de communiqué la fermeture complète et partielle d’une portion de l’avenue Taniata du 18 au 22 octobre, en raison de travaux de reconstruction de la rivière Pénin.

Une dernière année en distinction pour un cadet lévisien

À 18 ans, Tomas Lacroix est depuis 5 ans membre du corps des Cadets royaux de l’armée canadienne 2820 des Chutes-de-la-Chaudière. L’adjudant-maître Lacroix a eu la chance d’amorcer sa dernière année dans le corps avec une distinction prestigieuse alors qu’il a été nommé cadet de l’armée le plus exceptionnel du Canada pour 2021 et récipiendaire de l’épée commémorative du lieutenant-général Walsh pa...

COVID-19 : trois décès enregistrés dans le sud de la région

Dans son bilan régional sur l'évolution de la pandémie publié lundi, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a annoncé que trois résidents du sud de la région ont récemment perdu leur combat contre la COVID-19.

Dans l'œil de Michel - Chronique du 6 octobre 2021

Le directeur marketing de Parikart, Jean-Sébastien Paré (1re photo), est l’ambassadeur masculin de l’organisme pour une deuxième année consécutive. Encore cette année, Parikart s’associe à la Fondation Vide ta sacoche. La collecte annuelle de produits d’hygiène et de cosmétiques se déroulera jusqu’à la fin du mois de novembre. Les produits recueillis durant cette collecte seront remis à des femmes...