Photo : Alexandre Bellemare

Offert depuis plusieurs années à l’École de l’Étoile, le programme d’anglais intensif pour les élèves de sixième année sera transformé en programme d’anglais enrichi en raison du manque de main-d’œuvre pour l’année à venir. Cette décision a été prise par le Centre de services scolaires des Navigateurs (CSSDN) malgré le refus du conseil d’établissement (CE) de l’école primaire de Saint-Nicolas.

C’est au printemps dernier que le CE de l’École de l’Étoile a fait sa demande habituelle au CSSDN afin d’obtenir 1,5 ressource pour ses trois classes de sixième année en anglais intensif pour l’année scolaire 2022-2023. Ce programme intensif prévoit que ces trois classes puissent étudier en anglais pendant la moitié de l’année.

Toutefois, le CSSDN a informé le CE qu’il refusait la grille-matière proposée et qu’il recommandait plutôt un programme d’anglais enrichi, soit le tiers de l’année en anglais plutôt que la moitié, ou que seulement deux des trois classes bénéficient du programme d’anglais intensif puisqu’une seule ressource leur serait octroyée en raison de la pénurie de main-d’œuvre. Une offre que le CE a alors déclinée. 

À la suite de cette décision, le centre de services scolaires a de nouveau demandé au CE de se prononcer sans changer ses deux propositions. Le CE de l’École de l’Étoile a alors sondé les parents des élèves qui ont «en très grande majorité» partagé qu’ils souhaitent conserver le programme d’anglais intensif dans sa forme originale.

«Ce n’était pas un refus d’agir (de ne pas accepter la grille-matière), c’est un désir de respecter la volonté des parents et du conseil d’établissement», soutient Caroline Labrecque, vice-présidente et présidente par intérim du CE de l’École de l’Étoile.

Face à ce nouveau refus, le CSSDN a fait le choix de passer par-dessus cette décision et d’adopter la grille-matière d’un programme d’anglais enrichi plutôt qu’intensif. Dans sa démarche, le centre de services scolaires a également envoyé une mise en demeure au CE de l’école primaire de Saint-Nicolas, «une démarche administrative prévue à la loi pour dénouer des problématiques comme celle-ci», a souligné le CSSDN dans un échange de courriels avec le Journal.

Le CSSND s’explique

Dans cet échange de courriels entre le CSSDN et le Journal, l’organisation scolaire a désiré faire le point sur la situation.

«C’est vraiment la pénurie de personnel enseignant, et en particulier, d’enseignants d’anglais, qui est au cœur de la question […] et il ne s’agit pas d’une situation unique à cette école, le manque d’enseignants d’anglais se vit sur l’ensemble de notre territoire», a indiqué le CSSDN.

Quant aux mesures prises afin de régler le conflit, le CSSDN a assuré qu’il n’avait pas d’autres choix.

«Il faut comprendre que cela empêchait l’organisation scolaire pour l’année 2022-2023 de se poursuivre. Il a donc fallu dénouer l’impasse et c’est le moyen prévu par la Loi sur l’instruction publique pour régler ce genre de problématique», a expliqué le centre de services scolaires.

Une situation qui vise à se rétablir

Malgré qu’il soit trop tard pour retrouver le programme d’anglais intensif à l’École de l’Étoile pour l’année 2022-2023, le CE reviendra à la charge pour la prochaine année et croit que ses efforts seront entendus.

«La nouvelle directrice du CSSDN est arrivée en poste dernièrement. Nous avons discuté ensemble et j’ai senti une grande ouverture d’esprit de sa part. Elle comprend le contexte de notre école et de la situation. Toutefois, il est tard pour changer les choses pour l’année qui s’en vient et on comprend les enjeux de personnel avec lesquels le CSSDN doit jongler, assure Mme Labrecque. On souhaite s’assurer que le dialogue reste ouvert et que la situation se règle dans le futur dans l’intérêt des élèves.»

De son côté, le CSSDN a affirmé qu’il désire voir ce programme d’anglais intensif refaire surface lorsqu’il y aura «suffisamment d’enseignants d’anglais pour subvenir aux besoins de tous».

Les plus lus

Chronique historique - Lévis, «gare» de Québec

Certains lecteurs se souviennent peut-être de l’immense installation de trains miniatures jadis située au deuxième étage de l’ancienne gare de Lévis. Cette curiosité fascinante s’inscrivait dans le riche passé ferroviaire de notre territoire.

Une nouvelle approche intégrée à l’école Vision

L’École trilingue Vision Rive-Sud, conjointement avec la petite école Vision Lévis, a lancé, le 25 août dernier, son année scolaire. L’école située à Saint-Romuald intégrera graduellement au cours des trois à quatre prochaines années une nouvelle approche afin d’enseigner les langues secondes, c’est-à-dire l’approche neurolinguiste (ANL).

Le conseil se penche sur la démolition du 4610, route des Rivières

Les élus municipaux de Lévis se sont réunis, le 19 septembre, pour une séance extraordinaire du conseil municipal. À cette occasion, les conseillers municipaux et le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ont entendu les arguments des parties impliquées dans l’appel de la décision du comité de démolition de Lévis, autorisant la demande de démolition sous conditions du 4610, route des Rivières, à Sain...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 7 septembre 2022

Le Groupe Maurice a un nouveau président et chef de la direction : Alain Champagne (1re photo).

Distribution de verrous de pontet dans la région

Comme depuis plusieurs années, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) profitera de la tenue en septembre de la Journée mondiale de prévention du suicide afin de distribuer des verrous de pontet aux propriétaires d'armes à feu de la région.

L’Aventure médecine est lancée à Lévis

Après des années de préparation, l’Université Laval (UL) et ses partenaires, l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et le réseau de la santé du Québec, ont lancé en septembre Aventure médecine. Comme leurs homologues à Rimouski, 18 étudiants ont pu amorcer leurs études en médecine à Lévis, à l’extérieur du campus lavallois. Le Journal a récemment pu rencontrer deux étudiants qui se sont lancés d...

Montréal-Québec à la course pour soutenir un jeune Lévisien malade

Lorsque le Montréalais Patrick Michel a appris que le fils de cinq ans de ses anciens collègues de travail était aux prises avec une leucémie, le sportif a rapidement organisé une course à pied entre Montréal et Québec afin d’amasser des fonds pour la famille lévisienne. Via Une course pour une vie, le Montréalais a parcouru les 270 km qui séparent Montréal et Québec, du 25 au 28 août derniers.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 14 septembre 2022

Frédérick Purcell, directeur des ventes chez Groupe Lou-Tec, est très fier de son fils Tyler. Ce dernier a récemment participé à son initiation lors de la rentrée universitaire (1re photo).

Quelques étudiants en moins au Cégep de Lévis cet automne

Les étudiants du Cégep de Lévis effectuaient leur rentrée en classe dernièrement. Cette année, le Cégep de Lévis constate une légère baisse de sa population étudiante, une situation comparable au reste de la province.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 31 août 2022

La Fondation Élizabeth et Roger Parent a dernièrement reçu de la belle visite. Les gens des Petits Frères de Lévis ont vécu une superbe journée grâce à la formidable équipe de bénévoles de la fondation (1re photo).