L'aventure d'Antoine Marquis au Lot du diable a pris fin lors de l'émission télédiffusée le 25 novembre dernier. Photo : Laurence Labat.

Antoine Marquis, l’un des quatre participants lévisiens à la téléréalité d’Historia Le lot du diable, a appris, lors de la troisième émission de la saison télédiffusée le 25 novembre, qu’il était le candidat éliminé. Si son départ hâtif ne représentait pas la fin désirée pour l’antiquaire âgé de 26 ans, sa participation à l’émission demeure à ce jour une expérience inoubliable.

Rappelons que Le lot du diable permet à des Québécois de revivre l’époque de la colonisation dans les régions éloignées du Québec au cours des années 1930 grâce à une immersion totale. Lors de la deuxième saison télédiffusée cette année, les 16 participants ont entrepris un véritable voyage dans le temps à cette époque, cette fois en Gaspésie dans les colonies de pêches établies dans la baie des Chaleurs.

Membre de la colonie du rocher, l’une des trois colonies en compétition lors de la nouvelle mouture du Lot du diable, Antoine Marquis a vu son aventure prendre fin puisque son équipe a perdu le défi de l’émission. Les colonies du rocher et de la falaise devaient construire une chaloupe étanche pouvant prendre la mer.

La colonie du rocher a opté pour une embarcation plus complexe qui a été saluée par les juges, mais cette dernière prenait l’eau, contrairement à celle de la colonie de la falaise. Ce qui a permis à cette dernière de remporter le défi de la troisième émission. Lors de l'élimination, quatre des six membres de la colonie du rocher ont finalement voté pour qu'Antoine Marquis fasse ses valises.

«Je ne croyais pas être en danger et au moment de la deuxième élimination, on travaillait davantage sur une alliance pour éliminer une autre fille. Mais lors de la journée de l’élimination, j’ai été victime d’épuisement psychologique. C’était notre deuxième défaite consécutive lors des défis. J’aimais bien donner mes idées, mais je ne me sentais pas écouté malgré que l’équipe suivait souvent mes suggestions. En plus, les difficultés vécues lors de l’aventure m’ont rentré dedans. Pour donner une idée de l’état psychologique dans lequel j’étais, si la production me laissait le choix entre le grand prix de 100 000 $ et un Big Mac, j’aurais choisi le burger. J’ai donc pris la balle pour l’équipe», a partagé Antoine Marquis.

Quelques mois après son aventure, le jeune Lévisien nourrit donc encore quelques regrets face à son parcours au Lot du diable. «Je referais l’aventure demain matin, mais je jouerais différemment. Après avoir écouté la première saison où les têtes fortes avaient été éliminées rapidement, j’ai décidé de ne pas prendre de place pour éviter d’être une cible. Mais on dirait qu’en conservant profil bas, cela a joué contre moi lors de la deuxième élimination. Je prendrais donc plus place et je montrerais davantage ma personnalité», a expliqué l’antiquaire.

Toutefois, la dizaine de jours passés à revivre l’existence des colons Gaspésiens au début du 20e siècle ont apporté plusieurs bienfaits à Antoine Marquis. «J’ai trouvé cela dur, que ce soit la gestion du froid ou d’être privé de bonne nourriture. Je n’aime pas manger du jambon chaud, mais juste de pouvoir en manger lors du buffet de la troisième émission avec les membres des colonies du rocher et de la falaise après avoir mangé des beans pendant des jours, c’était incroyable. Je ne suis pas déçu de ne pas avoir remporté le prix de 100 000 $. Le lot du diable a été un beau défi personnel, j’ai pu nouer de belles amitiés et cela m’a permis de réaliser que j’étais bien content de ma vie», a raconté M. Marquis.

Notons finalement que les trois autres participants lévisiens sont toujours dans la course pour remporter la deuxième édition du Lot du diable, soit Geneviève Lajoie (aventurière et autrice de 41 ans) et Sébastien Magnan (chercheur scientifique âgé de 30 ans) au sein de la colonie de la falaise ainsi qu’Alexandre Bégin (fonctionnaire provincial âgé de 35 ans) au sein de la colonie des rescapés.

Les plus lus

La RPA Seigneurie de Lévy fermera ses portes

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé au Journal, le 21 janvier, que la résidence privée pour aînés (RPA) La Seigneurie de Lévy, située dans le quartier Lévis, fermera ses portes le 22 septembre prochain.

Tempête hivernale : plusieurs services fermés

En raison de la tempête hivernale qui frappe actuellement la région, plusieurs services publics ont été fermés.

Des Lévisiens pourront se faire livrer du pot en 90 minutes

La Société québécoise du cannabis (SQDC) a annoncé, le 9 janvier, qu'elle étendait dès aujourd'hui son service de livraison en 90 minutes aux municipalités de Lévis, Sainte-Anne-de-Beaupré, Trois-Rivières et Shawinigan.

Leïla se pointe le bout du nez en premier à l’Hôtel-Dieu de Lévis

C’est à 1h19 le 1er janvier dernier que l’Hôtel-Dieu de Lévis a accueilli son premier bébé de l’année. Leïla Leblond est née d’une césarienne à 8,4 lbs au grand plaisir de ses parents, Jany Boulay Émond et Manuel Leblond, et de son grand frère, Owen.

Vers une grève de plusieurs jours à la STLévis?

Par voie de communiqué, le Syndicat des chauffeurs d'autobus de la Rive-Sud (CSN), le groupe qui représente les conducteurs de la Société de transport de Lévis (STLévis), a partagé, le 11 janvier, son désir d'accentuer ses moyens de pression. En raison de «l'impasse» dans les négociations afin de renouveler la convention collective des chauffeurs d'autobus, le syndicat prévoit déclencher une grève...

Les pourcentages applicables pour le calcul d'ajustement des loyers dévoilés

Le Tribunal administratif du logement (TAL) a dévoilé, le 17 janvier, les pourcentages applicables pour le calcul d'ajustement des loyers en 2023, conformément au Règlement sur les critères de fixation de loyer.

Une Lévisienne résiliente partage son histoire

Une trentenaire originaire de Lévis atteinte d’une leucémie rare, Mélissa Lefebvre Fontaine, a créé une page Facebook afin de sensibiliser la population. Souhaitant faire bouger les choses pour la recherche sur le cancer ainsi que le don de sang, de moelle osseuse et de cordon ombilical, la Lévisienne a reçu un retour positif sur ses réseaux sociaux.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 11 janvier 2023

Je souhaite à notre députée des Chutes-de-la-Chaudière et ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Martine Biron (1re photo), beaucoup de voyages à l’étranger pour nous faire rayonner et du succès dans tous vos divers dossiers.

Chronique historique - La Coopérative d’habitation de Lévis

La chronique historique d’octobre 2022 qui portait sur la Société de construction permanente de Lévis et de l’éphémère Société de construction mutuelle de Lévis nous permet de nous souvenir d’une expérience plus récente, soit celle de la Coopérative d’habitation de Lévis aux débuts des années 1950. Projet qui fera sortir de terre un quartier complet sur les hauteurs de Lévis.

Effectif infirmier en hausse en Chaudière-Appalaches

Au 31 mars 2022, Chaudière-Appalaches comptait 3 % plus d’infirmiers et d’infirmières en emploi par rapport à la même période l’an dernier. C’est le double du taux pour l’ensemble du Québec (1,5 %). C’est l’une des informations qui ressort du plus récent portrait statistique présenté le 22 novembre par l’Ordre des infirmiers et infirmières du Québec (OIIQ).