En cliquant sur la ville, on obtient la liste des moyens de transport disponibles. CRÉDIT : CAPTURE D'ÉCRAN EMBARQUECHAUDIERE-APPALACHES.CA

Pour trouver facilement les moyens de transport actif et collectif à Lévis et partout en Chaudière-Appalaches, une nouvelle plateforme est en ligne depuis lundi 20 août.

Transports en commun, transport adapté, train, covoiturage, pistes cyclables, supports à vélo ou encore stationnements incitatifs, tous les modes de déplacement alternatifs à la voiture dans la région sont répertoriés, ville par ville, sur le site EmbarqueChaudiere-Appalaches.ca.

Pour trouver un transport actif ou collectif, il suffit de cliquer sur la ville ou de la sélectionner dans le menu déroulant pour obtenir la liste des moyens disponibles. En plus des coordonnées, des liens renvoient les utilisateurs vers les sites Internet des fournisseurs de service. Il est aussi possible de faire apparaître sur la carte le tracé des pistes cyclables ou l’emplacement des bornes de recharge pour les autos électriques.

De nouvelles fonctionnalités seront ajoutées à la plateforme web. Un outil pour trouver des partenaires de covoiturage rassemblera, en une seule recherche, les offres de covoiturage disponibles sur plusieurs plateformes (AmigoExpress, EckoRide -offres disponibles sur Facebook- et Poparide). De plus, il sera possible de localiser l’emplacement de 25 stationnements incitatifs situés dans les municipalités de la région. 

Moins de gaz à effet de serre, plus de mobilité

Lancée par le Conseil régional de l’environnement Chaudière-Appalaches (CRECA), la  plateforme web vise à favoriser la mobilité des citoyens de la région en aidant les étudiants et les travailleurs de la région à délaisser l’auto solo au profit de moyens de transport durables.

«Embarque Chaudière-Appalaches est à la fois un état des lieux et une première action régionale en matière de mobilité durable», présente Martin Vaillancourt, directeur général du CRECA, dans un communiqué.

«On souhaite déployer ce projet tout d’abord pour des raisons environnementales, notamment réduire nos émissions de gaz à effet de serre, mais également pour faciliter la mobilité de la main-d’œuvre et faire un portrait global de l’offre en transport alternatif dans la région», ajoute Vincent Drouin Landry, chargé de projet au CRECA.

Le transport collectif et la mobilité avaient d'ailleurs été identifiés comme des enjeux prioritaires lors du Forum sur la transition énergétique et l’adaptation aux changements climatiques, qui s’est tenu en mars 2018 à Sainte-Marie.

Le site donne également une place aux initiatives des employeurs qui prennent des mesures pour favorisent la mobilité durable de leurs employés.

Les plus lus

Le LPU : un succès sur toute la ligne à Lévis

Le laissez-passer universel (LPU) de l’Université Laval n’a engendré que du positif pour la Société de transport de Lévis (STLévis) depuis son implantation à l’automne dernier. En effet, la STLévis a enregistré une augmentation de 40 % de l’achalandage étudiant destiné à l’Université Laval.

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

Un troisième lien reliant les deux centres-villes?

Selon ce qu'a dévoilé le FM93, le gouvernement provincial privilégierait un nouveau tracé pour le projet de troisième lien routier interrives entre Lévis et Québec. Plutôt que de passer près de l'île d'Orléans, l'infrastructure désirée par plusieurs dans la région relierait l'autoroute 20, à la hauteur de la route Monseigneur-Bourget à Lauzon, à l'autoroute Laurentienne, près du Stade Canac à Québ...

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Pénurie de laine pour les tricoteuses au grand cœur

Depuis 2001, un groupe de tricoteuses bénévoles se réunit tous les mardis au Centre d’action bénévole Bellechasse-Lévis-Lotbinière (CABBLL) dans le secteur Lauzon afin de remettre leurs tricots à 21 organismes du territoire de Lévis, Bellechasse et Lotbinière qui viennent en aide aux gens dans le besoin. Cependant, les 110 tricoteuses font face à un défi depuis trois hivers, les dons de laine se f...

Les fournisseurs de la Davie déjà à pied d’œuvre

À l’aube de l’inclusion de la Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale, plus de 200 fournisseurs se sont rassemblés le 28 janvier à Lévis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

Une bourse d’honneur pour le Bunker de la science

Dans le cadre d’une initiative du gouvernement du Québec, David Bertrand, cofondateur du Bunker de la science situé dans le secteur de la Traverse, s’est mérité une bourse de 25 000 $ et 1 an de mentorat offert par le Réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

Saint-Vallier : La Mauve en danger

La coopérative La Mauve de Saint-Vallier, qui se spécialise dans la transformation et la distribution de produits bio et locaux, notamment à Lévis, vit des moments difficiles.

La voix de Laurie Drolet séduit Coeur de pirate

La Lévisienne Laurie Drolet a impressionné lors de son audition à l'aveugle à La Voix, télédiffusée le 9 février. Tous les juges se sont retournés pour sélectionner la chanteuse de 20 ans, qui a finalement décidé de joindre l'équipe de Coeur de pirate.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».