En raison d'une controverse sur les médias sociaux, Luc St-Hilaire ne représente plus le Parti vert du Canada dans Lévis-Lotbinière. CRÉDIT : ARCHIVES

Luc St-Hilaire n’est plus le candidat du Parti vert du Canada (PVC) dans la circonscription de Lévis-Lotbinière en vue des prochaines élections fédérales. Alors que la campagne sera bientôt déclenchée, le PVC a demandé, à la mi-août, au stratège et créateur publicitaire de retirer sa candidature en raison d’une controverse dont il était l’objet sur les médias sociaux.

«Le parti m’a demandé de retirer ma candidature. J’ai accepté. Je n’ai pas eu le choix de la retirer en raison de la controverse», a déclaré M. St-Hilaire lors d’une entrevue accordée au Journal le 20 août.

D’ailleurs, Rosie Emery, porte-parole du PVC, a confirmé au Journal que la formation politique dirigée par Elizabeth May était «en train de chercher un autre candidat dont l’identité allait être dévoilée lors des prochaines semaines».

C’est en raison d’une publication écrite le 15 août sur Facebook par Xavier Camus, professeur de philosophie montréalais bien connu sur les médias sociaux pour critiquer les positions de droite de certains Québécois, que la controverse est née.
M. Camus a alors dénoncé que Luc St-Hilaire ait partagé sur sa page Facebook personnelle des publications qu’il considère comme «islamophobes».

«Dans une récente publication, M. St-Hilaire partage un mème ignoble réclamant que le président du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallh, condamne l’acte d’immolation (attaque d’un résident de Québec qui a brûlé son ex-conjointe), comme s’il en était en partie responsable. Comme le geste n’était pas politique, en quoi cet homme devrait-il s’excuser? Pourquoi s’acharner sur lui», a notamment écrit le professeur de philosophie.

Dans le mème en question, on peut lire la phrase suivante : «Ce serait un bon moment pour le président de ‘‘l’association musulmane’’ de condamner les gestes répugnants de ce ‘‘Mohammed’’ qui a fait de sa femme une torche humaine devant ses enfants. Mais non, c’est le silence».

Également, Xavier Camus a critiqué une publication de Luc St-Hilaire où il s’opposait à la création d’une journée nationale contre l’islamophobie, contrairement à la position d’Elizabeth May. Une autre publication partagée par M. St-Hilaire a soulevé l’ire du professeur de philosophie, un montage demandant à la mairesse de Montréal, Valérie Plante, pourquoi il n’y avait pas de problème à ce que les policières marocaines ne portent pas de signe religieux lorsqu’elles sont en devoir, en plein débat sur la laïcité au Québec.

St-Hilaire se défend

S’il admet qu’il a été «maladroit» avec certains partages de publication, l’ancien candidat vert dans Lévis-Lotbinière a toutefois rejeté les accusations d’islamophobie qu’ont portées en son endroit Xavier Camus et d’autres personnes qui ont commenté la publication du professeur montréalais.

«Ce type a présenté mes publications d’une manière tendancieuse, pour me faire passer pour quelqu’un de droite. Il a donné une image de moi totalement fausse. Je suis tout sauf un raciste, un islamophobe et quelqu’un de fermé aux autres cultures. Dans ma vie, j’ai eu plusieurs occasions d’échanger ou de travailler avec des musulmans et ç’a toujours été un plaisir. […] Ce professeur de philosophie a transformé mes publications en attaques (contre la communauté musulmane) alors que mon but n’était qu’exhorter un porte-parole à prendre la parole dans un contexte où tous les débats d’opinion sont extrêmement polarisés. Par son silence, il vient donner des munitions à ceux qui ne sont pas corrects et renforcer des opinions qui sont polarisées. C’est tout le contraire de ce que je désirais», a expliqué M. St-Hilaire.

Visiblement amer de sa courte expérience en politique fédéral, l’ancien candidat vert a profité de l’occasion pour critiquer les dérives provoquées par les médias sociaux.

«Je suis un individu ordinaire qui n’est pas un professionnel de la politique. Je voulais m’impliquer pour faire changer les choses. Tout ça a été réduit à néant. Désormais, Internet donne la parole aux trolls et aux extrémistes. Je veux juste que la poussière retombe. Ce type de comportement sur les médias sociaux, ça n’encourage pas les gens à faire des choses constructives pour la société et j’estime que c’est nocif pour la démocratie», a conclu Luc St-Hilaire, tout en dénonçant les attaques personnelles qu’a subies un de ses enfants sur les médias sociaux en raison de la controverse.

Les plus lus

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

Un troisième lien reliant les deux centres-villes?

Selon ce qu'a dévoilé le FM93, le gouvernement provincial privilégierait un nouveau tracé pour le projet de troisième lien routier interrives entre Lévis et Québec. Plutôt que de passer près de l'île d'Orléans, l'infrastructure désirée par plusieurs dans la région relierait l'autoroute 20, à la hauteur de la route Monseigneur-Bourget à Lauzon, à l'autoroute Laurentienne, près du Stade Canac à Québ...

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Pénurie de laine pour les tricoteuses au grand cœur

Depuis 2001, un groupe de tricoteuses bénévoles se réunit tous les mardis au Centre d’action bénévole Bellechasse-Lévis-Lotbinière (CABBLL) dans le secteur Lauzon afin de remettre leurs tricots à 21 organismes du territoire de Lévis, Bellechasse et Lotbinière qui viennent en aide aux gens dans le besoin. Cependant, les 110 tricoteuses font face à un défi depuis trois hivers, les dons de laine se f...

Les fournisseurs de la Davie déjà à pied d’œuvre

À l’aube de l’inclusion de la Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale, plus de 200 fournisseurs se sont rassemblés le 28 janvier à Lévis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

Une bourse d’honneur pour le Bunker de la science

Dans le cadre d’une initiative du gouvernement du Québec, David Bertrand, cofondateur du Bunker de la science situé dans le secteur de la Traverse, s’est mérité une bourse de 25 000 $ et 1 an de mentorat offert par le Réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

La voix de Laurie Drolet séduit Coeur de pirate

La Lévisienne Laurie Drolet a impressionné lors de son audition à l'aveugle à La Voix, télédiffusée le 9 février. Tous les juges se sont retournés pour sélectionner la chanteuse de 20 ans, qui a finalement décidé de joindre l'équipe de Coeur de pirate.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

Des travailleurs d’ici aideront des Guatémaltèques

Dix employés de la Maison Louise-Élisabeth de Lévis, une résidence gérée par Cogir Immobilier qui accueille 130 religieuses des Sœurs de la Charité de Saint-Louis-de-France, s’envoleront pour le Guatemala à la fin mars. Pendant une semaine, ils effectueront un voyage humanitaire dans ce pays d’Amérique centrale pour effectuer divers travaux dans un orphelinat.

Conseil en bref : la Ville met fin au projet Rabaska

Voici le résumé des éléments marquants du conseil municipal tenu par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux, le 27 janvier dernier.