Buzz, Brillantine et Rambo sont employés aux camps de jour de la Ville de Lévis depuis 12 ans. CRÉDIT : ÉMILIE PELLETIER

À l’heure où les vacances tirent à leur fin, celles des animateurs de camp de jour sont sur le point de débuter. C’est avec passion qu’ils remplissent chaque été, depuis plus de 10 ans maintenant, leur mandat estival. Pleins feux sur ces jeunes colorés qui dévouent leur folie à rendre l’été des enfants inoubliable, et ce, année après année.

Au travers des rires et des pleurs, des défis et des victoires, ils sont fidèles au poste et tels des super héros, ils bûchent avec une seule mission en tête : celle de faire sourire les enfants. Voilà pourquoi ils renouvèlent leur emploi chaque année, depuis 12 ans.

Si certains qualifient leur travail de sacrifice, il en est tout autrement pour ces jeunes employés des camps de jour. Ni Buzz ni Brillantine ni Rambo n’ont l’impression de renoncer à quoi que ce soit pour divertir les enfants de 5 à 12 ans qui leur sont confiés pendant huit semaines. 

«On est tous à une étape de nos vies où on pourrait se trouver autre chose, mais ça a toujours été la meilleure façon de passer mes étés et j’ai la chance de le passer dehors avec des enfants en lâchant mon fou», avance Rambo, qui vient de terminer des études en droit.

Attendre le retour de l’été

C’est donc sans se questionner que, tout naturellement, les jeunes adultes se retrouvent dans l’un ou l’autre des 12 sites de camps de jour, ces «microsociétés» sur l’ensemble du territoire de la Ville de Lévis. En plus de se rassembler en gang, ils estiment que leur travail au camp leur offre surtout la chance de se découvrir eux-mêmes.

«Quand on entre dans un milieu aussi créatif et extraverti, on devient non seulement la personne qu’on désire être, mais aussi la personne qui montre la voie aux autres en étant un modèle, comme ceux qui nous ont précédés», montre Buzz, dont le choix de carrière en psychoéducation a été directement influencé par son expérience au camp.

Bien que la vie leur ait fait prendre des chemins différents au fil du temps, c’est lorsqu’arrive le début des camps que sonne le moment des retrouvailles. «On revient chaque année pour les enfants, mais aussi pour les animateurs, affirme Brillantine en regardant avec complicité ses collègues de longue date. Ce sont des gens avec qui rien au monde ne nous aurait raccrochés, mais qui sont devenus des amis pour la vie.»

Donner au suivant 

Même s’ils ont tous les trois fait du camp leur premier emploi en 2008, ils ne cachent pas que le recrutement auprès de la nouvelle génération d’animateurs n’est pas un jeu d’enfant depuis quelques années. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, certains employeurs sont prêts à faire des pieds et des mains en augmentant le salaire des candidats potentiels. Or, ils sont unanimes pour dire que rien n’est en mesure d’égaler l’expérience personnelle et la gratitude qu’ils retirent de leur travail.

«Lorsqu’on travaille dans un camp, la plus belle chose qui peut nous arriver, c’est de voir les enfants avec des étoiles dans les yeux. On a beau mettre des chiffres pour un salaire, quand tu vois des enfants qui ont aimé leur été grâce à toi, c’est un salaire en soi», ajoute fièrement Rambo. 

«Ça m’arrive de croiser des jeunes de mes anciens groupes qui sont devenus animateurs. Je prends une méchante débarque en terme d’âge, mais je trouve ça tout aussi valorisant parce que ça veut dire que je leur ai donné la piqûre», se réjouit celle qui est graduée en théâtre et qui aspire à œuvrer comme travailleuse sociale.

Signe que leur passage fut tout autant remarqué par l’organisation que par les enfants, les trois animateurs ont vu leurs chandails être retirés, un peu comme on le ferait pour des joueurs ayant marqué l’histoire d’une équipe sportive à jamais. Ils sont désormais des légendes de l’animation.  

Les plus lus

Le LPU : un succès sur toute la ligne à Lévis

Le laissez-passer universel (LPU) de l’Université Laval n’a engendré que du positif pour la Société de transport de Lévis (STLévis) depuis son implantation à l’automne dernier. En effet, la STLévis a enregistré une augmentation de 40 % de l’achalandage étudiant destiné à l’Université Laval.

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

Un troisième lien reliant les deux centres-villes?

Selon ce qu'a dévoilé le FM93, le gouvernement provincial privilégierait un nouveau tracé pour le projet de troisième lien routier interrives entre Lévis et Québec. Plutôt que de passer près de l'île d'Orléans, l'infrastructure désirée par plusieurs dans la région relierait l'autoroute 20, à la hauteur de la route Monseigneur-Bourget à Lauzon, à l'autoroute Laurentienne, près du Stade Canac à Québ...

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Pénurie de laine pour les tricoteuses au grand cœur

Depuis 2001, un groupe de tricoteuses bénévoles se réunit tous les mardis au Centre d’action bénévole Bellechasse-Lévis-Lotbinière (CABBLL) dans le secteur Lauzon afin de remettre leurs tricots à 21 organismes du territoire de Lévis, Bellechasse et Lotbinière qui viennent en aide aux gens dans le besoin. Cependant, les 110 tricoteuses font face à un défi depuis trois hivers, les dons de laine se f...

Les fournisseurs de la Davie déjà à pied d’œuvre

À l’aube de l’inclusion de la Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale, plus de 200 fournisseurs se sont rassemblés le 28 janvier à Lévis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

Une bourse d’honneur pour le Bunker de la science

Dans le cadre d’une initiative du gouvernement du Québec, David Bertrand, cofondateur du Bunker de la science situé dans le secteur de la Traverse, s’est mérité une bourse de 25 000 $ et 1 an de mentorat offert par le Réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

Saint-Vallier : La Mauve en danger

La coopérative La Mauve de Saint-Vallier, qui se spécialise dans la transformation et la distribution de produits bio et locaux, notamment à Lévis, vit des moments difficiles.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

La voix de Laurie Drolet séduit Coeur de pirate

La Lévisienne Laurie Drolet a impressionné lors de son audition à l'aveugle à La Voix, télédiffusée le 9 février. Tous les juges se sont retournés pour sélectionner la chanteuse de 20 ans, qui a finalement décidé de joindre l'équipe de Coeur de pirate.