Pierre Nibart a cofondé OGarden qui commercialise des jardins circulaires pour l’intérieur. CRÉDIT : COURTOISIE

Une entreprise lévisienne fondée en 2016 a créé un jardin d’intérieur qui permet de faire pousser des légumes biologiques toute l’année, même dans le salon. Depuis, OGarden ne cesse de grandir.

Comment faire pour réduire l’impact environnemental de la production d’aliments, tout en permettant aux gens de manger plus santé? C’est la question que se posaient les deux entrepreneurs derrière OGarden, une entreprise installée à Lévis depuis trois ans.

«On voulait rendre les gens plus autonomes au niveau alimentaire», ajoute Pierre Nibart, cofondateur d’OGarden. 

Dans une roue munie d’un éclairage adapté pour amener les pousses à maturité et d’un système d’arrosage automatique à l’aide d’un réservoir d’eau qu’il suffit de remplir tous les dix jours, les plantes grandissent jusqu’à ce qu’elles soient prêtes à être récoltées. La croissance des semis démarre dans le meuble. Les légumes poussent dans du terreau biologique.

La forme de l’appareil «vient de la NASA qui avait développé un système circulaire pour l’espace. Mais elle a laissé tomber l’idée, car elle avait plusieurs problèmes techniques», explique Pierre Nibart.

Avec «un gros travail de recherche et développement et de tests», les créateurs remettent l’idée de l’agence spatiale à leur «sauce» et inventent finalement un nouvel appareil pour cultiver en intérieur. La roue permet d’avoir une seule lampe, qui éclaire toutes les plantes à 360 degrés, et d’optimiser l’espace.

«La version qu’on propose aujourd’hui, c’est la version 23. Il y a eu beaucoup d’essais-erreurs et de bricolage dans un garage pour trouver au final une manière de faire pousser les plantes», raconte-t-il. Les défis techniques à relever ont d’ailleurs été nombreux pour avoir une belle croissance des plantes et un appareil facile à utiliser.

90 légumes en même temps

«Au début, ça a commencé avec une espèce de réfrigérateur désossé avec des tuyaux partout. Il y avait beaucoup de défis, parce qu’on voulait arriver à un appareil très compact, économique en énergie et qui fasse une différence dans la production. On ne voulait pas juste deux ou trois légumes. Aujourd’hui, l’appareil peut contenir 90 légumes en même temps.» 

Enfin, les entrepreneurs s’attaquent au processus d’industrialisation afin de «passer du prototype à une invention qui fonctionne et peut être produite en centaines, voire en milliers d’exemplaires».

Pendant les deux premières années, l’entreprise fabrique les appareils «de manière plus artisanales, en découpant des morceaux de plastique et de bois dans sa petite usine». Jusqu’à ce que les entrepreneurs trouvent le financement nécessaire à la fabrication d’une vingtaine de moules différents pour produire les pièces sur mesure. 

Si la production des appareils n’est pas réalisée au Canada, «ce qu’on a vraiment essayé de garder local, ce sont les semis en pot : la terre, l’engrais et les semences sont biologiques», assure Pierre Nibart.

Deux campagnes de socio-financement ont permis de réunir les sous nécessaires au lancement et à la production des deux formats de jardin d’intérieur signés OGarden. «Ça permet de présenter son projet et de voir si le produit convient vraiment à ce que les gens veulent. Est-ce que ça plait et qu’il y a un potentiel, un marché?», note celui qui dirige maintenant l’entreprise.

Lors de la seconde campagne, 1 500 personnes ont participé et ont permis à l’entreprise de réunir plus d’un million de dollars. Le signe que le jardin d’intérieur s’inscrit «dans la tendance du moment» et qu’il y a «un intérêt très fort pour ce genre de produit».

L’entreprise reçoit des commandes de partout sur la planète. Jusqu’à 2 000 appareils par mois pourront être manufacturés au maximum de la capacité de production, qui se situait au printemps autour de 600. Avec une dizaine d’employés, OGarden investit dans la recherche et le développement et prépare de nouveaux produits et accessoires.

Les plus lus

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Un nouveau salon consacré au mieux-être à Lévis

Lévis sera l’hôte d’un nouvel événement dédié à l’épanouissement personnel, à l’art de vivre, au mieux-être, à la spiritualité, à la voyance et aux émotions. En effet, la première édition du Salon Santé, Bonheur et Abondance se tiendra du 6 au 8 septembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le maire de Lévis exige des excuses d'Alexandre Turgeon

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a demandé, le 11 septembre, que le directeur général et vice-président exécutif du Conseil régional de l'environnement (CRE) de la Capitale-Nationale, Alexandre Turgeon, présente des excuses officielles à la population lévisienne pour des propos qu'il a tenus dans un article du Journal de Québec.

Le marché immobilier grouille à Lévis

Les récentes statistiques du marché immobilier résidentiel viennent d’être dévoilées par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). Selon ces données, Lévis a vu ses ventes bondir dans le second trimestre de l’année en cours, mais les prix sont restés somme toute stables.

Nouveaux retards dans la collecte des déchets : la Ville met en place une série de mesures

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 6 septembre, qu'elle mettait en place des «mesures concrètes» afin d'aider les citoyens qui font face à de nouveaux retards pour la collecte des déchets.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

9 M$ investis pour le logement abordable à Lévis

À Saint-Romuald, 84 unités de logements réparties dans 9 bâtiments ont été achetées au secteur privé par un organisme à but non lucratif et rénovées afin d’être louées à des familles au revenu plus modeste.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Transport scolaire des PALS : une décision qui ne fait pas l’unanimité

Les parents des élèves aux Programmes arts-langues-sports (PALS) de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) des secteurs Lauzon, Saint-David, Saint-Romuald et Breakeyville, ont appris, trois semaines avant la rentrée, qu’à partir de cette année, le transport scolaire adapté aux élèves qui traînent leur bagage hors norme, comme l'équipement sportif, ira chercher leur enfant à un point de chut...