Laurent Fallon est l’un des trois cofondateurs de la Corporation des Faucons du Cégep de Lévis-Lauzon. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Laurent Fallon, cofondateur, ancien directeur général et ex-président de la Corporation des Faucons du Cégep de Lévis-Lauzon, a officiellement pris sa retraite de l’organisation cette année après 36 ans d’implication. Le passionné de sport a permis à une foule de jeunes d’étudier en pratiquant leur passion sportive.

Le 14 novembre 1983, Laurent Fallon, Guy Forgues et Georges Léveillé fondent la Corporation des Faucons qui, à l’époque, portait le nom du Club de hockey Les Faucons de Lévis-Lauzon. Cette corporation avait été mise sur pied après que le programme sport-études de la Ligue de hockey collégial AAA ait fait son entrée au Cégep de Lévis-Lauzon.

«(La ligue demandait une) source importante d’argent, on aurait mis tout de côté pour ne faire qu’une équipe de hockey au détriment des autres sports, ce qui n’aurait pas été préférable. De là est venue l’idée de créer une corporation pour aller chercher des bénévoles et des fonds supplémentaires pour le programme», explique M. Fallon.

L’important pour la corporation a toujours été le succès scolaire avant le succès sportif et ce n’était pas discutable.

«Dès la première saison (1984-85), nous avions mis sur pied une équipe très forte et nous étions en tête du classement. À la fin de la session d’automne, étant donné que les joueurs devaient réussir leurs cours pour continuer à jouer, nous avons perdu sept joueurs, dont nos trois gardiens de but et notre meilleur compteur. La crédibilité s’est faite quand on a pris la décision de ne pas passer outre les barèmes qu’on s’était donnés. On n’a pas terminé premier au classement, mais on a terminé premier pour la crédibilité», se rappelle l’ex-président.

Cette crédibilité a amené la Corporation des Faucons au point où elle a eu l’opportunité d’acquérir les Remparts de Québec de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, une offre que l’organisation a refusée.

«L’incidence positive (de nos barèmes de succès scolaire) que ça a eue, c’est que ça a forcé les dirigeants de la LHJMQ à offrir de meilleures possibilités à leurs joueurs qui désiraient faire des études», raconte celui pour qui le succès scolaire devait être au premier plan, contrairement à la LHJMQ où les succès sportifs primaient à l’époque.

Les activités de la Ligue de hockey collégial AAA ont cessé en 1988, c’est à ce moment que la corporation a ouvert ses portes aux autres sports du Cégep. 

Un homme de cœur

 Pour Laurent Fallon, la beauté de la corporation vient de tous ces gens qu’il a côtoyés durant toutes ces années et les succès qu’il a partagés avec les joueurs de tous les sports des Faucons.

«Je suis fier d’avoir eu la chance de rencontrer des gens extraordinaires autour de moi. Sur le plan humain, ça m’a permis d’avoir des contacts intéressants avec qui j’ai développé de belles relations, partage-t-il. On a tellement vécu de bons moments ensemble.»

Des fiertés, l’ancien directeur général de la Corporation des Faucons en a plein en tête.

«D’avoir eu des programmes de football et de hockey de haut calibre tout en maintenant une offre de services à l’ensemble des équipes des Faucons, (…) de la réussite des jeunes, (…) le terrain synthétique, j’en suis très fier. Si ce n’était pas d’une corporation, il n’y en aurait probablement jamais eu», souligne M. Fallon.

La Corporation des Faucons est à l’origine de la construction des terrains de football synthétiques. En 2005, le Cégep de Lévis-Lauzon avait le désir de mettre en place une équipe de football, mais aucun terrain n’était disponible pour accueillir une équipe collégiale à Lévis.

«Comme on n’avait pas de terrain pour accueillir le sport, il a fallu stimuler le milieu. (…) Avec les rencontres et les discussions, on a fini par travailler pour réaliser deux terrains de football, un à l’École secondaire Les Etchemins et un au Cégep. En termes de terrain éclairé, on était les premiers de la région, car même le Rouge et Or n’avait pas de terrain éclairé à l’époque», affirme Laurent Fallon fièrement.

Après 36 ans d’implication, M. Fallon a fait de sa passion un travail et l’a portée très loin.

«Ma passion a toujours été de contribuer à la formation des jeunes. Ce n’est pas juste des connaissances qu’on donne aux jeunes, c’est un comportement, une rigueur. Il y a beaucoup de qualités qu’on peut développer chez un individu en contexte de formation. Ils sont l’avenir. Ma reconnaissance, je la reçois chaque fois que je côtoie un ancien du Cégep. Les gens s’informent et me remercient énormément. C’est spécial de recevoir ça aussi fréquemment», conclut-il.

Les plus lus

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Un nouveau salon consacré au mieux-être à Lévis

Lévis sera l’hôte d’un nouvel événement dédié à l’épanouissement personnel, à l’art de vivre, au mieux-être, à la spiritualité, à la voyance et aux émotions. En effet, la première édition du Salon Santé, Bonheur et Abondance se tiendra du 6 au 8 septembre au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le maire de Lévis exige des excuses d'Alexandre Turgeon

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a demandé, le 11 septembre, que le directeur général et vice-président exécutif du Conseil régional de l'environnement (CRE) de la Capitale-Nationale, Alexandre Turgeon, présente des excuses officielles à la population lévisienne pour des propos qu'il a tenus dans un article du Journal de Québec.

Le marché immobilier grouille à Lévis

Les récentes statistiques du marché immobilier résidentiel viennent d’être dévoilées par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). Selon ces données, Lévis a vu ses ventes bondir dans le second trimestre de l’année en cours, mais les prix sont restés somme toute stables.

Nouveaux retards dans la collecte des déchets : la Ville met en place une série de mesures

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 6 septembre, qu'elle mettait en place des «mesures concrètes» afin d'aider les citoyens qui font face à de nouveaux retards pour la collecte des déchets.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

9 M$ investis pour le logement abordable à Lévis

À Saint-Romuald, 84 unités de logements réparties dans 9 bâtiments ont été achetées au secteur privé par un organisme à but non lucratif et rénovées afin d’être louées à des familles au revenu plus modeste.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Transport scolaire des PALS : une décision qui ne fait pas l’unanimité

Les parents des élèves aux Programmes arts-langues-sports (PALS) de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) des secteurs Lauzon, Saint-David, Saint-Romuald et Breakeyville, ont appris, trois semaines avant la rentrée, qu’à partir de cette année, le transport scolaire adapté aux élèves qui traînent leur bagage hors norme, comme l'équipement sportif, ira chercher leur enfant à un point de chut...