CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Un comité de suivi quotidien de la collecte des déchets s’est réuni pour la première fois ce lundi 9 septembre. Des réunions sont prévues tous les jours cette semaine, à 15 heures. La situation revient progressivement à la normale, selon la Ville.

«Quotidiennement, on va s’enquérir de la situation et on va s’assurer d’intervenir rapidement le cas échéant», a annoncé le maire, Gilles Lehouiller en marge du conseil municipal ce soir.

Nouvellement créé, un comité de suivi de la collecte des déchets s’assure du respect du contrat par le fournisseur. Après la première réunion tenue ce lundi 9 septembre, ses membres ont indiqué que «la situation se régularise sur le territoire».  

«En date d’aujourd’hui, c’est le retour à la normale. Ce qui veut donc dire que le ramassage des déchets s’est fait tel que prévu», a assuré le maire.

D’ailleurs, Sani-Terre Environnement s’y est engagé dans un plan d’action déposé le 27 août à la demande de la Ville. Un nouveau coordonnateur et un nouveau DG ont aussi rejoint l’entreprise, qui a même modifié son système de gestion.

Un plan qui «fonctionne», selon Gilles Lehouiller. «On nous avait dit qu’après la fin de semaine de la Fête du travail tout reviendrait dans l’ordre, c’est ce qui est en train de se produire.»

Une alternative préférable à la rupture du contrat

Pour éviter une rupture de service, «l’alternative qu’on a prise est la bonne, estime le maire. Si on avait rompu le contrat, on courrait le risque que la situation soit pire.» Moins d’entreprises sont en effet en mesure de répondre à la demande et elles connaissent des difficultés de recrutement. 

«Le seul concurrent en lice n’est pas en mesure de prendre la relève, constate-t-il. On n’est plus dans une époque où il y avait quatre ou cinq entreprises qui soumissionnaient.»

Le maire a assuré que «les seuls inconvénients que ça a pu causer, ce sont des retards». Il croit que la collecte a bien été effectuée, mais que «ça pouvait prendre un délai de 24 à 48 heures». Gilles Lehouillier a évoqué «quelques cas exceptionnels de rues oubliées», une situation qui peut arriver, «indépendamment qu’un contrat aille bien ou pas».

«Vous allez entendre parler de nous si le fournisseur ne respecte pas son plan de redressement, a prévenu le maire. Si ce n’est pas revenu à la normale, vendredi on va informer la population.»

Quant aux amendes déjà infligées par la Ville à Sani-Terre Environnement, l’entreprise devra les payer, a affirmé la Ville, qui est prête à recommencer si le fournisseur n’assure pas le service de collecte.

Vers une gestion en régie?

À moyen terme, le comité de suivi de la collecte des déchets travaillera à l’élaboration de propositions pour le conseil municipal sur les solutions alternatives. Tous les scénarios seront mis sur la table, prévoit le maire. Actuellement, la collecte des déchets dépend à 100 % de fournisseurs de service privés.

La Ville réfléchit «sérieusement» à reprendre la collecte des déchets en régie. Mais sa décision dépendra des coûts et du niveau d’autonomie nécessaire pour assurer un service minimum en cas de crise. Face à cette même problématique, la Ville de Québec vise 15 à 20 % d’autonomie.

Le contrat avec Sani-Terre Environnement coûte à la Ville 28 $ par porte pour l’année. Le prix de la Collecte des déchets sur l’ensemble du territoire d’élève à 1,5 M$ par année. Pour ce qui est de l’ensemble des services assurant la gestion des déchets, Lévis paie 139 $ par porte par année.

La collecte régulière est de retour toutes les deux semaines à compter de cette semaine. Le ramassage a commencé cette semaine du 9 septembre dans le secteur est. Dans le secteur ouest, la collecte débute la semaine du 16 septembre.

Si la collecte n’est pas effectuée selon le calendrier habituel dans leur secteur, les citoyens peuvent contacter le Centre de service à la clientèle au 418 839-2002.

Les retards n’ont pas touché la collecte des matières recyclables ni celle des matières compostables.


Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...

Une nouvelle garderie à Saint-Jean-Chrysostome

Le Centre éducatif sous les arbres, une garderie privée subventionnée située sur l’avenue Taniata, ouvrira ses portes d’ici la fin septembre.

Norah et Romy Carpentier : le bureau du coroner précise son rôle

L’enquête du coroner sur les morts des Lévisiens Norah et Romy Carpentier ainsi que de leur père, Martin, survenues à Saint-Apollinaire a été confiée à la coroner et avocate Sophie Régnière. Son rapport devrait être déposé dans environ un an.

Une maison des aînés et alternative à Saint-Étienne-de-Lauzon

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, accompagnée de Marc Picard, député des Chutes-de-la-Chaudière, a annoncé la création d’une maison des aînés et alternative dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon au prolongement de l’avenue Albert-Rousseau, le 28 juillet.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter

Sept personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs continue d'augmenter. Au Québec, le dernier bilan fait état de 145 nouveaux cas.

COVID-19 : de nouveaux cas dans la région

Quatre nouveaux cas infectés de nouveau coronavirus ont été répertoriés sur le territoire de la Chaudière-Appalaches recensent les données des dernières 24 heures au Québec, ce 2 août. Au total, 141 cas ont été ajoutés au compteur dans l’ensemble de la province.