Le maire de Lévis n'a pas apprécié les commentaires d'Alexandre Turgeon sur le développement à Lévis. CRÉDIT : ARCHIVES

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a demandé, le 11 septembre, que le directeur général et vice-président exécutif du Conseil régional de l'environnement (CRE) de la Capitale-Nationale, Alexandre Turgeon, présente des excuses officielles à la population lévisienne pour des propos qu'il a tenus dans un article du Journal de Québec.

Rappelons d'emblée que dans cet article publié le 11 septembre, plusieurs organismes de la région défendant le transport en commun ou l'environnement critiquaient Gilles Lehouillier pour avoir affirmé que seule «une petite élite» de Québec et de Montréal travaille activement contre le projet de troisième lien entre Québec et Lévis.

Dans l'article, Alexandre Turgeon a comparé le modèle de développement de Lévis à un «cancer». «C'est le dernier exemple à suivre. C'est le tout-à-l'automobile. C'est des voleurs et des resquilleurs qui veulent refiler la facture à tout le Québec», a déclaré le directeur général et vice-président exécutif du CRE de la Capitale-Nationale.

Des sorties, plus particulièrement celle d'Alexandre Turgeon, que n'a vraiment pas apprécié le maire de Lévis, visiblement en colère lors d'une mêlée de presse en marge d'une conférence de presse au Chantier Davie.

«S'il souhaite faire de la politique, il y aura une campagne municipale dans deux ans. Quand tu sièges sur un CRE et que tu es aussi démagogue face au développement d'une ville qui est numéro un au Québec pour sa qualité de vie, je n'ai pas de leçons de recevoir de M. Turgeon. [...] Je suis prêt à inviter M. Turgeon à l'hôtel de ville et nos urbanistes vont lui présenter le plus beau modèle de développement durable qu'il n'aura jamais vu au Québec», a déploré M. Lehouillier, tout en ajoutant qu'il est le représentant élu d'une population qui désire en grande majorité voir se réaliser ce projet.

Il persiste et signe

Joint par le Journal, le directeur général du CRE de la Capitale-Nationale a indiqué qu'il refusait de faire des excuses pour ses propos. Du même souffle, il demande plutôt aux élus lévisiens de faire acte de contrition.

«Les gens de Lévis devraient plutôt recevoir des excuses de leurs élus puisqu'ils n'assument leurs responsabilités en aménagement, ce qui leur offre une piètre qualité de vie puisqu'à Lévis, c'est le tout-à-l'automobile», a déclaré M. Turgeon.

Avec la collaboration d'Alexandre Bellemare

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.

La nouvelle centrale de police au coin du Sault/Guillaume-Couture

Lors de la séance du conseil municipal de Lévis du 27 avril, les échevins lévisiens ont adopté deux résolutions afin d’enclencher le projet de construction d’une nouvelle centrale de police. L’une d’elles a notamment permis l’acquisition par expropriation du site où sera construit le nouvel édifice municipal. Il s’agit du terrain vacant situé au coin du chemin du Sault et du boulevard Guillaume-Co...