Marie-Josée Morency et Martin Pellerin entourent le nouveau président de l’organisation, Keven Laverdière.

La Chambre de commerce de Lévis (CCL) a tenu son assemblée générale, le 11 septembre. En plus du bilan, des bons coups de l’année écoulée et des enjeux à venir, les nouveaux membres de son conseil d’administration ont été désignés.

Après 11 ans à la CCL, dont 2 comme président du conseil d’administration, Martin Pellerin a laissé sa place à la tête de l’organisme, ce qui ne l’empêchera pas de rester présent en son sein.

Ces dernières années, c’est dans la continuité que la CCL a travaillé en poursuivant sa planification stratégique, en prenant activement part au débat public et en se positionnant sur les enjeux majeurs de la région. 

«La CCL a été vue comme jamais. Ça fait 11 ans que je suis là et c’est la première fois que je vois la chambre apparaître autant dans les médias, parce qu’on s’est positionné sur les enjeux majeurs», s’est-il réjoui.

Ainsi, la CCL a été là pour la Davie «dès le début de sa renaissance». Transport structurant, interconnexion et troisième lien sont des dossiers pour lesquels la CCL a «mis beaucoup d’efforts», L’organisation était d’ailleurs présente lors de la présentation du budget provincial.

«À la base, on est là pour représenter les membres, la force économique de la région, souligne Martin Pellerin. Quand il y a des débats ou des enjeux politiques, notre mandat est d’aller défendre les intérêts, se présenter devant les instances politiques et parler de ce qu’on voit sur le terrain.»

«La chambre de l’époque où on organisait des activités, versus la chambre d’aujourd’hui où on fait la différence dans l’actualité, ça a été une très belle expérience dont je vais me souvenir toute ma vie», retient-il de ses mandats.

Un manque de main d’œuvre toujours criant

La CCL rassemble 600 entreprises et 1 200 membres, sur les 4 500 entreprises présentes sur le territoire. «Ça va très bien, observe le président sortant. Nos entreprises sont en forte croissance. On voit que le problème général, c’est vraiment la main-d’œuvre. Ça freine énormément la croissance, encore plus dans notre région.»

Même si la CCL sait qu’elle ne peut pas «à elle seule régler cette problématique», l’organisation va continuer à développer des projets pour favoriser la mobilité et le recrutement des travailleurs. L’an passé, des activités ont été organisées en partenariat avec le Tremplin, le programme mobilisation et diversité, et avec la Fédération des Chambres de commerce du Québec, Un emploi en sol québécois.

«On a fait beaucoup d’actions au cours de la dernière année et on va garder la même ligne de conduite», ajoute Marie-Josée Morency, directrice générale de la CCL. Elle prévoit de s’impliquer auprès de la Ville de Lévis dans la mise en place du guichet unique sur la main-d’œuvre. 

Un nouveau conseil d’administration

 Ancien premier vice-président, Keven Laverdière (KSA Avocats) est le nouveau président de la CCL. Éliane Trudel (Groupe Perspective) passe du poste d’administratrice à celui de première vice-présidente. Jérôme Gagnon (Imafa), Valérie Garneau (Groupe Garneau Thanatologue) et Patrick Olivier (Banque nationale du Canada) y font leur entrée. 

«On ne bifurquera pas de la direction qu’on voit déjà», a assuré le nouveau président de la CCL. Troisième lien, Davie et main d’œuvre font partie des enjeux majeurs sur lesquels l’organisme entend continuer à travailler.

«Il ne faut pas s’essouffler dans le dossier du troisième lien. Il y a des gens qui tentent de défaire le projet et on doit continuer à le défendre, car les problèmes de circulation sont majeurs. Pour nos entreprises, c’est pénible. Il y a déjà un problème de main-d’œuvre qui leur enlève des employés et les gens ont aussi de la difficulté à se rendre jusque-là», a-t-il rappelé.

Keven Laverdière compte bien «continuer le bon travail qui est fait à l’heure actuelle». Au-delà du travail sur la planification stratégique, «le but est d’aller chercher de nouveaux membres, car une voix forte c’est plus de monde. Plus on va chercher de membre, plus on a de crédibilité auprès des instances». 

Les plus lus

Le LPU : un succès sur toute la ligne à Lévis

Le laissez-passer universel (LPU) de l’Université Laval n’a engendré que du positif pour la Société de transport de Lévis (STLévis) depuis son implantation à l’automne dernier. En effet, la STLévis a enregistré une augmentation de 40 % de l’achalandage étudiant destiné à l’Université Laval.

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

Un troisième lien reliant les deux centres-villes?

Selon ce qu'a dévoilé le FM93, le gouvernement provincial privilégierait un nouveau tracé pour le projet de troisième lien routier interrives entre Lévis et Québec. Plutôt que de passer près de l'île d'Orléans, l'infrastructure désirée par plusieurs dans la région relierait l'autoroute 20, à la hauteur de la route Monseigneur-Bourget à Lauzon, à l'autoroute Laurentienne, près du Stade Canac à Québ...

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Pénurie de laine pour les tricoteuses au grand cœur

Depuis 2001, un groupe de tricoteuses bénévoles se réunit tous les mardis au Centre d’action bénévole Bellechasse-Lévis-Lotbinière (CABBLL) dans le secteur Lauzon afin de remettre leurs tricots à 21 organismes du territoire de Lévis, Bellechasse et Lotbinière qui viennent en aide aux gens dans le besoin. Cependant, les 110 tricoteuses font face à un défi depuis trois hivers, les dons de laine se f...

Les fournisseurs de la Davie déjà à pied d’œuvre

À l’aube de l’inclusion de la Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale, plus de 200 fournisseurs se sont rassemblés le 28 janvier à Lévis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

Une bourse d’honneur pour le Bunker de la science

Dans le cadre d’une initiative du gouvernement du Québec, David Bertrand, cofondateur du Bunker de la science situé dans le secteur de la Traverse, s’est mérité une bourse de 25 000 $ et 1 an de mentorat offert par le Réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

Saint-Vallier : La Mauve en danger

La coopérative La Mauve de Saint-Vallier, qui se spécialise dans la transformation et la distribution de produits bio et locaux, notamment à Lévis, vit des moments difficiles.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

La voix de Laurie Drolet séduit Coeur de pirate

La Lévisienne Laurie Drolet a impressionné lors de son audition à l'aveugle à La Voix, télédiffusée le 9 février. Tous les juges se sont retournés pour sélectionner la chanteuse de 20 ans, qui a finalement décidé de joindre l'équipe de Coeur de pirate.