Les grandes façades de l’édifice compteront de nombreuses fenêtres. CRÉDIT : ATELIER TAG

La conception du projet de l’agrandissement du Centre culturel de Lévis a été confiée à l’Atelier TAG de Montréal à l’issue d’un concours d’architecture. Les travaux pour réaliser l’investissement de 9 M$ commenceront en 2021.

Le nouveau bâtiment du Centre culturel de Lévis aura une forme triangulaire. Le site, un promontoire situé hors de la trame urbaine, permet en effet une implantation au cœur du paysage qui devient une des matières du lieu.

«On ne voulait pas que le bâtiment ait nécessairement une frontalité, car les gens vont arriver aussi bien par l’arrière que l’avant. Il n’y a pas de devant ou de côté, car c’est un site sur 360°», illustre Manon Asselin, architecte et cofondatrice de l’Atelier TAG.

La forme triangulaire, avec ses façades étirées au maximum, permet aussi de faire entrer plus de lumière naturelle à l’intérieur du bâtiment grâce à davantage de percées visuelles sur l’extérieur. 96 % des salles possèderont des fenêtres.

«On a modifié la coupe du bâtiment par rapport au modèle théorique qui superposait de façon assez traditionnelle un programme par dessus l’autre. On les a plutôt fait interpénétrer», présente Manon Asselin. Cette disposition permettra de favoriser un accès universel à tous les usagers grâce à une entrée de plein pied aux deux écoles. 

«Ce n’est pas juste un accès sans obstacles où ceux qui ont un problème passent par là et monsieur et madame Tout-le-monde passent de l’autre côté. On pense que c’est important que tout le monde ait le même point d’entrée, la même dignité», partage l’architecte.

Les écrins de béton qui abritent les studios de danse sont rectangulaires, alors que l’école de musique est triangulaire. «À la jonction de ces deux géométries, on a des espaces libres qui pourront être investis», prévoit-elle. 

L’Atelier TAG a porté une attention toute particulière à «ces entre-deux qui ne sont pas des espaces programmés, mais sont super importants pour la communauté».

«Les étudiants en musique s’assoient ensemble, parlent, jam. Les danseurs sortent, attendent, s’étirent, mettent les chaussons de ballet. Et les parents attendent. Ils investissent beaucoup dans leurs enfants. C’est important de ne pas donner seulement un aspect fonctionnel, mais d’offrir un lieu de rencontre.»

L’agrandissement du Centre culturel de Lévis a été conçu par l’Atelier TAG, de Montréal, un bureau spécialisé et reconnu dans la création de bâtiments publics culturels d’envergure.

Un choix unanime

Le lauréat a été désigné au terme d’un concours d’architecture. Les directrices de l’école de musique l’Accroche Notes et l’école de danse Élédanse ont pris part à l’ensemble du processus de sélection.

C’est un choix unanime fait par les membres du jury qui ont estimé que la «proposition répond d’une façon particulièrement juste à la plupart des critères de jugement». 

«Il s’agit d’une première pour la Ville de Lévis fusionnée! Il faut remonter avant la fusion pour la tenue d’un concours d’architecture, soit celui de l’agrandissement de L’Anglicane en 1999», a déclaré le maire de Lévis, Gilles Lehouillier.

La Ville a tenu un concours d’architecture parce qu’elle a bénéficié d’une aide financière du ministère de la Culture et des Communications (MCC) dans le cadre d’un projet de construction de 5 M$ et plus. 

Un projet financé aux deux tiers par la Ville

Le coût du projet est de 9 M$. La contribution de la Ville est de 6 150 000 $, une somme importante pour laquelle il a fallu attendre «la bonne année pour le passer» dans le budget pour maintenir l’équilibre entre les dépenses et les gros projets, explique Gilles Lehouillier qui s’attendait à un financement public plus important et déplore la faiblesse de la subvention. «On a dû retarder le processus d’au moins un an, pour être sûr d’être assez solide pour le faire», admet-il.

Pour sa part, le MCC a octroyé une subvention de 2,8 M$. Les deux organismes concernés par le projet d’agrandissement participent aussi à l’effort de financement à la hauteur de 50 000 $ pour les équipements spécialisés.

L’agrandissement du Centre culturel de Lévis, d’une superficie de 2 700 mètres carrés, accueillera les deux écoles qui y seront relocalisées. Quatre studios de danse et 25 classes de musique seront construits. Ce nouveau centre de formation en danse et en musique logera également l’administration des deux écoles. 

Le chantier doit débuter en avril 2021 et se terminer en mai 2022.

Les plus lus

Le LPU : un succès sur toute la ligne à Lévis

Le laissez-passer universel (LPU) de l’Université Laval n’a engendré que du positif pour la Société de transport de Lévis (STLévis) depuis son implantation à l’automne dernier. En effet, la STLévis a enregistré une augmentation de 40 % de l’achalandage étudiant destiné à l’Université Laval.

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

Un troisième lien reliant les deux centres-villes?

Selon ce qu'a dévoilé le FM93, le gouvernement provincial privilégierait un nouveau tracé pour le projet de troisième lien routier interrives entre Lévis et Québec. Plutôt que de passer près de l'île d'Orléans, l'infrastructure désirée par plusieurs dans la région relierait l'autoroute 20, à la hauteur de la route Monseigneur-Bourget à Lauzon, à l'autoroute Laurentienne, près du Stade Canac à Québ...

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Pénurie de laine pour les tricoteuses au grand cœur

Depuis 2001, un groupe de tricoteuses bénévoles se réunit tous les mardis au Centre d’action bénévole Bellechasse-Lévis-Lotbinière (CABBLL) dans le secteur Lauzon afin de remettre leurs tricots à 21 organismes du territoire de Lévis, Bellechasse et Lotbinière qui viennent en aide aux gens dans le besoin. Cependant, les 110 tricoteuses font face à un défi depuis trois hivers, les dons de laine se f...

Les fournisseurs de la Davie déjà à pied d’œuvre

À l’aube de l’inclusion de la Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale, plus de 200 fournisseurs se sont rassemblés le 28 janvier à Lévis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

Une bourse d’honneur pour le Bunker de la science

Dans le cadre d’une initiative du gouvernement du Québec, David Bertrand, cofondateur du Bunker de la science situé dans le secteur de la Traverse, s’est mérité une bourse de 25 000 $ et 1 an de mentorat offert par le Réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

Saint-Vallier : La Mauve en danger

La coopérative La Mauve de Saint-Vallier, qui se spécialise dans la transformation et la distribution de produits bio et locaux, notamment à Lévis, vit des moments difficiles.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

La voix de Laurie Drolet séduit Coeur de pirate

La Lévisienne Laurie Drolet a impressionné lors de son audition à l'aveugle à La Voix, télédiffusée le 9 février. Tous les juges se sont retournés pour sélectionner la chanteuse de 20 ans, qui a finalement décidé de joindre l'équipe de Coeur de pirate.