À la Maison natale de Louis Fréchette, l’artiste en art populaire Patrick Lavallée expose ses créations inspirées des personnages de Louis Fréchette. CRÉDIT : COURTOISIE

Le Festival international du conte Jos Violon cède à la tentation. Du 10 au 20 octobre, la 17e édition se déroulera dans quinze lieux à Lévis et à Québec. Une vingtaine de spectacles et de rencontres sont au programme.

Le monde des contes et des légendes est pétri de récits où l’irrésistible tient le rôle principal. Enfreindre l’interdit, agir contre la morale, succomber au désir, les tentations seront grandes pendant le Festival international du conte Jos Violon. Égoïsme, orgueil ou jalousie, par curiosité ou par envie, le spectateur sera happé par les récits où toute résistance est impossible.

Au programme, des contes et des rencontres, des spectacles pour les petits et les grands pour s’émerveiller et découvrir. Une vingtaine d’événements sont organisés dans quinze lieux, dont la Maison natale de Louis Fréchette,  L’Anglicane, le Vieux Bureau de Poste, Écolivres, les bibliothèques, le Vieux-Lévis et même la Tour Martello 2 à Québec. 

Et il y en a pour tous les goûts, les gourmands (souper conté à saveur autochtone le 12 octobre au Café du marché, réservation 418 839-2525, apéro le 17 à la Maison Fréchette, réservation 418 837-4174, et brunch le 20 au Café la Mosaïque, réservation 418 835-3000), les curieux, les rêveurs et les aventureux.

Le festival s’ouvrira par un 5 à 7, le 12 octobre, avec le vernissage de l’exposition des œuvres de Patrick Lavallée, présentée à la Maison natale de Louis Fréchette. Figure de l’art populaire, l’artiste a créé des personnages hauts en couleur inspirés par les mots de l’auteur lévisien. Danielle Brabant prolongera la soirée avec un récit performatif et éclaté, à 19h30.

Le Vieux-Lévis pour décor

De retour, le Labyrinthe de contes se déroulera cette fois au cœur des tentations du Vieux-Lévis, le 11 octobre. Maisons de jeux et lieux de gourmandises ouvrent leurs portes à quatre groupes de spectateurs qui rencontreront quatre conteurs à tour de rôle.

Les rues de la ville seront à nouveau le décor des histoires avec Racoins et ragots. À la lueur du fanal, Pierre Lainesse partagera les secrets du quartier, le 15 octobre.

L’Anglicane accueillera Contes cornus, légendes fourchues de Bryan Perro et Michel Bordeleau, le 17 octobre. Le lendemain, la musique traditionnelle des Grands Hurleurs résonnera au VBP, tandis que des Contes à réveiller les morts épouvanteront les spectateurs à la Tour Martello 2 de Québec.

Des spectacles jeunesse

 Deux spectacles destinés au jeune public seront présentés à 10h le 12 octobre, à la bibliothèque La Pintellect, Le voyage de Kwé Kwé et Mulgtess dit par Robert Seven-Crows, et le 13 octobre, à l’espace jeunesse Espéranto, Tortue et les bêtes-à-ailes avec Joujou Turenne. L’un raconte au son du tambour, le récit d’une quête guidée par le cerf, la corneille et le saumon. L’autre retrace les aventures de la persévérante et courageuse Tortue.

Des conteurs d’ici et d’ailleurs

À découvrir également, Le visage du bonheur avec Joujou Turenne (14 octobre, Écolivres Saint-Romuald), Au nom du compère Rapatou par le conteur français Olivier de Robert et ses héros plus malins que le diable (15 octobre, bibliothèque Jean-Gosselin), Le sein mis à nu par Diane-Marie Racicot et ses histoires tantôt touchantes, tantôt amusantes autour de cet attribut féminin qui en a tenté plus d’un (16 octobre, Centre Femmes L’Ancrage), Les Cathares, un destin inachevé par Olivier de Robert qui entraînera le public dans un voyage dans le temps au cœur de l’Occitan (16 octobre, Écolivres Lévis), Cassandre par la conteuse belge Catherine Perlioz (19 octobre, Maison natale de Louis Fréchette). 

Au terme des résidences croisées entre provinces organisées l’été passé, des conteurs d’Ontario et du Québec partageront la scène le 12 octobre, puis d’Acadie et du Québec le 13.

De plus, une conférence sur les marginaux et les excommuniés de la Côte-du-Sud est prévue le 13 octobre et une rencontre avec Nicolas Godbout se tendra le 18.

Le festival se clôturera avec le Concours de légendes, le 20 octobre au Vieux Bureau de Poste, qui revient pour une troisième année. Jocelyn Bérubé défendra son titre face à des conteurs aguerris qui mettront tout en œuvre pour rafler le titre. 
Information et programmation complète au www.josviolon.com et au 418 837-4174.

Les plus lus

Le LPU : un succès sur toute la ligne à Lévis

Le laissez-passer universel (LPU) de l’Université Laval n’a engendré que du positif pour la Société de transport de Lévis (STLévis) depuis son implantation à l’automne dernier. En effet, la STLévis a enregistré une augmentation de 40 % de l’achalandage étudiant destiné à l’Université Laval.

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

Un troisième lien reliant les deux centres-villes?

Selon ce qu'a dévoilé le FM93, le gouvernement provincial privilégierait un nouveau tracé pour le projet de troisième lien routier interrives entre Lévis et Québec. Plutôt que de passer près de l'île d'Orléans, l'infrastructure désirée par plusieurs dans la région relierait l'autoroute 20, à la hauteur de la route Monseigneur-Bourget à Lauzon, à l'autoroute Laurentienne, près du Stade Canac à Québ...

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Pénurie de laine pour les tricoteuses au grand cœur

Depuis 2001, un groupe de tricoteuses bénévoles se réunit tous les mardis au Centre d’action bénévole Bellechasse-Lévis-Lotbinière (CABBLL) dans le secteur Lauzon afin de remettre leurs tricots à 21 organismes du territoire de Lévis, Bellechasse et Lotbinière qui viennent en aide aux gens dans le besoin. Cependant, les 110 tricoteuses font face à un défi depuis trois hivers, les dons de laine se f...

Les fournisseurs de la Davie déjà à pied d’œuvre

À l’aube de l’inclusion de la Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale, plus de 200 fournisseurs se sont rassemblés le 28 janvier à Lévis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

Saint-Vallier : La Mauve en danger

La coopérative La Mauve de Saint-Vallier, qui se spécialise dans la transformation et la distribution de produits bio et locaux, notamment à Lévis, vit des moments difficiles.

Une bourse d’honneur pour le Bunker de la science

Dans le cadre d’une initiative du gouvernement du Québec, David Bertrand, cofondateur du Bunker de la science situé dans le secteur de la Traverse, s’est mérité une bourse de 25 000 $ et 1 an de mentorat offert par le Réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

Des travailleurs d’ici aideront des Guatémaltèques

Dix employés de la Maison Louise-Élisabeth de Lévis, une résidence gérée par Cogir Immobilier qui accueille 130 religieuses des Sœurs de la Charité de Saint-Louis-de-France, s’envoleront pour le Guatemala à la fin mars. Pendant une semaine, ils effectueront un voyage humanitaire dans ce pays d’Amérique centrale pour effectuer divers travaux dans un orphelinat.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».