Sur la première photo : Pierre-Alexandre Imbeault est l’un des cinq colocataires en vedette dans L’appartement. Sur la deuxième photo : Les participants de L'appartement. CRÉDIT : FÉLIX RENAUD

Nouvelle «série-réalité» du Club Illico, L’appartement aura des couleurs lévisiennes. En effet, l’un des cinq participants de l’émission, Pierre-Alexandre Imbeault, est originaire de Lévis. Une opportunité qui permettra au jeune de 19 ans de faire l’éloge de la différence, lui qui est en plein processus de transition de genre.

«En 2020, il y a beaucoup d’ouverture d’esprit envers les gens comme moi, mais il y a encore des personnes qui sont vraiment fermées en ce qui a trait aux orientations sexuelles ou aux changements de sexe. Je suis loin de dire que mon parcours est parfait et je ne veux pas un parcours parfait. Je veux montrer de A à Z le cheminement d’une personne comme moi, ce qui peut arriver, le meilleur comme le pire. Ce n’est pas parce que tu es différent que tu es mauvais pour la société»,  a d’emblée partagé «PA», lors d’une entrevue téléphonique le 13 janvier.

Dans L’appartement, les téléspectateurs peuvent suivre cinq jeunes âgés de 19 à 22 ans : Thomas, Loïc, Shadlyne, Sarah-Maude et Pierre-Alexandre. Ces derniers quittent leurs régions du Québec et du Nouveau-Brunswick pour vivre pendant un an à Montréal dans le même appartement. 

L’équipe de L’appartement suit donc le quintette alors qu’ils s’acclimatent du mieux possible à leur nouvel environnement et qu’ils tentent de forger leur parcours personnel et professionnel dans la Métropole. Par exemple, l’émission suivra Pierre-Alexandre dans son processus de transformation. Depuis qu’il est tout jeune, le Lévisien sait qu’il n’est pas né dans le bon corps. PA souhaite devenir une femme et a déjà entrepris des démarches vers une transformation.

L’appartement suit ces quêtes, tout en évitant le côté voyeur que des émissions de télé-réalité québécoises ont mis à l’avant-plan au cours des dernières années.

«Pourquoi nous avons catégorisé L’appartement comme une série-réalité, c’est parce que souvent les émissions de télé-réalité sont des concours de popularité ou de séduction et il y a des animateurs. Dans L’appartement, il n’y personne qui est soumis à une élimination ou des punchs de la production. Pendant toute l’année, on ne suit les colocataires que pour présenter l’évolution de leurs quêtes et leur vie en colocation et on essaie de présenter le tout comme si c’était une série de fiction», a illustré Simon Sachel, concepteur et réalisateur de L’appartement.

Une expérience positive

Désirant depuis un certain temps s’établir à Montréal pour amorcer son processus de transition de genre, Pierre-Alexandre apprécie donc grandement l’opportunité offerte par L’appartement. En plus de montrer au grand jour ses démarches, la participation du Lévisien à la «série-réalité» du Club Illico lui permet déjà de faire une différence dans la société.

«Depuis la présentation de la bande-annonce de la série, j’ai reçu beaucoup de messages positifs en lien avec mon processus de transition de genre. Aussi, j’ai reçu des messages de personnes différentes qui se disent inspirées par mon histoire. Je vis avec de supers colocataires qui sont ouverts. Tout va bien», a expliqué celui qui réalisera bientôt son souhait de devenir une femme.

Si le deuxième bloc de tournage se poursuit au cours des prochains mois, Pierre-Alexandre et les quatre autres colocataires de L’appartement pourraient bien être en vedette lors d’autres saisons de la série-réalité, Simon Sachel désirant faire des suivis sur les quêtes amorcées par les participants.

Notons finalement que la première partie des épisodes de la première saison de L’appartement est disponible depuis le 16 janvier sur le Club Illico. La deuxième partie des aventures des colocataires sera disponible cet été sur cette plateforme de vidéos à la demande du Groupe TVA. 

Les plus lus

Le LPU : un succès sur toute la ligne à Lévis

Le laissez-passer universel (LPU) de l’Université Laval n’a engendré que du positif pour la Société de transport de Lévis (STLévis) depuis son implantation à l’automne dernier. En effet, la STLévis a enregistré une augmentation de 40 % de l’achalandage étudiant destiné à l’Université Laval.

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

Un troisième lien reliant les deux centres-villes?

Selon ce qu'a dévoilé le FM93, le gouvernement provincial privilégierait un nouveau tracé pour le projet de troisième lien routier interrives entre Lévis et Québec. Plutôt que de passer près de l'île d'Orléans, l'infrastructure désirée par plusieurs dans la région relierait l'autoroute 20, à la hauteur de la route Monseigneur-Bourget à Lauzon, à l'autoroute Laurentienne, près du Stade Canac à Québ...

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Pénurie de laine pour les tricoteuses au grand cœur

Depuis 2001, un groupe de tricoteuses bénévoles se réunit tous les mardis au Centre d’action bénévole Bellechasse-Lévis-Lotbinière (CABBLL) dans le secteur Lauzon afin de remettre leurs tricots à 21 organismes du territoire de Lévis, Bellechasse et Lotbinière qui viennent en aide aux gens dans le besoin. Cependant, les 110 tricoteuses font face à un défi depuis trois hivers, les dons de laine se f...

Saint-Vallier : La Mauve en danger

La coopérative La Mauve de Saint-Vallier, qui se spécialise dans la transformation et la distribution de produits bio et locaux, notamment à Lévis, vit des moments difficiles.

Une bourse d’honneur pour le Bunker de la science

Dans le cadre d’une initiative du gouvernement du Québec, David Bertrand, cofondateur du Bunker de la science situé dans le secteur de la Traverse, s’est mérité une bourse de 25 000 $ et 1 an de mentorat offert par le Réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

Les fournisseurs de la Davie déjà à pied d’œuvre

À l’aube de l’inclusion de la Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale, plus de 200 fournisseurs se sont rassemblés le 28 janvier à Lévis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

Des travailleurs d’ici aideront des Guatémaltèques

Dix employés de la Maison Louise-Élisabeth de Lévis, une résidence gérée par Cogir Immobilier qui accueille 130 religieuses des Sœurs de la Charité de Saint-Louis-de-France, s’envoleront pour le Guatemala à la fin mars. Pendant une semaine, ils effectueront un voyage humanitaire dans ce pays d’Amérique centrale pour effectuer divers travaux dans un orphelinat.

Conseil en bref : la Ville met fin au projet Rabaska

Voici le résumé des éléments marquants du conseil municipal tenu par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux, le 27 janvier dernier.