CRÉDIT : AGENCE SCIENCE-PRESSE

Une bonne nouvelle dans la mauvaise nouvelle: le nouveau virus se répand vite, mais il ne subit pas beaucoup de mutations. Ça veut dire qu’un éventuel vaccin pourrait avoir une grande efficacité. Et ça rend aussi très improbable le scénario du pire, celui qui verrait le virus muter pour devenir encore plus dangereux.

Agence Science-Presse

À titre de comparaison, ce sont les mutations que subit la grippe saisonnière qui rendent l’efficacité d’un vaccin si incertaine d’une année à l’autre: les généticiens et autres microbiologistes analysent les dernières «versions» du virus et essaient chaque fois de déduire vers quoi il évoluera l’année suivante. Il leur est arrivé de se tromper lourdement.

Les scientifiques ont à présent à leur disposition plus de 2000 génomes de ce virus, séquencés dans des dizaines de pays, et leurs impressions d’il y a quelques semaines se confirment: d’une «version» à l’autre, le virus subit de subtiles altérations, mais pas au point de se diviser en familles différentes.

Il faut rappeler qu’un virus ne se multiplie que s’il infecte un être vivant. Comme il doit s’intégrer au matériel génétique contenu dans une de nos cellules, afin de transmettre aux autres cellules les instructions pour continuer à se multiplier, le risque «d’erreurs», donc de mutations, est chaque fois plus élevé.

Et certaines de ces mutations peuvent être ensuite transmises à la personne suivante. La grande majorité de ces changements sont mineurs, mais la marge d’incertitude est suffisamment grande pour laisser les experts incapables de prédire l’évolution future d’un virus comme la grippe, encore moins d’un nouveau virus comme ce SRAS-CoV-2. 

Il semblerait de plus que la famille des coronavirus dont faisait partie le SRAS en 2003, ait cette particularité, par rapport aux autres virus, d’avoir un moins grand nombre «d’erreurs» lorsqu’elle se copie d’une cellule à l’autre ou d’un individu à l’autre. Autrement dit, elle fait un «copié-collé» plus fidèle, ce qui explique, dans ce cas-ci, le plus petit nombre de mutations.

Virus ou bactérie: la différence ?

Le fait qu’un virus dépende d’un autre être vivant pour poursuivre son existence constitue une différence énorme avec une bactérie, qui est un être vivant autonome : elle n’a pas besoin d’aide pour se diviser et occuper un «territoire». Quiconque a déjà vu des taches grossir dans sa toilette ou son évier peut en témoigner. C’est la raison pour laquelle on dit souvent qu’une bactérie correspond à la définition d’un être vivant, qui peut se reproduire par lui-même, mais pas un virus. En d’autres termes, si on s'en tient à la stricte définition, le virus ne serait pas un être vivant, du moins pas tant qu’il n’en a pas infecté un autre.

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...

Une nouvelle garderie à Saint-Jean-Chrysostome

Le Centre éducatif sous les arbres, une garderie privée subventionnée située sur l’avenue Taniata, ouvrira ses portes d’ici la fin septembre.

Norah et Romy Carpentier : le bureau du coroner précise son rôle

L’enquête du coroner sur les morts des Lévisiens Norah et Romy Carpentier ainsi que de leur père, Martin, survenues à Saint-Apollinaire a été confiée à la coroner et avocate Sophie Régnière. Son rapport devrait être déposé dans environ un an.

Une maison des aînés et alternative à Saint-Étienne-de-Lauzon

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, accompagnée de Marc Picard, député des Chutes-de-la-Chaudière, a annoncé la création d’une maison des aînés et alternative dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon au prolongement de l’avenue Albert-Rousseau, le 28 juillet.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter

Sept personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs continue d'augmenter. Au Québec, le dernier bilan fait état de 145 nouveaux cas.

COVID-19 : de nouveaux cas dans la région

Quatre nouveaux cas infectés de nouveau coronavirus ont été répertoriés sur le territoire de la Chaudière-Appalaches recensent les données des dernières 24 heures au Québec, ce 2 août. Au total, 141 cas ont été ajoutés au compteur dans l’ensemble de la province.