CRÉDIT : COURTOISIE

Grâce au travail de plusieurs artisans, dont la firme lévisienne de design graphique Pigment Design, plusieurs Québécois peuvent désormais afficher leur soutien à la lutte contre le nouveau coronavirus. Avec leur projet, Pigment Design et les autres partenaires produisent des autocollants pour inciter positivement leurs concitoyens à ne pas lâcher.

C'est grâce à un coup de tête que l'initiative est née. Après avoir vu un dessin d'arc-en-ciel reliant la tête de deux personnes de Marie-Chantal G. Paquet (Marish Papaya), une artiste de Québec, Fanie Giguère-Robitaille, de Pigment Design, s'est dit qu'un autre projet artistique pourrait naître de cette création.

Une initiative qui permettrait notamment aux artisanes de la firme de design graphique de demeurer occupées, comme l'entreprise de Saint-Romuald a dû temporairement cesser ses opérations tel que demandé par le gouvernement provincial.

«Quand j’ai vu le dessin de Marie-Chantal, pour qui j’ai une énorme admiration, je me suis dit qu'il fallait faire quelque chose avec ça. C’est trop beau et c’est en plein ce dont tout le monde a besoin, du positif. Au début, nous avons lancé les autocollants pour le simple plaisir de pouvoir les diffuser et de propager de l’espoir aux gens. Se sentir uni et ensemble, c’était un baume pour beaucoup de gens en cette période incertaine», a expliqué Fanie Giguère-Robitaille, propriétaire et directrice générale de Pigment Design.

Une chaîne de solidarité

Grâce à Bernard Giasson, de l'entreprise de Saint-Romuald Giasson Lettrage et Design, Pigment Design a pu faire imprimer des autocollants mettant à l'honneur le dessin de Marish Papaya.

Les partenaires du projet ont alors décidé de vendre leur création, uniquement pour rembourser les frais nécessaires pour le matériel, l’enveloppe d’expédition, le timbre et la gestion des commandes. Mais qui dit temps du coronavirus dit mesures exceptionnelles pour assurer la production.

«Nous travaillons tous de la maison. L’imprimeur, qui travaille seul, m’a livré une énorme quantité en début de semaine, sur mon balcon sans contact évidemment. De mon côté, je prends les commandes, et prépare les paquets en prenant bien soin de respecter les normes de salubrité. Ensuite, je pèse mes commandes et y appose le nombre de timbres nécessaire. Je poste ensuite le tout à ma boîte aux lettres du coin», a illustré Mme Giguère-Robitaille.

Un message d'espoir qui se répand

Heureusement, tous ces efforts portent fruit puisque l'initiative a rapidement fait boule de neige. Un deuxième autocollant, où l'on peut voir les visages du Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique, et de François Legault, premier ministre du Québec, reliant un arc-en-ciel, a été produit. Même que lundi, une commande a été livrée à Toronto.

«Le succès, à nos yeux, c’est de recevoir des tonnes de courriels de gens qui désirent encourager le talent d’ici. Les gens sont très conscientisés au fait que certains artistes et certaines PME auront possiblement de la misère à traverser cette crise et les gens désirent contribuer à leur façon. En ce sens, je considère que l’initiative est couronnée de succès. Le mot se passe, les commandes se multiplient et tout le monde est fier d’afficher son arc-en-ciel, que ce soit le nôtre ou une version imaginée de leur cru. Le mouvement est maintenant si vaste, qu’il dépasse tout ce que nous aurions pu imaginer, Marie Chantal et moi, au départ», a partagé la propriétaire et directrice générale de Pigment Design.

D'ailleurs, tous les artisans derrière ce projet espèrent que l'initiative continue de prendre de l'ampleur.

«Nous en sommes venus au constat que cela pourrait être bien de proposer des autocollants qui seraient dessinés par d’autres illustrateurs ou illustratrices de Québec. On se dit que si ce projet peut faire rayonner des talents d’ici, pourquoi pas. Je m’affaire actuellement à contacter mes amies illustratrices et illustrateurs pour concevoir de nouveaux modèles. Pourquoi pas un collant axé sur la fameuse courbe de Dr Arruda?», a dévoilé Fanie Giguère-Robitaille. 

Soulignons finalement que les autocollants produits par les acteurs du projet peuvnet être achetés ici

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.

La nouvelle centrale de police au coin du Sault/Guillaume-Couture

Lors de la séance du conseil municipal de Lévis du 27 avril, les échevins lévisiens ont adopté deux résolutions afin d’enclencher le projet de construction d’une nouvelle centrale de police. L’une d’elles a notamment permis l’acquisition par expropriation du site où sera construit le nouvel édifice municipal. Il s’agit du terrain vacant situé au coin du chemin du Sault et du boulevard Guillaume-Co...