Le directeur général de la FADOQ Québec et Chaudière-Appalaches, Michel Beaumont, estime que l'initiative permettra notamment de briser l'isolement. CRÉDIT : COURTOISIE

Depuis lundi, la FADOQ Québec et Chaudière-Appalaches a lancé une vaste opération d'appels téléphoniques, Prenons soin des autres, pour s'assurer que ses membres de 70 ans et plus se portent bien.

Rappelons que depuis le 14 mars, le gouvernement provincial demande aux aînés de 70 ans et plus de demeurer confiner chez eux.

Cette mesure vise à éviter que les personnes de ce groupe d'âge contractent la COVID-19 puisque le nouveau coronavirus est plus dangereux pour ces dernières.

Si avant la crise les clubs FADOQ de la région pouvaient prendre des nouvelles de leurs membres plus âgés, l'annulation de toutes leurs activités, afin de respecter les directives gouvernementales, a coupé ce précieux lien.

«Notre mission sociale, c'est de briser l'isolement des aînés. En raison de la crise, nos activités régulières ont été bouleversées et on s'est demandé comment on pouvait toujours accomplir notre mission dans le contexte actuel. Et l'idée de prendre des nouvelles de nos membres de 70 ans et plus par téléphone nous s'est rapidement imposée», a expliqué Michel Beaumont, le directeur général de la FADOQ Québec et Chaudière-Appalaches.

S'assurer que tout va bien

La FADOQ régionale a donc conçu un script d'appel et a fait appel à ses clubs pour pouvoir joindre ses membres âgés de 70 ans et plus. Plus grande fédération régionale de l'organisation provinciale, la FADOQ Québec et Chaudière-Appalaches compte 37 000 membres âgés de 70 ans et plus parmi ses 95 000 membres.

Depuis lundi, les 13 employés de la permanence de la FADOQ régionale, des membres du conseil d'administration de la FADOQ Québec et Chaudière-Appalaches et des membres âgés de 69 ans et moins de tous les clubs de la région effectuent les appels.

Lors de la discussion téléphonique, les bénévoles qui donnent vie à Prenons soin des autres rassurent les membres de 70 ans et plus, prennent de leurs nouvelles, s'assurent qu'ils soient en sécurité et vérifient qu'ils aient accès aux ressources nécessaires afin de combler leurs besoins essentiels, notamment pour s’approvisionner.

«Dans le contexte actuel, nous voulons nous assurer que les aînés vont bien et respectent les directives gouvernementales, vérifier qu'ils peuvent notamment compter sur des proches pour récolter leurs denrées et leurs médicaments. Si l'une des personnes que nous appelons démontre un signe de détresse, nous pouvons référer cette dernière à organisme qui peut les aider. Dans cette période qui provoque beaucoup d'angoisse, juste prendre des nouvelles des gens, ça leur fait du bien», a conclu M. Beaumont.

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Un saut dangereux au parc des Chutes-de-la-Chaudière

Malgré la dangerosité de ce qu'il qualifie de «cascade», qui aurait pu entraîner de graves blessures voire la mort, un jeune homme s’est filmé en train de sauter de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière. Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) met en garde toute personne tentée de reproduire ce saut qui met la vie de son auteur en péril.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.