CRÉDIT : ÉRICK DESCHENES

Les membres de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) de la région de la Chaudière-Appalaches se sont réunis devant l’Hôtel-Dieu de Lévis afin de revendiquer une plus grande reconnaissance de la part des instances gouvernementales des efforts que ces employés de la santé font depuis le début de la pandémie de la COVID-19, le 25 juin.

Sous le thème des fantômes, les membres de l’APTS se sont rassemblés afin d’obtenir la reconnaissance de tout le travail qui a été fait. Pour Jean-François Travers, représentant national de l’APTS Chaudière-Appalaches, il est essentiel que le personnel professionnel et technique soit félicité, encore plus depuis que «le premier ministre François Legault s’est exprimé sur le fait que la région de Chaudière-Appalaches est un modèle à copier au regard de la pandémie».

«Il faut se rappeler qu’une bonne partie de l’équation est les travailleurs du milieu de la santé et des services sociaux qui maintiennent ce réseau à bout de bras à l’heure actuelle, de concert avec la population», a souligné M. Travers.

Néanmoins, il soutient que la population applaudie le travail qu’est fait par les employés qu’il représente, mais que la reconnaissance du gouvernement ne s’est pas encore fait sentir sur le terrain.

Ce dernier déplore également les embûches administratives et l’incohérence sur l’application des primes promises par le gouvernement provincial. Il rapporte que les technologues en imagerie médicale et en laboratoire du Centre Paul Gilbert de Charny qui traitent et analysent les tests de dépistage du nouveau coronavirus ne sont pas couverts par la prime destinée aux travailleurs de la santé, pour ne nommer que cet exemple.

«Les technologues doivent faire le travail habituel d’analyse, mais en plus de ça, on leur ajoute les échantillons COVID et avec la reprise dans les dernières semaines des activités régulières du secteur, les cliniques roulent un peu plus qu’elles ne roulaient au début de la pandémie. On était déjà à pleine capacité, on est rendu à surcapacité actuellement», a expliqué le représentant de l’APTS.

Une deuxième vague attendue de pied ferme

Selon M. Travers, les employés de la santé et des services sociaux ont dû mettre beaucoup d’efforts afin de gérer cette crise ainsi que réorganiser «excessivement rapidement» leurs façons de faire et environnement. Avec les prévisions du directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, qui prédit à 95 % les chances de voir apparaître une deuxième vague, le représentant de l’APTS s’inquiète puisque le secteur de la santé et des services sociaux ne peut pas prévoir la hauteur de cette vague.

C’est en ce sens que le thème de la manifestation, les fantômes, a été choisi. «Nous ne sommes pas des fantômes, nous sommes de vraies personnes qui donnons de vrais services, mais nous sommes au bout du rouleau dans plusieurs secteurs et la deuxième vague va être encore plus critique si on ne fait rien», a-t-il conclu.

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Le pire scénario se concrétise

FAITS DIVERS. Les recherches pour retrouver les sœurs Norah et Romy Carpentier se sont conclues tragiquement. Les policiers de la Sûreté du Québec ont retrouvé leurs corps inanimés dans un boisé de Saint-Apollinaire, le 11 juillet, vers midi. Cette découverte mettait ainsi un terme à l’alerte Amber lancée le 9 juillet et signifiait le début de la chasse à l’homme pour retrouver leur père, Martin C...

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...