La directrice régionale de santé publique, Dre Liliana Romero. CRÉDIT : ARCHIVES

La progression de la COVID-19 en Chaudière-Appalaches est au ralenti. Depuis le début du mois de juin, on signale l’apparition de moins d’un nouveau cas par jour. Ces chiffres encourageants permettent au Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) de se concentrer sur l’arrivée d’une éventuelle deuxième vague.

Par Mélanie Labrecque - Collaboration spéciale

«On a appris à se préparer, à avoir un bon système de vigie, à faire les liens avec les partenaires et à réagir rapidement lorsqu’il y a un cas qui se présente», a analysé la directrice de la santé publique de la Chaudière-Appalaches, Dre Liliana Romero. 

Par ailleurs, le CISSS-CA travaille également à renforcer le système de santé des centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) en implantant, entre autres, des équipes dédiées. «Cela facilitera la prise en charge de la situation, s’il arrive une deuxième vague.» Rappelons que les CHSLD ont été durement éprouvés pendant la crise alors qu’on y a comptabilisé plusieurs foyers d’éclosion, et ce, partout au Québec. 

Peu de décès : ce qui a fait la différence 

Depuis le signalement du premier cas de COVID-19 en Chaudière-Appalaches, on ne déplore que huit décès. Dans la Capitale-Nationale, la situation est bien différente, ce sont 171 personnes qui ont perdu la vie. Même si les deux régions sont étroitement liées entre elles, la façon dont le virus s’est propagé dans la population a fait toute la différence, estime Dre Romero. 

«Au début de la pandémie, elles avaient un profil épidémiologique très semblable. Ensuite, nous avons noté beaucoup d’éclosions dans les centres d’hébergement de la Capitale-Nationale, ce qui n’a pas été notre cas. Nos centres ont été épargnés par les éclosions. C’est ce qui a fait toute la différence, parce que le taux de décès est très élevé chez les personnes de 70 ans et plus. […] La propagation dans des milieux très fragiles a été décisive dans les taux de transmission et de décès dans les deux régions.» 

Rappelons que sept des huit décès de Chaudière-Appalaches sont survenus en résidence privée pour aînés et un en centre hospitalier. Deux éclosions ont été signalées dans la région, à Lévis, au Manoir Liverpool et au Manoir de l’arbre argenté. Elles sont désormais résorbées. 

Agir rapidement 

Dre Romero estime que deux raisons expliquent pourquoi la région a réussi à contenir l’épidémie sur le territoire. «On a réagi très rapidement depuis le début de la pandémie. Dès qu’on détectait un cas, on dépistait et isolait tout le monde [de l’entourage].» 

De plus, a-t-elle relevé, les citoyens de la région ont respecté les consignes édictées par la Direction nationale de la santé publique : lavage des mains, distanciation physique, port du masque, déplacements limités, etc. 

Cependant, la bataille contre la maladie n’est pas terminée, rappelle-t-elle. Le respect des consignes et des nouvelles règles sociales permettra de contenir la maladie, mais également de prévenir l’arrivée de la seconde vague.

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Le pire scénario se concrétise

FAITS DIVERS. Les recherches pour retrouver les sœurs Norah et Romy Carpentier se sont conclues tragiquement. Les policiers de la Sûreté du Québec ont retrouvé leurs corps inanimés dans un boisé de Saint-Apollinaire, le 11 juillet, vers midi. Cette découverte mettait ainsi un terme à l’alerte Amber lancée le 9 juillet et signifiait le début de la chasse à l’homme pour retrouver leur père, Martin C...

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...