Jonathan Tanguay et Carl Lavoie, ainsi que Lysa Bergeron (absente de la photo), sont derrière le collectif d’idées Repensons Lévis.� CRÉDIT : AUDE MALARET

Ils sont dans la vingtaine, possèdent déjà une expérience politique et veulent contribuer au développement de leur ville. Jonathan Tanguay, Carl Lavoie et Lysa Bergeron ont créé Repensons Lévis, un groupe de réflexion qui veut influencer les décideurs municipaux et proposer de nouvelles initiatives.

Intéresser les gens à la politique locale, susciter la participation citoyenne et proposer des projets alternatifs, c’est l’objectif de la nouvelle entité Repensons Lévis lancée par trois jeunes habitants du territoire. «Comment, en 2020, on peut contribuer au développement de notre ville?» se demandent les instigateurs du projet, Jonathan Tanguay, Carl Lavoie et Lysa Bergeron.

À mi-chemin entre le «laboratoire d’idées» et l’organisation politique, le collectif compte investir les réseaux sociaux à la rencontre des citoyens. Repensons Lévis prévoit développer des moyens de communication, complémentaires «aux canaux officiels» qui existent déjà, et exploiter le plein potentiel de la sphère numérique afin que «les gens puissent partager leur opinion sur des débats ou des enjeux qui les touchent». 

«Il n’y a pas autant de participation citoyenne, du moins dans ma génération, que ce que je pense que les gens devraient avoir. J’ai toujours défendu cette idée de participer. Aujourd’hui, le projet qu’on développe vise directement ça, intéresser les gens à leur sphère municipale», explique Carl Lavoie.

Leur constat est simple : le taux de participation aux élections municipales a chuté à      36,5 % en 2017. En 2013, seulement 46,4 % des électeurs avaient voté. Des chiffres «alarmants» pour Jonathan Tanguay, qui souligne par ailleurs que 10 des 15 conseillers municipaux ont été élus par acclamation. «On entend peut parler de politique municipale autour de la table de cuisine», illustre-t-il. 

 «L’idée, c’est d’entamer un dialogue de toutes les manières possibles, à l’aide d’outils différents de ceux de la Ville, avec le citoyen, l’entreprise, le milieu socio-communautaire pour écouter leurs besoins et leurs priorités. Reconnecter les citoyens à la vie municipale, c’est là-dessus qu’on doit travailler», insiste Jonathan Tanguay. 

Si Repensons Lévis existe actuellement sous la forme d’un collectif d’idées, l’évolution vers une force politique n’est pas exclue par ses fondateurs. «On a un véhicule qui commence à avancer tranquillement et qui va pouvoir prendre sa vitesse de croisière avant d’arriver en 2021.»

Des implications précoces

Du haut de ses 25 ans, Jonathan Tanguay, qui travaille dans un cabinet conseil en philanthropie,  en a passé 24 à Lévis. «J’ai habité à Charny, Lauzon, dans le Vieux-Lévis et maintenant je suis à Pintendre. Et, j’ai passé un an à Ottawa comme adjoint parlementaire», précise-t-il. Organisateur politique, il a fait ses armes auprès de plusieurs candidats fédéraux du Parti libéral du Canada lors de leur campagne électorale. Aujourd’hui, il s’implique également au sein du conseil d’administration de la Fondation pour l’éducation de l’École Pointe-Lévy.

Originaire d’Ottawa et installé à Lévis depuis deux ans, Carl Lavoie, qui est conseiller en entreprise, a développé son goût pour la politique en s’impliquant auprès d’organisations telles que le Regroupement étudiant des facultés d’administration de l’est du Canada, dont il a été président, et la Conférence régionale des élus de l’Outaouais.

Quant à Lysa Bergeron, qui n’était pas présente lors de l’entrevue avec le Journal pour des raisons de santé, elle s’est récemment installée à Saint-Romuald et suit une maîtrise en épidémiologie à l’Université Laval, après un baccalauréat en biologie médicale. À 20 ans, la jeune femme s’est présentée dans sa ville d’origine Notre-Dame-du-Mont Carmel contre le maire sortant. «Elle a perdu, mais ça lui a permis de vivre une expérience de proximité dans un contexte municipal», souligne Jonathan Tanguay.

D’autres participants au projet seront présentés dans les prochaines semaines sur les différentes pages Internet de Repensons Lévis, indiquent les instigateurs du projet pour qui il est primordial de s’entourer d’une équipe. Afin de rassembler des sympathisants, l’organisation s’est dotée d’une page repensonslevis.quebec et elle est présente sur Facebook, Twitter et Instagram.

Faire entendre de nouvelles voix

 Estimant que chaque citoyen de Lévis vit une réalité différente, le groupe de réflexion veut «pouvoir discuter d’autres choses qui ne sont habituellement pas amenées par l’administration municipale», indique Carl Lavoie.

Les deux Lévisiens croient que «le climat ne favorise pas forcément les nouvelles idées. À partir du moment où on a une administration municipale qui n’est pas challengée, on n’a pas les conditions gagnantes pour évoluer». «Ni critiqueurs ni revanchards», disent-ils, les membres de Repensons Lévis veulent sortir du rôle d’opposant. «Tout ce qui est opposition est souvent comparé à de l’obstruction. On le voit plus comme une tentative de participation et de développement de la municipalité.»

Et d’ajouter : «ce qui nous intéresse, ce sont les commentaires constructifs et positifs. On n’est pas là pour s’opposer systématiquement à l’administration municipale et à ses décisions. On veut tous le bien de notre ville. Mais, on se demande comment faire en sorte d’entendre plus de groupes s’exprimer, des groupes qui s’expriment moins souvent».

Alors que la municipalité en pleine croissance se trouve à un point décisif de son développement, observent-ils, Repensons Lévis misera sur les outils pour favoriser le développement durable à long terme, la coopération et l’innovation afin de faire souffler un vent nouveau sur la ville . 

«Le but de toute administration municipale, c’est d’améliorer la qualité de vie des citoyens et de contribuer à son essor économique. Ensuite, quels seront les moyens ou les actions prises, on se garde quelques cartes dans notre jeu qui seront dévoilées au fur et à mesure.» Repensons Lévis organisera un lancement officiel au cours de l’été et présentera ses activités à venir ainsi que sa programmation.

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Le pire scénario se concrétise

FAITS DIVERS. Les recherches pour retrouver les sœurs Norah et Romy Carpentier se sont conclues tragiquement. Les policiers de la Sûreté du Québec ont retrouvé leurs corps inanimés dans un boisé de Saint-Apollinaire, le 11 juillet, vers midi. Cette découverte mettait ainsi un terme à l’alerte Amber lancée le 9 juillet et signifiait le début de la chasse à l’homme pour retrouver leur père, Martin C...

De nouveaux éléments dans l’affaire Martin Carpentier

FAITS DIVERS. La Sûreté du Québec a confirmé ce matin qu’elle a en main des éléments lui laissant croire que Martin Carpentier, 44 ans de Lévis, serait toujours en vie et se trouverait dans la MRC de Lotbinière. Ce dernier est recherché depuis le 8 juillet.

«Éléments d’intérêt» retrouvés dans le cas Martin Carpentier

Toujours à la recherche du Lévisien en fuite, Martin Carpentier, dans le secteur de Saint-Apollinaire, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé, ce matin, qu'elle a découvert des «éléments d’intérêt» pour l’enquête dont la nature n’a pas été encore révélée.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Après une accalmie d'une semaine, les autorités sanitaires ont confirmé, jeudi, qu'un nouveau cas d'infection au coronavirus avait été constaté en Chaudière-Appalaches, plus précisément à Lévis.

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Fin de partie pour Bingo Rive-Sud

La salle de bingo lévisienne a accueilli les joueurs pour la dernière fois le 29 juillet, avant de fermer définitivement ses portes. Après 24 ans d’existence et près de 13,5 M$ reversés à la commununauté, Bingo Rive-Sud a succombé à la COVID- 19, qui a aggravé une situation déjà difficile dans les dernières années.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

Norah et Romy Carpentier ont été assassinées

Martin Carpentier a bel et bien tué ses filles, Norah (11 ans) et Romy (6 ans), et s’est ensuite enlevé la vie. L’ensemble du drame s’est joué dans les heures qui ont suivi l’embardée survenue dans la soirée du 8 juillet sur l’autoroute 20, à Saint-Apollinaire. C’est ce qu’a expliqué l’inspecteur chef et directeur des communications de la Sûreté du Québec, Guy Lapointe, en point de presse le 22 ju...