La demande des proches de Jean Garon de renommer la route du Président-Kennedy en boulevard Jean-Garon ne plaît pas aux commerçants ayant pignon sur rue sur cette artère. CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Par voie de communiqué, la Chambre de commerce de Lévis (CCL) a dévoilé, le 23 février, les résultats d'un sondage mené plus tôt ce mois-ci auprès des dirigeants d'entreprises situées sur la route du Président-Kennedy afin de connaître leur opinion sur la possibilité d'un changement de nom de la portion lévisienne de l'artère. 78 % des répondants ont alors manifesté leur opposition à tout changement de nom.

Rappelons que la famille et les amis de Jean Garon, le regretté député péquiste de Lévis et ancien maire de la ville, demandent depuis plusieurs mois que la route du Président-Kennedy devienne le boulevard Jean-Garon afin de lui rendre hommage.

Cependant, la majorité des représentants des 125 entreprises situées sur Président-Kennedy sondés par la CCL estiment que le changement provoquerait trop d'impacts négatifs pour eux. En effet, 85 % de ces entreprises jugent qu’il y aurait au moins un impact négatif pour elles si l’artère venait à changer de nom.

Parmi les exemples énumérés, 21 % des entrepreneurs sondés jugent qu’il y aurait un risque de confusion pour leurs clientèles (NDLR : certaines d’entre elles utilisent Kennedy dans le nom de leurs entreprises), 19 % d'entre eux déplorent qu'ils seraient obligés de changer l’ensemble de leur papeterie, 18 % notent l’obligation de faire leur changement d’adresse et 13 % mentionnent que ce changement de nom leur amènerait des frais supplémentaires.

Seulement 2 % des entreprises sondées ont fait savoir que le changement pourrait leur amener un impact positif et 13 % d'entre elles jugent qu’un changement de nom n’aurait aucun impact pour elles.

«La CCL tient à réitérer qu’elle est toujours en défaveur d’un changement de nom dû aux impacts négatifs occasionnés sur les entreprises potentiellement touchées. [...] Nous sommes en accord avec le fait de pouvoir honorer des personnalités publiques marquantes pour la communauté de Lévis. Cependant, les impacts négatifs évoqués par les entreprises situées sur la route du Président-Kennedy nous démontrent bien que de modifier le nom d’une artère commerciale aussi névralgique n’est pas la solution à privilégier», a argué Mme Morency.

Les proches de Jean Garon tiennent mordicus à cet hommage

Dans un communiqué de presse envoyé aux médias le 23 février, les proches de Jean Garon ont fait savoir qu'ils rejetaient les trois contre-propositions de la Ville de Lévis afin de rendre hommage au défunt politicien. Dans ces propositions, la municipalité n'envisageait pas de renommer la route du Président-Kennedy en boulevard Jean-Garon.

En rappelant qu'il appartient au comité de toponymie de les faire connaître s'il le désire, la famille et les amis de Jean Garon estiment que les trois contre-propositions formulées ne rencontrent pas leur souhait que le geste de commémoration soit à la hauteur de la contribution de M. Garon à l’essor de Lévis, soit lié directement à une réalisation qui porte sa signature et ait une visibilité significative. Ainsi, ils tiennent à ce que la route du Président-Kennedy devienne le boulevard Jean-Garon, la transformation de cette artère de deux à quatre voies entre Lévis et les limites de Saint-Henri étant un legs important de l'ancien élu péquiste.

Comprenant que le changement de nom ajouterait un autre souci à des entreprises qui sont déjà aux prises avec les conséquences de la crise sanitaire, les proches de Jean Garon sont cependant prêts à attendre quelques années avant que la route du Président-Kennedy devienne le boulevard Jean-Garon.

«Nous demandons à la Ville de Lévis une déclaration de principe à l’effet que la route du Président-Kennedy deviendra le boulevard Jean-Garon, dans un horizon de trois ans après la fin de la pandémie, et de mettre en place une stratégie d’appui et d’information auprès des citoyens et entreprises directement touchés. Le nom d’une artère comme Kennedy est un bien public et il appartient aux pouvoirs publics et non aux intérêts privés de décider de son utilisation pour commémorer ou non un grand personnage comme M. Garon», a déclaré Simon Bégin, porte-parole du groupe.

Les proches ont fait savoir que le président du comité de toponymie, Serge Côté, a accepté de soumettre aux autres membres du comité l'approche graduelle proposée par la famille et les amis de Jean Garon.

Notons finalement que s'ils affirment qu'ils maintiendront leur lien avec le comité de toponymie, les proches de Jean Garon réitèrent leur demande formulée à diverses reprises de rencontrer le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, «afin de pouvoir lui exposer directement les raisons de leur choix et faire appel à son leadership dans ce dossier».

Les plus lus

COVID-19 : Chaudière-Appalaches touchée inégalement par la 3e vague

La troisième vague de la pandémie de COVID-19 frappe bel et bien Chaudière-Appalaches, a confirmé la directrice régionale de santé publique de la Chaudière-Appalaches, la Dre Liliana Romero, lors d’une entrevue avec le Journal ce 31 mars. La région est toutefois divisée en deux zones, l’une sous contrôle, l’autre dans une situation critique.

Un laboratoire pharmaceutique de Lévis développe un remède contre la COVID-19

Angany, pharmaceutique franco-canadienne qui possède un laboratoire à Lévis, travaille présentement à l’élaboration d’un médicament qui permettrait de guérir et de prévenir la COVID-19. Complémentaire au vaccin, ce remède pourrait s’avérer très efficace pour lutter contre les variants.

Lévis resserrera sa réglementation sur les animaux

L’administration Lehouillier a présenté les détails de sa nouvelle réglementation sur les animaux de la Ville de Lévis qu’elle déposera lundi prochain. Entrant en vigueur le 19 avril prochain, l’ensemble de règles permettra la mise en place de plusieurs mesures afin «d’assurer davantage la sécurité des Lévisiens et le bien-être des animaux».

Mesures spéciales d'urgence : déception et colère au sein de la communauté lévisienne

La décision du gouvernement provincial d'imposer un reconfinement strict à Lévis afin d'endiguer la troisième vague de la pandémie de COVID-19 a été accueillie avec des sentiments mitigés par plusieurs intervenants lévisiens.

COVID-19 : importante hausse du nombre de cas en Chaudière-Appalaches

Le nombre journalier de cas de COVID-19 découverts en Chaudière-Appalaches a fait un important bond. Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 33 résidents de la région ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le coronavirus.

En classe avec de jeunes entrepreneurs

Les sept élèves de la classe de langage du deuxième cycle du pavillon Maria-Dominique de l’École Notre-Dame-d’Etchemin se sont lancés en affaires au mois de novembre passé. Accompagnés de leur enseignante, Marie-Joëlle Vézina, et de l’éducatrice spécialisée de la classe, Marilyn Huppé-Gagné, les élèves de l’école primaire de Saint-Romuald ont créé la Jouet-Thèque.

COVID-19 : autre bond des nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 142 résidents de la région ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19. Il s'agit de la quatrième journée consécutive où plus de 100 nouveaux cas sont enregistrés en Chaudière-Appalaches.

COVID-19 : 136 nouveaux cas et 1 décès supplémentaire en Chaudière-Appalaches

La troisième vague de la pandémie continue de prendre de l'ampleur dans la région. Selon les données publiées dimanche par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS), 136 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le coronavirus. De plus, un nouveau décès lié à la COVID-19 a été enregistré dans la région.

COVID-19 : important bond des nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

La pandémie semble prendre de nouveau de l'ampleur en Chaudière-Appalaches, alors que le nombre de nouveaux cas de COVID-19 découverts dans la région a fait un important bond. Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 67 résidents de la région ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le corona...

COVID-19 : légère augmentation des nouveaux cas et un nouveau décès dans la région

Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie dans la région du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 51 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19. De plus, un résident de la région a récemment succombé des suites d'une infection au coronavirus, une première depuis p...