Les sept élèves de la classe de langage du deuxième cycle de l’École Notre-Dame-d’Etchmin ont reçu un don de 500 $ de l’entrepreneure Cécile Condé pour garnir leur bibliothèque de jeux de société. CRÉDIT : COURTOISIE

Les sept élèves de la classe de langage du deuxième cycle du pavillon Maria-Dominique de l’École Notre-Dame-d’Etchemin se sont lancés en affaires au mois de novembre passé. Accompagnés de leur enseignante, Marie-Joëlle Vézina, et de l’éducatrice spécialisée de la classe, Marilyn Huppé-Gagné, les élèves de l’école primaire de Saint-Romuald ont créé la Jouet-Thèque.

C’est à la suite d’une rencontre avec l’entrepreneure Cécile Condé, dans le cadre de la Semaine des entrepreneurs à l’école, que Mary-Ann, Lucas, Louis, Félyx, Julien, Antoine et Jasmine ont eu l’idée de mettre sur pied la Jouet-Thèque. L’entreprise propose aux élèves du pavillon Maria-Dominique une bibliothèque de jeux de société qu’ils peuvent emprunter par bulle-classe aux deux semaines.

«On voulait apporter du changement et de la nouveauté dans la vie des élèves parce qu’on est toujours ensemble dans les mêmes bulles-classes. Si on apportait de la nouveauté, ça apporterait moins de chicane et les autres élèves seraient plus heureux (à l’école)», explique Mary-Ann, qui occupe le poste de présidente du conseil d’administration de la Jouet-Thèque.

En plus de la présidente, le conseil d’administration est composé d’un trésorier, Lucas, et d’un secrétaire, Louis.

Pour démarrer leur entreprise, les élèves de la classe de Marie-Joëlle Vézina et Marilyn Huppé-Gagné ont sondé les autres classes du pavillon Maria-Dominique pour connaître leurs préférences concernant les jeux de société. Ensuite, ils ont reçu un don de 500 $ de Mme Condé pour acheter des jeux neufs et ont rédigé une lettre destinée aux parents des élèves de l’école pour les solliciter à donner leurs jeux usagés qu’ils possèdent à la maison. Les parents se sont mobilisés et ont offert une trentaine de jeux à la Jouet-Thèque.

Puis, les élèves de la classe de langage ont étudié les logos d’entreprises existantes et ont tous dessiné une ébauche du logo qu’ils aimeraient comme image de marque pour leur entreprise. À la suite d’un vote au sein de la classe, c’est celui de Mary-Ann qui a été retenu et Charles Demers, le conjoint de Mme Huppé-Gagné, a créé le logo de l’entreprise.

Après avoir lancé un prototype concluant où huit classes y ont participé, la Jouet-Thèque s’est mise à l’œuvre et maintenant, un midi toutes les deux semaines, les jeunes entrepreneurs font le tour d’une douzaine de classes afin de prêter les jeux qu’ils possèdent dans leur bibliothèque. Une fois de retour, les jeux sont placés en quarantaine et nettoyés avant d’être disponibles pour une autre classe.

Un processus bénéfique pour les élèves

La situation pandémique frappe les écoles de plein fouet, les élèves doivent demeurer au sein de leur bulle-classe et cette mesure rend la tâche de développer des liens avec les élèves d’autres classes difficile. Grâce à la Jouet-Thèque, les élèves de la classe de langage brisent cet isolement imposé en parcourant les classes pour qu’elles s’amusent avec leurs jeux.

De plus, la mise sur pied d’une entreprise motive les sept entrepreneurs à se dépasser au quotidien. «Le projet permet aux élèves de développer plusieurs qualités comme le leadership, l’estime de soi, la communication orale, la patience, la coopération, la persévérance, l’entraide, l’autonomie, l’écriture, l’organisation et ça leur procure beaucoup de fierté», expose Mme Vézina.

Le projet connaît un franc succès auprès des classes de l’École Notre-Dame-d’Etchemin, si bien qu’on a demandé à la classe du pavillon Maria-Dominique de déployer ses services au sein des trois pavillons de l’école, une tâche qu’elle a dû refuser puisqu’elle était trop exigeante pour seulement sept élèves. Cependant, la Jouet-Thèque leur a proposé de lancer leur propre entreprise et qu’elle pourrait leur donner un coup de main, si un autre projet venait qu’à se réaliser.

À la fin de l’année scolaire, la classe de langage dissoudra l’entreprise et offrira sa bibliothèque de jeux au service de garde de l’école ainsi qu’au Centre de pédiatrie sociale de Lévis.

Les plus lus

Le projet immobilier du Groupe Dallaire au centre de Lévis lancé

Par voie de communiqué, le Groupe Dallaire a annoncé, le 28 avril, le lancement de la première phase de son ensemble résidentiel entre Charny et Saint-Jean-Chrysostome, le Quartier des Pionniers.

Scies Mercier : un projet de remplacement qui ne fait pas l’affaire

Un résident et voisin du vieux bâtiment des Scies Mercier situé dans le Vieux-Lévis s’oppose fortement à la démolition de cette bâtisse patrimoniale ainsi qu’au projet d’immeuble qui accueillera six unités résidentielles modernes prévu pour remplacer ce pan de l’histoire lévisienne. À quelques jours de la date limite des dépôts de demande d’appel de la décision du comité de démolition, Charles-Oli...

COVID-19 : la clinique de dépistage de Lévis déménage au centre-ville

La clinique de dépistage de la COVID-19 de Lévis déménagera ses pénates cette semaine. Dès mercredi, elle sera désormais située dans les anciens locaux de Bingo Rive-Sud, dans la suite 180 du 50, route du Président-Kennedy (Place Lévis).

Les résidents du quartier de l’Aquifère mécontents

Face au développement immobilier, le Quartier Élévation, à Saint-Nicolas, les résidents de la rue de l’Aquifère et des voies alentours se mobilisent pour que le projet de 6 immeubles de 6 à 14 étages soit revu afin de mieux s’intégrer à ce secteur unifamilial.

COVID-19 : encore loin de la zone orange

Si de bonnes nouvelles ont été constatées au cours de la dernière semaine, la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches ne s’est pas grandement améliorée, selon la directrice régionale de santé publique.

La vaccination élargie à deux nouveaux groupes prioritaires en Chaudière-Appalaches

Depuis aujourd'hui la vaccination est élargie aux travailleurs essentiels de milieux à risque important d’éclosion et à certaines personnes ayant une maladie chronique.

Personne n’est invincible face à la COVID-19

Les dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour Sébastien Duclos et sa famille. Ils se remettent tous de la COVID-19 qu’ils auraient contractée, croit-il, au début du mois d’avril, peu avant Pâques. Après avoir vécu les «12 pires jours» de sa vie, il a lancé un cri du cœur sur les médias sociaux implorant ses proches de ne pas «baisser la garde» face au virus et de respecter les normes san...

Transformer sa mort en nouvelle vie pour d’autres personnes

Si Françoise Leblond nous a quittés en mai 2019, sa générosité continue de faire une différence dans notre société. Après avoir eu recours à l’aide médicale à mourir (AMM), l’infirmière auxiliaire lévisienne a fait don de ses poumons, de ses reins et de son foie.

Fin des mesures d’urgence à Lévis et retour au palier rouge

À partir du 10 mai, les mesures spéciales d’urgence seront levées en dans la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, sauf dans trois MRC : Beauce-Sartigan, Robert-Cliche et des Etchemins. Toutes les écoles primaires de Chaudière-Appalaches pourront rouvrir dès cette date.

Le conseil municipal se penche sur l’avenir de l’ancien hôtel Victoria

Lors d’une séance extraordinaire de l’instance le 3 mai, les membres du conseil de municipal de Lévis ont entendu les appels déposés à la suite de la décision rendue par le comité de démolition dans le dossier de l’ancien hôtel Victoria. Deux groupes ont alors pu faire valoir leurs arguments, quelques mois après que le comité de démolition a refusé la demande de démolition déposée par le propriéta...