Le conseil municipal décidera de l’avenir de l’ancien hôtel Victoria, le 25 mai prochain. CRÉDIT : GILLES BOUTIN ET CAPTURE D'ÉCRAN

Lors d’une séance extraordinaire de l’instance le 3 mai, les membres du conseil de municipal de Lévis ont entendu les appels déposés à la suite de la décision rendue par le comité de démolition dans le dossier de l’ancien hôtel Victoria. Deux groupes ont alors pu faire valoir leurs arguments, quelques mois après que le comité de démolition a refusé la demande de démolition déposée par le propriétaire du 5204-5224, rue Saint-Laurent.

Rappelons d’emblée que l’édifice ayant pignon sur rue à cet endroit a été bâti en 1867, selon les plans du célèbre architecte Edward Staveley. Au 19e siècle, l’hôtel Victoria a été un établissement de première classe qui accueillait les passagers du Grand Tronc, dont l’une des gares était située à proximité dans ce qui est maintenant le parc de l’Anse-Tibbits.

Au fil des années, plusieurs des propriétaires de l’édifice n’ont toutefois pas réalisé des travaux nécessaires pour préserver le bâtiment. Durant plus de 15 ans, un suivi attentif de la direction de l’urbanisme de la municipalité et du Service de la sécurité incendie de la Ville de Lévis (SSIVL) a dû être assuré, avant l’acquisition de l’ancien hôtel Victoria par son propriétaire actuel, Alexandre Dion du Groupe Alto.

L’an dernier, un expert engagé par la Ville a estimé à 950 000 $, avant taxes, le coût des travaux de réhabilitation nécessaires pour préserver l’édifice désormais inoccupé. Dans sa décision rendue le 16 février dernier, le comité de démolition a d’ailleurs souligné que la rénovation du bâtiment était trop dispendieuse et que la valeur patrimoniale de l’édifice, établie à moyenne, avait chuté en raison de son état.

Toutefois, l’organe de la municipalité a refusé la demande de démolition du requérant puisque son projet déposé pour remplacer l’ancien hôtel Victoria n’était pas conforme.

Convaincre les échevins

À la suite de cette décision, la Ville de Lévis a reçu deux demandes d’appel, soit de la part du Groupe Alto ainsi que du Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM). À tour de rôle, les représentants de ces deux requérants ont pu présenter leur position aux membres du conseil municipal.

Alexandre Dion a d’abord réitéré sa demande pour pouvoir démolir le 5204-5224, rue Saint-Laurent, un édifice qui est désormais dans un «état lamentable». «Notre but était de rénover et d’optimiser le bâtiment actuel, mais on évalue les coûts de rénovation à 1,4 M$. Cela rendrait notre projet déficitaire de plusieurs centaines de milliers de dollars. On a pu constater plusieurs problèmes structurants», a argué le promoteur de Québec.

Il a par la suite présenté un nouveau concept d’utilisation du sol dégagé qui respecte les normes de la Ville. En remplacement de l’ancien hôtel Victoria, le Groupe Alto construirait les Condos Victoria (sur la deuxième photo), un édifice «mélangeant les styles classique et contemporain inspiré du style du bâtiment actuel». Le nouveau bâtiment de quatre étages offrirait sept condos de luxe, disposant notamment de cases de stationnement souterraines et en surface.

Ensuite, Pierre-Paul Sénéchal, le président du GIRAM, a rappelé que son organisme s’opposait à la démolition du 5204-5224. Il a livré un nouveau plaidoyer pour la protection du patrimoine bâti des municipalités, «puisqu’une collectivité prospère est celle qui réussit généralement à préserver son patrimoine bâti».

Conscient que les coûts des travaux de réhabilitation très importants inciteront vraisemblablement le conseil municipal à accepter la demande de démolition, Pierre-Paul Sénéchal a partagé son souhait que le projet de remplacement mise sur un concept «se collant le plus au style qu’a l’actuel bâtiment» et offrant des espaces résidentiels et commerciaux.

Notons finalement que le conseil municipal prendra le dossier en délibéré. Les échevins ont adopté une résolution, lors de la séance du 3 mai, pour annoncer qu’ils rendront une décision dans cette affaire lors de la séance ordinaire du conseil du 25 mai prochain.

Les plus lus

Le projet immobilier du Groupe Dallaire au centre de Lévis lancé

Par voie de communiqué, le Groupe Dallaire a annoncé, le 28 avril, le lancement de la première phase de son ensemble résidentiel entre Charny et Saint-Jean-Chrysostome, le Quartier des Pionniers.

Scies Mercier : un projet de remplacement qui ne fait pas l’affaire

Un résident et voisin du vieux bâtiment des Scies Mercier situé dans le Vieux-Lévis s’oppose fortement à la démolition de cette bâtisse patrimoniale ainsi qu’au projet d’immeuble qui accueillera six unités résidentielles modernes prévu pour remplacer ce pan de l’histoire lévisienne. À quelques jours de la date limite des dépôts de demande d’appel de la décision du comité de démolition, Charles-Oli...

COVID-19 : la clinique de dépistage de Lévis déménage au centre-ville

La clinique de dépistage de la COVID-19 de Lévis déménagera ses pénates cette semaine. Dès mercredi, elle sera désormais située dans les anciens locaux de Bingo Rive-Sud, dans la suite 180 du 50, route du Président-Kennedy (Place Lévis).

Les résidents du quartier de l’Aquifère mécontents

Face au développement immobilier, le Quartier Élévation, à Saint-Nicolas, les résidents de la rue de l’Aquifère et des voies alentours se mobilisent pour que le projet de 6 immeubles de 6 à 14 étages soit revu afin de mieux s’intégrer à ce secteur unifamilial.

COVID-19 : encore loin de la zone orange

Si de bonnes nouvelles ont été constatées au cours de la dernière semaine, la situation épidémiologique de la Chaudière-Appalaches ne s’est pas grandement améliorée, selon la directrice régionale de santé publique.

La vaccination élargie à deux nouveaux groupes prioritaires en Chaudière-Appalaches

Depuis aujourd'hui la vaccination est élargie aux travailleurs essentiels de milieux à risque important d’éclosion et à certaines personnes ayant une maladie chronique.

Personne n’est invincible face à la COVID-19

Les dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour Sébastien Duclos et sa famille. Ils se remettent tous de la COVID-19 qu’ils auraient contractée, croit-il, au début du mois d’avril, peu avant Pâques. Après avoir vécu les «12 pires jours» de sa vie, il a lancé un cri du cœur sur les médias sociaux implorant ses proches de ne pas «baisser la garde» face au virus et de respecter les normes san...

Transformer sa mort en nouvelle vie pour d’autres personnes

Si Françoise Leblond nous a quittés en mai 2019, sa générosité continue de faire une différence dans notre société. Après avoir eu recours à l’aide médicale à mourir (AMM), l’infirmière auxiliaire lévisienne a fait don de ses poumons, de ses reins et de son foie.

Fin des mesures d’urgence à Lévis et retour au palier rouge

À partir du 10 mai, les mesures spéciales d’urgence seront levées en dans la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, sauf dans trois MRC : Beauce-Sartigan, Robert-Cliche et des Etchemins. Toutes les écoles primaires de Chaudière-Appalaches pourront rouvrir dès cette date.

Le conseil municipal se penche sur l’avenir de l’ancien hôtel Victoria

Lors d’une séance extraordinaire de l’instance le 3 mai, les membres du conseil de municipal de Lévis ont entendu les appels déposés à la suite de la décision rendue par le comité de démolition dans le dossier de l’ancien hôtel Victoria. Deux groupes ont alors pu faire valoir leurs arguments, quelques mois après que le comité de démolition a refusé la demande de démolition déposée par le propriéta...