De retour d’une mission économique en Normandie, le maire de Lévis a illustré «la nécessité», selon lui, d’implanter un troisième lien à Québec entre les deux rives du Saint-Laurent par la construction du pont de Normandie dans l’estuaire de la Seine qui facilite la circulation entre les villes et les régions.

Mis en service il y a près de 25 ans en France, le pont de Normandie présente une certaine similitude avec le projet de troisième lien entre Québec et Lévis, estime Gilles Lehouillier, puisque l’ouvrage a été édifié à une quinzaine de kilomètres d’un autre pont qui obligeait les utilisateurs à contourner l’estuaire du fleuve pour passer de l’autre côté.

«L’achalandage (sur le pont de Normandie) a plus que triplé passant de 2,3 millions de véhicules annuellement (à son ouverture) en 1995 à 7,7 millions de véhicules en 2018» et «l’achalandage du pont existant, soit le pont de Tancarville, a chuté de façon importante dès les cinq premières années, passant de 6,5 millions de véhicules annuellement à 4,8 millions de véhicules».

D’après ces chiffres, le maire croit que l’exemple français montre que la construction d’un nouveau lien interrives permettra de décongestionner les deux ponts déjà existants en répartissant la circulation sur plusieurs infrastructures.

À l’époque de la mise en service du pont de Normandie, les prévisions de trafic rendues publiques prévoyaient déjà que la nouvelle structure allait capter 30 % du flux de véhicules du pont voisin situé sur une route moins directe, auxquels s'ajouterait un nouveau trafic dû à l'ajout.

Un impact national

De plus l’impact d’un tel aménagement ne serait pas que local, mais national. «Quand on regarde les augmentations assez importantes de l’achalandage, on s’aperçoit que c’est un passage extrêmement important pour tout le trafic qui n’est pas compté dans les enquêtes origine-destination. C’est là qu’on en est arrivés, nous, à la conclusion, on est certains de ça à 100 %, c’est que ce n’est pas un projet local. On ne peut pas le réduire à Québec-Lévis», affirme Gilles Lehouillier.

Ce qui ferait du futur lien Québec-Lévis «un lien autoroutier reliant les grandes autoroutes du Québec et qui vient boucler le réseau routier existant à l’échelle métropolitaine». Et d’ajouter qu’il «est erroné d’affirmer que la présence d’un nouveau lien Québec-Lévis favorisera uniquement la rive-sud et les besoins locaux».

Le maire a tenu à préciser que «réduire la justification du nouveau lien Québec-Lévis à la population locale n’est pas conforme à la réalité régionale». Il a ainsi signalé que «l’enquête origine-destination 2017 réalisée récemment ne tient pas compte de tout le trafic de transit en provenance de l’extérieur de la région Québec–Lévis, ni des activités de camionnage». 

Pourquoi le pont de Normandie a-t-il été construit ?

Construit pour sortir la ville du Havre, deuxième grand port commercial de France, de l’isolement de sa pointe côtière et favoriser son développement économique, l’ouvrage a été ouvert à la circulation en 1995. Le pont de Normandie permettait aussi de réduire les temps de déplacement et les distances séparant les grandes villes de Normandie dans un contexte marqué par la forte croissance du trafic autoroutier.

Le projet était d’ailleurs porté par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) du Havre, qui sans apport de l’État français, a financé la construction avec le soutien des collectivités régionales environnantes, un investissement remboursé ensuite par un péage. «Désenclaver et développer l’estuaire de la Seine sont les deux raisons pour lesquelles les chefs d’entreprises, élus de la CCI, ont pris la décision dans les années 90 de s’engager dans ce projet majeur d’aménagement du territoire», peut-on lire sur le site Internet consacré aux ponts par la CCI.

Les plus lus

Le maire de Lévis exige des excuses d'Alexandre Turgeon

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a demandé, le 11 septembre, que le directeur général et vice-président exécutif du Conseil régional de l'environnement (CRE) de la Capitale-Nationale, Alexandre Turgeon, présente des excuses officielles à la population lévisienne pour des propos qu'il a tenus dans un article du Journal de Québec.

Davie : Blaney déplore les «shows de boucane libéraux»

Le député sortant de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et candidat du Parti conservateur du Canada (PCC) dans ce comté lors des prochaines élections, Steven Blaney, a critiqué, le 22 août, les «annonces préélectorales» du gouvernement libéral au profit de Chantier Davie qui ne résultent pas en l’octroi de contrats immédiats. Pour ce faire, l’élu lévisien s’en est pris à la décision d’Ottawa «de perm...

Le candidat des Verts dans Lévis-Lotbinière doit se retirer

Luc St-Hilaire n’est plus le candidat du Parti vert du Canada (PVC) dans la circonscription de Lévis-Lotbinière en vue des prochaines élections fédérales. Alors que la campagne sera bientôt déclenchée, le PVC a demandé, à la mi-août, au stratège et créateur publicitaire de retirer sa candidature en raison d’une controverse dont il était l’objet sur les médias sociaux.

La candidate libérale dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis investie

Laurence Harvey, candidate du Parti libéral du Canada dans la circonscription de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, a officiellement été investie en vue des élections de l’automne prochain, le 15 août dernier, elle qui était la seule candidate en lice.

Brault et Bouchard-Théberge pour le Bloc à Lévis

Le Bloc québécois (BQ) a procédé à l’investiture de ses deux candidats dans les circonscriptions de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et de Lévis-Lotbinière pour la prochaine campagne électorale canadienne, le 31 août dernier. Sébastien Bouchard-Théberge sera le candidat pour Bellechasse-Les Etchemins-Lévis tandis que François-Noël Brault sera celui de Lévis-Lotbinière.

Conseil en bref : le recyclage coûtera plus cher à la Ville de Lévis

Le conseil municipal de la Ville de Lévis a fait sa rentrée après la pause estivale, le 26 août, lors d’une séance ordinaire présidée par la mairesse suppléante, Isabelle Demers.

Blaney est fier de son bilan

À l’aube de la prochaine campagne électorale fédérale, le député sortant et candidat du Parti conservateur du Canada (PCC) dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, a dressé, le 4 septembre, le bilan de son plus récent mandat, un premier dans les rangs de l’opposition officielle à Ottawa. Selon l’élu lévisien, son travail a permis «des gains considérables» pour son comté.

La Davie prendra d’assaut les élections fédérales

Insatisfaits de n’avoir obtenu aucun engagement clair du gouvernement fédéral concernant l’inclusion de Chantier Davie dans la Stratégie nationale de construction navale (SNCN) avant le déclenchement des élections fédérales, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, la présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CSN), Ann Gingras, et le président de l’Association des fournisseurs de...

Ottawa rend publique son intention d'acheter le pont de Québec

De passage à Québec le 23 août, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, et le ministre de l'Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, ont annoncé, en compagnie du ministre fédéral et député de Québec Jean-Yves Duclos, du député de Louis-Hébert Joël Lightbound ainsi que du maire de Québec Régis Labeaume, que le gouvernement fédéral est prêt à acquérir le pont de Québ...

3e lien : Bouchard-Théberge demande à Blaney de respecter la compétence provinciale

Par voie de communiqué, le candidat du Bloc québécois (BQ) dans Bellechasse–Les Etchemins–Lévis, Sébastien Bouchard-Théberge, a demandé, le 11 septembre, au député sortant et candidat du Parti conservateur du Canada, Steven Blaney, de s’engager, dans le cas où son parti remporterait les élections du 21 octobre prochain, à transférer à Québec l’enveloppe budgétaire en infrastructures «q...