Avec Mon plan A, Marie Bérubé rappelle l’importance de savoir qui on est, ce qu’on aime et ne pas s’oublier afin de réaliser ses rêves. �CRÉDIT : COURTOISIE

Suivre sa voie quand le chemin choisi n’a rien de conventionnel représente un défi face aux jugements ou aux modèles mis de l’avant par la société. Pour inspirer chacun à réaliser ses rêves, Marie Bérubé publiera au printemps Mon plan A, aux éditions Plume d’oie, un recueil de témoignages.

Dans le livre à paraître, Marie Bérubé a voulu donner la parole à «des personnes qui ont écouté leur voix intérieure et qui ont fait fi de toute la pression des standards et de la société pour écouter ce qui les animait».

L’ouvrage concocté par la résidente de Québec rassemble une vingtaine de témoignages de personnes, dont plusieurs Lévisiens, qui se sont choisies et ont suivi le parcours de vie vers lequel elles se sentaient appelées.

Plusieurs thèmes y sont abordés, dont la monoparentalité, l’homosexualité, les milieux de travail non-traditionnels, la chirurgie plastique, le végétalisme ainsi que l’engagement social et humanitaire.

«Je trouve qu’il y a une pression terrible de la société sur ce à quoi on devrait ressembler», constate l’autrice. Comme la famille qui n’échappe pas aux modèles préétablis. «Je ne cadrais pas du tout avec ça. Je me disais que je n’étais pas la seule», explique-t-elle.

Faire fi des commentaires

Marie Bérubé a adopté un petit garçon originaire du Vietnam. «Quand je me suis inscrite sur la liste d’attente pour l’adoption, j’étais une maman uniparentale, il n’y avait pas de papa.» Au début, elle doute et se questionne. «Est-ce que j’ai le droit, est-ce que je suis légitime à devenir parent?»

«J’avais envie d’être mère, ce n’est pas parce que j’étais célibataire, ce n’est pas parce que j’allais m’acheter de l’amour, ce n’est pas parce que je ne voulais pas attendre le prince charmant. J’avais envie d’être mère et je me suis écoutée.»

Alors, elle fait fi de tous les commentaires des gens qui lui disaient : «Ça va être dur, tu vas être toute seule, es-tu sûre?» Elle décide d’écouter ce qui la fait vibrer. «Je suis allée de l’avant et j’ai réalisé un rêve.»

Dans ce livre, l’autrice avait aussi envie de donner des exemples à son fils, à la fille de son conjoint, à ses filleuls de ce que c’est s’écouter. «Je voulais leur montrer qu’il n’y a pas juste ce que la société nous dicte qu’on devrait penser, partage Marie Bérubé. Il y a des gens qui sont vraiment sur leur X et qui suivent leur voie.»

Expliquer son choix

Les récits ont été écrits par chacun des participants qui racontent leur propre histoire. «Ce sont des personnes de mon entourage. Par exemple, une amie a choisi d’aller vers la chirurgie plastique parce qu’elle n’était pas bien avec son corps et j’avais envie de lui donner une voix. C’est un beau modèle de femme et je voulais dire que la chirurgie n’est pas forcément quelque chose de superficiel.»

«Je suis allée vers les thèmes de société que je trouvais important d’aborder. Aussi, c’était important pour moi d’avoir une personne célibataire qui dise que le célibat n’est pas une maladie, mais peut être un choix de vie. Ce n’est pas un plan B et ce n’est pas toujours fait par dépit.»

Marie Bérubé a demandé à chacun d’expliquer son choix et son accueil par ses proches. Est-ce qu’ils ont été jugés? Comment ils ont géré le regard des autres? Qu’est-ce que ça implique d’assumer son choix jusqu’au bout?

«Ce n’est pas toujours simple de dire : ‘‘Je suis mon plan A.’’ C’est pour le meilleur et pour le pire. Ça prend aussi des sacrifices, parfois il y a des embûches et il faut travailler plus fort aussi.»

Mon plan A sera édité à 500 exemplaires et pour chaque livre vendu, un dollar sera remis au Centre de pédiatrie sociale de Lévis où l’une des participantes au projet travaille.

«C’est beau de vouloir suivre son plan A. Mais il y a quand même certaines barrières qui peuvent être gênantes. Avoir un début de vie qui n’est pas facile, être un enfant dans un contexte plus vulnérable, ça peut nuire à la poursuite de ses rêves.» Marie Bérubé espère que sa contribution aidera les enfants à «avoir un début de vie plus facile et aspirer à plein de belles choses dans leur vie».

Il est possible de pré-commander Mon Plan A auprès de l’autrice à mary.perts@gmail.com.

Les plus lus

À 19 ans, elle illustre son premier album jeunesse

Jeune illustratrice de Lévis, Alice Lemelin signe les images de son premier album jeunesse écrit par Simon Boulerice. Dans ce Cherche et trouve d’un nouveau genre, publié aux éditions Victor et Anaïs, les enfants s’amuseront à trouver des objets, mais devront aussi identifier les émotions des personnages au fil des pages.

Star Académie : Jacob Roberge poursuivra l'aventure

Le chanteur et musicien lévisien Jacob Roberge aura évité l'élimination, à l'issue du variété de Star Académie présenté le 4 avril. Le jeune artiste de 23 ans a pu conserver sa place dans le concours musical de TVA grâce au support du public.

Collège de Lévis : elle donne une voix à la poésie

Élève de cinquième secondaire au Collège de Lévis, Rosalie Lavoie figure parmi les 42 demi-finalistes du concours de récitation canadien les Voix de la poésie. La jeune femme saura le 25 mars si elle fera partie des neufs candidats qui participeront à la finale organisée en avril.

Son court-métrage en compétition aux États-Unis

Cinéaste et professeur de philosophie au Cégep de Lévis, Alexandre Isabelle présentera son nouveau court-métrage en première au festival Aspen Shortsfest. Les films présentés sont ensuite éligibles aux Oscars.

Un deuxième album pour Alicia Deschênes

Le premier confinement aura été synonyme de créativité pour Alicia Deschênes. L’autrice-compositrice-interprète originaire de Saint-Agapit a profité de cette pause dans la société québécoise afin de créer son deuxième album, Les mauvaises langues. Après le lancement de quelques simples au cours des derniers mois, le nouvel opus de l’ancienne élève du Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald et du Cégep...

Star Académie : Jacob Roberge en danger

Mis en danger à l'issue des évaluations présentées lors de l'émission quotidienne de mardi de Star Académie, l'artiste lévisien Jacob Roberge devra séduire le public ou le corps professoral du concours musical de TVA afin de poursuivre son aventure.

Les salles lévisiennes se préparent à accueillir le public

Le Vieux Bureau de Poste (VBP) reprendra les spectacles en salle dès le 27 mars, tandis que L’Anglicane ouvrira de nouveau ses portes aux spectateurs le 10 avril. La salle annoncera bientôt sa programmation.

Jacob Roberge en demi-finale de Star Académie

Le chanteur et musicien lévisien Jacob Roberge prendra part à la première demi-finale de Star Académie, présenté lors du variété de ce dimanche.

Expérience enrichissante pour Matt Moln

Après cinq semaines à l’école musicale la plus prestigieuse du Québec, Mathieu Michaud, alias Matt Moln, a vu son parcours à Star Académie se terminer le 14 mars dernier. Malgré son relatif court passage, l’auteur-compositeur-interprète lévisien ne retire que du positif de son passage dans le concours musical de TVA.

Talents Bleus : la Chaudière-Appalaches s’apprête à participer à la finale

Le duo Waz’O qui représente la Chaudière-Appalaches au concours Talents Bleus diffusé à La semaine des 4 Julie sur les ondes de Noovo prendra part à l’étape finale, le 7 avril prochain. Les circassiens et trapézistes Marie-Christine Fournier, originaire de Lévis, et Louis-David Simoneau tenteront de conquérir une ultime fois le public et mettre la main sur les grands honneurs.