Buzz, Brillantine et Rambo sont employés aux camps de jour de la Ville de Lévis depuis 12 ans. CRÉDIT : ÉMILIE PELLETIER

À l’heure où les vacances tirent à leur fin, celles des animateurs de camp de jour sont sur le point de débuter. C’est avec passion qu’ils remplissent chaque été, depuis plus de 10 ans maintenant, leur mandat estival. Pleins feux sur ces jeunes colorés qui dévouent leur folie à rendre l’été des enfants inoubliable, et ce, année après année.

Au travers des rires et des pleurs, des défis et des victoires, ils sont fidèles au poste et tels des super héros, ils bûchent avec une seule mission en tête : celle de faire sourire les enfants. Voilà pourquoi ils renouvèlent leur emploi chaque année, depuis 12 ans.

Si certains qualifient leur travail de sacrifice, il en est tout autrement pour ces jeunes employés des camps de jour. Ni Buzz ni Brillantine ni Rambo n’ont l’impression de renoncer à quoi que ce soit pour divertir les enfants de 5 à 12 ans qui leur sont confiés pendant huit semaines. 

«On est tous à une étape de nos vies où on pourrait se trouver autre chose, mais ça a toujours été la meilleure façon de passer mes étés et j’ai la chance de le passer dehors avec des enfants en lâchant mon fou», avance Rambo, qui vient de terminer des études en droit.

Attendre le retour de l’été

C’est donc sans se questionner que, tout naturellement, les jeunes adultes se retrouvent dans l’un ou l’autre des 12 sites de camps de jour, ces «microsociétés» sur l’ensemble du territoire de la Ville de Lévis. En plus de se rassembler en gang, ils estiment que leur travail au camp leur offre surtout la chance de se découvrir eux-mêmes.

«Quand on entre dans un milieu aussi créatif et extraverti, on devient non seulement la personne qu’on désire être, mais aussi la personne qui montre la voie aux autres en étant un modèle, comme ceux qui nous ont précédés», montre Buzz, dont le choix de carrière en psychoéducation a été directement influencé par son expérience au camp.

Bien que la vie leur ait fait prendre des chemins différents au fil du temps, c’est lorsqu’arrive le début des camps que sonne le moment des retrouvailles. «On revient chaque année pour les enfants, mais aussi pour les animateurs, affirme Brillantine en regardant avec complicité ses collègues de longue date. Ce sont des gens avec qui rien au monde ne nous aurait raccrochés, mais qui sont devenus des amis pour la vie.»

Donner au suivant 

Même s’ils ont tous les trois fait du camp leur premier emploi en 2008, ils ne cachent pas que le recrutement auprès de la nouvelle génération d’animateurs n’est pas un jeu d’enfant depuis quelques années. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, certains employeurs sont prêts à faire des pieds et des mains en augmentant le salaire des candidats potentiels. Or, ils sont unanimes pour dire que rien n’est en mesure d’égaler l’expérience personnelle et la gratitude qu’ils retirent de leur travail.

«Lorsqu’on travaille dans un camp, la plus belle chose qui peut nous arriver, c’est de voir les enfants avec des étoiles dans les yeux. On a beau mettre des chiffres pour un salaire, quand tu vois des enfants qui ont aimé leur été grâce à toi, c’est un salaire en soi», ajoute fièrement Rambo. 

«Ça m’arrive de croiser des jeunes de mes anciens groupes qui sont devenus animateurs. Je prends une méchante débarque en terme d’âge, mais je trouve ça tout aussi valorisant parce que ça veut dire que je leur ai donné la piqûre», se réjouit celle qui est graduée en théâtre et qui aspire à œuvrer comme travailleuse sociale.

Signe que leur passage fut tout autant remarqué par l’organisation que par les enfants, les trois animateurs ont vu leurs chandails être retirés, un peu comme on le ferait pour des joueurs ayant marqué l’histoire d’une équipe sportive à jamais. Ils sont désormais des légendes de l’animation.  

Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : la situation en chiffres

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) et le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec ont dévoilé, cet après-midi, les plus récentes données sur l'évolution de la pandémie de la COVID-19 dans la région et dans la province.