CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Un comité de suivi quotidien de la collecte des déchets s’est réuni pour la première fois ce lundi 9 septembre. Des réunions sont prévues tous les jours cette semaine, à 15 heures. La situation revient progressivement à la normale, selon la Ville.

«Quotidiennement, on va s’enquérir de la situation et on va s’assurer d’intervenir rapidement le cas échéant», a annoncé le maire, Gilles Lehouiller en marge du conseil municipal ce soir.

Nouvellement créé, un comité de suivi de la collecte des déchets s’assure du respect du contrat par le fournisseur. Après la première réunion tenue ce lundi 9 septembre, ses membres ont indiqué que «la situation se régularise sur le territoire».  

«En date d’aujourd’hui, c’est le retour à la normale. Ce qui veut donc dire que le ramassage des déchets s’est fait tel que prévu», a assuré le maire.

D’ailleurs, Sani-Terre Environnement s’y est engagé dans un plan d’action déposé le 27 août à la demande de la Ville. Un nouveau coordonnateur et un nouveau DG ont aussi rejoint l’entreprise, qui a même modifié son système de gestion.

Un plan qui «fonctionne», selon Gilles Lehouiller. «On nous avait dit qu’après la fin de semaine de la Fête du travail tout reviendrait dans l’ordre, c’est ce qui est en train de se produire.»

Une alternative préférable à la rupture du contrat

Pour éviter une rupture de service, «l’alternative qu’on a prise est la bonne, estime le maire. Si on avait rompu le contrat, on courrait le risque que la situation soit pire.» Moins d’entreprises sont en effet en mesure de répondre à la demande et elles connaissent des difficultés de recrutement. 

«Le seul concurrent en lice n’est pas en mesure de prendre la relève, constate-t-il. On n’est plus dans une époque où il y avait quatre ou cinq entreprises qui soumissionnaient.»

Le maire a assuré que «les seuls inconvénients que ça a pu causer, ce sont des retards». Il croit que la collecte a bien été effectuée, mais que «ça pouvait prendre un délai de 24 à 48 heures». Gilles Lehouillier a évoqué «quelques cas exceptionnels de rues oubliées», une situation qui peut arriver, «indépendamment qu’un contrat aille bien ou pas».

«Vous allez entendre parler de nous si le fournisseur ne respecte pas son plan de redressement, a prévenu le maire. Si ce n’est pas revenu à la normale, vendredi on va informer la population.»

Quant aux amendes déjà infligées par la Ville à Sani-Terre Environnement, l’entreprise devra les payer, a affirmé la Ville, qui est prête à recommencer si le fournisseur n’assure pas le service de collecte.

Vers une gestion en régie?

À moyen terme, le comité de suivi de la collecte des déchets travaillera à l’élaboration de propositions pour le conseil municipal sur les solutions alternatives. Tous les scénarios seront mis sur la table, prévoit le maire. Actuellement, la collecte des déchets dépend à 100 % de fournisseurs de service privés.

La Ville réfléchit «sérieusement» à reprendre la collecte des déchets en régie. Mais sa décision dépendra des coûts et du niveau d’autonomie nécessaire pour assurer un service minimum en cas de crise. Face à cette même problématique, la Ville de Québec vise 15 à 20 % d’autonomie.

Le contrat avec Sani-Terre Environnement coûte à la Ville 28 $ par porte pour l’année. Le prix de la Collecte des déchets sur l’ensemble du territoire d’élève à 1,5 M$ par année. Pour ce qui est de l’ensemble des services assurant la gestion des déchets, Lévis paie 139 $ par porte par année.

La collecte régulière est de retour toutes les deux semaines à compter de cette semaine. Le ramassage a commencé cette semaine du 9 septembre dans le secteur est. Dans le secteur ouest, la collecte débute la semaine du 16 septembre.

Si la collecte n’est pas effectuée selon le calendrier habituel dans leur secteur, les citoyens peuvent contacter le Centre de service à la clientèle au 418 839-2002.

Les retards n’ont pas touché la collecte des matières recyclables ni celle des matières compostables.


Les plus lus

Les commerçants du Vieux-Lévis se mobilisent pour Noël

À la suite de l’annonce de l’annulation du Marché de Noël du Vieux-Lévis via la page Facebook de l’événement, le 8 novembre dernier, un mouvement initié par les commerçants se trame dans le vieux quartier de la ville.

Cocité Lévis : un plan de 315 M$ sur la table

Comme rapporté par le Journal en juin dernier, l’entreprise Humaco Stratégies a procédé au dévoilement de ses plans pour Cocité Lévis, son projet immobilier et commercial à la tête des ponts en bordure du fleuve Saint-Laurent et de la route Marie-Victorin à Saint-Nicolas, le 7 novembre.

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

La Ville de Lévis présente ses investissements majeurs à venir

Projet phare du nouveau programme triennal d’immobilisations, une centrale incluant le poste de police, la cour municipale et les services juridiques sera construite pour un coût total de 53 M$. Dans ce PTI 2020-2021-2022, la Ville de Lévis consacre aussi près d’un tiers des 401,2 M$ d’investissements inscrits aux infrastructures municipales, dont 71,3 M$ pour le réseau d’aqueduc et d’égouts ainsi...

La CDVL ne sera pas en mesure d’organiser le Marché de Noël

On pouvait lire sur la page Facebook du Marché de Noël du Vieux-Lévis, le 8 novembre dernier, que l’activité organisée par la Corporation de développement du Vieux-Lévis (CDVL) en collaboration avec le Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) n’aurait pas lieu cette année.

Le service d’entraide de Saint-Nicolas se relocalise

Après plusieurs mois de recherche, le Service d’entraide Bernières-Saint-Nicolas a finalement réussi à trouver deux locaux pour relocaliser ses activités.

Transit agrandira ses installations de Lauzon

L’entrepôt lévisien de Transit grouillera d’activités au cours de la prochaine année. En effet, le distributeur en gros de pièces automobiles de Lévis triplera la superficie de son centre situé dans le parc industriel de Lauzon, un projet sur trois ans estimé entre 15 et 18 M$.

Richard Turgeon tire sa révérence

En décembre, Richard Turgeon, conseiller aux projets spéciaux et thanatologue au Groupe Garneau ainsi qu’ancien propriétaire de Gilbert & Turgeon, prendra sa retraite. Ce sera la conclusion d’une carrière de 46 ans où le Lévisien a supporté de nombreuses familles du quartier Lévis dans leur processus de deuil. Portrait d’un homme de cœur qui aura marqué de son empreinte la ville, autant au niveau ...

Bagage de vie pour les jeunes dans le besoin

La Fondation jeunesse du CISSS de Chaudière-Appalaches procédera à la collecte de dons sous forme de sacs et de bagages aidant ainsi les jeunes dans le besoin à transporter leurs effets personnels convenablement, le 21 novembre prochain. La Fondation jeunesse du CISSS de Chaudière-Appalaches s’est fixée l’objectif d’amasser 300 sacs neufs ou usagés en excellente condition.

Ferme Chapais : comment lui donner une nouvelle vie?

Que deviendra la ferme Chapais? L’immense site de 40 hectares situé en plein cœur de Lévis attise bien des convoitises. Alors que la Ville a déjà exprimé sa volonté d’en devenir propriétaire, c’était au tour des citoyens de faire part de leurs idées.