Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

«Ce site industriel possède un bâtiment plus que centenaire ayant conservé une grande authenticité. Il présente une grande valeur patrimoniale, comme témoin de l’implantation de la petite industrie dans ce secteur de Lévis. Le bâtiment Les Scies Mercier figure à l’Inventaire des sites et des bâtiments incontournables du patrimoine industriel du Québec réalisé à compter de 2011 par l’Association québécoise du patrimoine industriel, en partenariat avec le ministère de la Culture. [...] Pour toutes les valeurs que représente ce site et l’importance qu’il a dans le paysage local, il nous apparait inconcevable qu’il soit détruit. Nous vous demandons donc de refuser cette demande d’autorisation de démolition», peut-on lire dans la missive de Clément Locat, président du comité du patrimoine de la FHQ.

Dans un avis public donné le 20 janvier, le secrétaire du comité de démolition de la Ville, David Gagné, a fait savoir que le propriétaire du 220, rue Napoléon-Mercier, 9122-2778 Québec Inc., a déposé une demande de démolition pour le bâtiment qui se trouve à cette adresse.

Érigé en 1880 comme entrepôt, le bâtiment a été considérablement modifié et agrandi à partir de 1911, année où Les Scies Mercier ont amorcé leurs activités dans le Vieux-Lévis. L'entreprise a déménagé ses activités dans le secteur Lauzon en 2010. Le Répertoire du patrimoine culturel du Québec estime notamment que «l'ensemble du bâtiment possède une intégrité exceptionnelle ce qui en fait l'un des plus importants témoins du patrimoine industriel de Lévis».

Rappelons toutefois qu'une partie de l'édifice a déjà été démolie il y a près de trois ans. En février 2017, une partie de la toiture du bâtiment s'était effondrée en raison des fortes accumulations de neige.

Protéger un «parent pauvre» du patrimoine

Au lieu d'étudier la demande de démolition, la Ville devrait plutôt trouver des solutions pour préserver le bâtiment selon la FHQ, un regroupement de 289 sociétés québécoises œuvrant dans les domaines de l’histoire, du patrimoine, de la généalogie, de la muséologie, de l’ethnologie et dans d'autres champs connexes à l’histoire..

«Ce bâtiment d’un tel intérêt devrait faire l’objet d’une citation au Patrimoine culturel du Québec par la ville dans les meilleurs délais afin de mettre fin définitivement à toute demande de démolition. Parallèlement, on devrait chercher rapidement à recycler le bâtiment et ses annexes par un usage correspondant aux caractéristiques et à la localisation du bâtiment pour éviter qu’il demeure inoccupé. Tous les équipements, machines et outillages qui s’y trouvent et témoignent de l’évolution des pratiques de l’industrie des scies devraient aussi faire l’objet de protection au moyen de la citation. De même, le savoir-faire qui s’est développé au cours du siècle dernier en ces lieux mérite d’être documenté. Le patrimoine industriel, qui demeure malheureusement le parent pauvre en terme de mise en valeur mérite ici la plus grande attention», argue M. Locat.

Le ministère de la Culture «suit la situation»

Joint par le Journal, le ministère de la Culture et des Communications du Québec a fait savoir que la demande de démolition du bâtiment était un dossier qu'il suivait.

«Le ministère connaît ce bâtiment, échange avec la Ville de Lévis et suit la situation de près. Le bâtiment ne possède aucun statut en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. La Ville de Lévis a reçu la demande du propriétaire, mais n’a pas encore statué sur la démolition de l’édifice», a déclaré Émilie Mercier, l'une des porte-paroles du ministère.

Du même souffle, Mme Mercier a rappelé qu'une subvention pourrait être accordée afin de sauvegarder le bâtiment.

«L’édifice des Scies Mercier pourrait être admissible au volet 1 du Programme de soutien au milieu municipal en patrimoine immobilier pour des travaux de restauration dans la mesure où la Ville de Lévis concluait une entente avec le ministère. L’aide financière accordée au propriétaire pourrait atteindre de 50 % à 70 % des dépenses admissibles», a-t-elle expliqué.

Les plus lus

Des bars tiki flottants faits à Lévis

Le Lévisien Dany Rodrigue a lancé à la mi-mars son entreprise Tiki Québec. Celui qui exerçait le métier de consultant en génie civil a profité d’une pause de travail occasionnée par la pandémie pour se mettre à l’ouvrage et développer une idée d’entreprise qu’il avait derrière la tête depuis l’année dernière.

Travaux sur le pont Laporte : des mesures d’atténuation bientôt en place

En raison des entraves majeures qui seront en place à certains moments cet été sur le pont Pierre-Laporte, le ministère des Transports du Québec (MTQ) a dévoilé, le 13 mai, les mesures d’atténuation en transport collectif qui seront en place pour faciliter les déplacements des citoyens.

Deuxième dose : les Québécois pourront devancer leur rendez-vous à partir du mois prochain

Lors d'une mêlée de presse à l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a fait une mise à jour jeudi sur la campagne de vaccination. À cette occasion, il a notamment annoncé que les Québécois pourront devancer leur rendez-vous afin d'obtenir une deuxième dose d'un vaccin contre la COVID-19 à partir de juin.

Logement : aussi des problèmes à Lévis

Si la situation lévisienne n’est pas aussi problématique que dans d’autres villes québécoises, la crise du logement frappe également Lévis, selon l’Association coopérative d’économie familiale (ACEF) Rive-Sud de Québec.

Les déchets ne seront ramassés qu'aux deux semaines cet été

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a confirmé, le 15 juin, que la collecte des déchets ne sera pas effectuée hebdomadairement cet été comme lors des dernières périodes estivales.

Dépistage massif à l'école primaire de Saint-Lambert-de-Lauzon

La Santé publique régionale mènera demain un dépistage massif auprès des élèves de 2e, 3e et 4e année de l'École du Bac, un établissement scolaire de Saint-Lambert-de-Lauzon.

Des rassemblements qui inquiètent à Saint-Rédempteur

Depuis le début de la pandémie, le parc Renaud-Maillette de Saint-Rédempteur est devenu un lieu très apprécié par les adolescents et les jeunes adultes de la région pour se rassembler. Toutefois, l’ampleur de ces fêtes improvisées commence à inquiéter certains utilisateurs de ces installations de la Ville de Lévis, dont l’Association de soccer Chaudière-Ouest (ASCO).

Lévis passera en zone orange le 31 mai

SANTÉ. L’amélioration de la situation sanitaire au Québec fait en sorte que le gouvernement pourra aller de l’avant avec les premières phases du déconfinement qui s’amorceront vendredi et lundi. C’est ce qu’a indiqué le premier ministre du Québec, François Legault, lors de son point de presse hebdomadaire sur l’état de situation de la pandémie de COVID-19 au Québec.

Lévis demande une nouvelle fois aux résidents de l'ouest d'utiliser judicieusement l'eau

Comme la semaine dernière, la Ville de Lévis a lancé un appel aux résidents des quartiers Breakeyville, Charny, Saint-Étienne-de-Lauzon, Saint-Nicolas et Saint-Rédempteur, le 10 juin, afin qu'ils fassent un usage judicieux de l’eau potable pour toute la période estivale. Sinon, la municipalité n'aura pas d'autre choix que de mettre en place des interdictions d'utilisation.

COVID-19 : Chaudière-Appalaches passera en zone jaune lundi

En raison de l'amélioration de la situation épidémiologique de la région, la Chaudière-Appalaches passera au palier jaune (niveau préalerte) à compter de lundi.