Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

«Ce site industriel possède un bâtiment plus que centenaire ayant conservé une grande authenticité. Il présente une grande valeur patrimoniale, comme témoin de l’implantation de la petite industrie dans ce secteur de Lévis. Le bâtiment Les Scies Mercier figure à l’Inventaire des sites et des bâtiments incontournables du patrimoine industriel du Québec réalisé à compter de 2011 par l’Association québécoise du patrimoine industriel, en partenariat avec le ministère de la Culture. [...] Pour toutes les valeurs que représente ce site et l’importance qu’il a dans le paysage local, il nous apparait inconcevable qu’il soit détruit. Nous vous demandons donc de refuser cette demande d’autorisation de démolition», peut-on lire dans la missive de Clément Locat, président du comité du patrimoine de la FHQ.

Dans un avis public donné le 20 janvier, le secrétaire du comité de démolition de la Ville, David Gagné, a fait savoir que le propriétaire du 220, rue Napoléon-Mercier, 9122-2778 Québec Inc., a déposé une demande de démolition pour le bâtiment qui se trouve à cette adresse.

Érigé en 1880 comme entrepôt, le bâtiment a été considérablement modifié et agrandi à partir de 1911, année où Les Scies Mercier ont amorcé leurs activités dans le Vieux-Lévis. L'entreprise a déménagé ses activités dans le secteur Lauzon en 2010. Le Répertoire du patrimoine culturel du Québec estime notamment que «l'ensemble du bâtiment possède une intégrité exceptionnelle ce qui en fait l'un des plus importants témoins du patrimoine industriel de Lévis».

Rappelons toutefois qu'une partie de l'édifice a déjà été démolie il y a près de trois ans. En février 2017, une partie de la toiture du bâtiment s'était effondrée en raison des fortes accumulations de neige.

Protéger un «parent pauvre» du patrimoine

Au lieu d'étudier la demande de démolition, la Ville devrait plutôt trouver des solutions pour préserver le bâtiment selon la FHQ, un regroupement de 289 sociétés québécoises œuvrant dans les domaines de l’histoire, du patrimoine, de la généalogie, de la muséologie, de l’ethnologie et dans d'autres champs connexes à l’histoire..

«Ce bâtiment d’un tel intérêt devrait faire l’objet d’une citation au Patrimoine culturel du Québec par la ville dans les meilleurs délais afin de mettre fin définitivement à toute demande de démolition. Parallèlement, on devrait chercher rapidement à recycler le bâtiment et ses annexes par un usage correspondant aux caractéristiques et à la localisation du bâtiment pour éviter qu’il demeure inoccupé. Tous les équipements, machines et outillages qui s’y trouvent et témoignent de l’évolution des pratiques de l’industrie des scies devraient aussi faire l’objet de protection au moyen de la citation. De même, le savoir-faire qui s’est développé au cours du siècle dernier en ces lieux mérite d’être documenté. Le patrimoine industriel, qui demeure malheureusement le parent pauvre en terme de mise en valeur mérite ici la plus grande attention», argue M. Locat.

Le ministère de la Culture «suit la situation»

Joint par le Journal, le ministère de la Culture et des Communications du Québec a fait savoir que la demande de démolition du bâtiment était un dossier qu'il suivait.

«Le ministère connaît ce bâtiment, échange avec la Ville de Lévis et suit la situation de près. Le bâtiment ne possède aucun statut en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. La Ville de Lévis a reçu la demande du propriétaire, mais n’a pas encore statué sur la démolition de l’édifice», a déclaré Émilie Mercier, l'une des porte-paroles du ministère.

Du même souffle, Mme Mercier a rappelé qu'une subvention pourrait être accordée afin de sauvegarder le bâtiment.

«L’édifice des Scies Mercier pourrait être admissible au volet 1 du Programme de soutien au milieu municipal en patrimoine immobilier pour des travaux de restauration dans la mesure où la Ville de Lévis concluait une entente avec le ministère. L’aide financière accordée au propriétaire pourrait atteindre de 50 % à 70 % des dépenses admissibles», a-t-elle expliqué.

Les plus lus

COVID-19 : l'École de l'Auberivière est fermée jusqu'à nouvel ordre en raison d'une éclosion

Le Centre de services scolaire des Navigateurs (CSSDN) et la direction régionale de santé publique ont annoncé aux parents des élèves de l'École de l'Auberivière, située à Saint-David, que l'établissement est fermé jusqu'à nouvel ordre en raison d'une éclosion de cas de COVID-19 parmi les personnes fréquentant l'institution.

LA SQDC ouvrira une deuxième succursale à Lévis

​La SQDC a signé un bail afin d’ouvrir, d’ici le printemps, une succursale qui sera située au 1855, route des Rivière, à Saint-Nicolas.

Repensons Lévis devient un parti politique municipal

Formé à la fin du printemps dernier, le collectif citoyen Repensons Lévis a officiellement été autorisé à titre de parti politique municipal par le Directeur général des élections du Québec, le 13 novembre.

COVID-19 : le nombre de nouveaux cas explose en Chaudière-Appalaches

Selon les plus récentes données publiées par le gouvernement provincial sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 dans la province, la Chaudière-Appalaches a enregistré hier une hausse marquée des nouveaux cas. En effet, 125 résidents de la région ont appris vendredi qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

Réaménagement du boulevard Guillaume-Couture : l’administration Lehouillier présente son concept final

C’est lors d’une séance d’information virtuelle, tenue le 5 novembre, que la Ville de Lévis a présenté à une centaine de citoyens le concept final pour le réaménagement de portions du boulevard Guillaume-Couture. Le tout s’inscrit dans le projet de réseau de transport en commun structurant que la municipalité désire implanter sur cette artère.

Une expérience inoubliable pour deux ambulanciers

Lors de la dernière semaine d’octobre, deux ambulanciers de Dessercom, Sylvain Cadieux et Camille Pelletier, ont vécu une intervention bien particulière. En effet, les deux paramédics sont venus à la rescousse d’une femme qui était sur le point d’accoucher. Le nouveau-né a finalement pointé le bout de son nez alors que le trio arrivait à l’Hôtel-Dieu de Lévis.

Québec envisage de permettre les rencontres individuelles

Le gouvernement va regarder la possibilité de permettre les rencontres individuelles entre personne, a annoncé le premier ministre québécois, ce 5 novembre en conférence de presse.

Les poules urbaines bientôt permises à Lévis?

Des citoyens de Lévis demandent à l’administration municipale d’autoriser et de réglementer les poules urbaines à Lévis. La Ville travaille justement sur cette question et regarde la possibilité de mener des projets pilotes sur le territoire.

COVID-19 : 85 nouveaux cas et un autre décès en Chaudière-Appalaches

La COVID-19 continue de frapper en Chaudière-Appalaches. Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 85 résidents supplémentaires de la Chaudière-Appalaches ont appris hier qu'ils avaient contracté la COVID-19. De plus, l'organisation a confirmé qu'une autre personne vivant dans la région a dernièrement perdu la vie des suites d'...

COVID-19 : Québec étudie la possibilité de fermer les écoles

François Legault, premier ministre du Québec, accompagné de Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux, et de Horacio Arruda, directeur national de santé publique, a annoncé lors d’une conférence de presse concernant la situation de la COVID-19 dans la province, qu’il a demandé à la Santé publique d’étudier la possibilité de fermer les écoles pour une période de temps «bien défin...