Sur la 1re photo : Voici un aperçu d’à quoi ressemblera le sous-sol de l’église Christ-Roi après le réaménagement désiré par Le Grenier. Sur la 2e photo : Dirigeants de la paroisse et du Grenier ont dévoilé les plans de réaménagement du projet.

Alors que la campagne de financement qui permettra sa concrétisation se poursuit, les artisans du projet de déménagement du Comptoir alimentaire Le Grenier continuent leurs efforts pour que les travaux puissent s’amorcer dès que l’objectif sera atteint. Afin de faire davantage connaître les bénéfices que le projet rapportera et donner un aperçu concret de celui-ci, des membres du conseil d’administration de l’organisme lévisien ainsi que des dirigeants de la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis ont rencontré le Journal, le 29 janvier dernier.

Rappelons d’emblée que le Comptoir alimentaire Le Grenier a lancé, le 29 novembre, une campagne de financement majeure pour permettre la réalisation du projet. Tenue sous la présidence d’honneur de Gilles Lehouillier, maire de Lévis, et de René Bégin, président de la Caisse Desjardins de Lévis, l’opération vise à récolter 1,4 M$.

Grâce à ces sous, Le Grenier pourra déménager ses pénates de ses locaux actuels du 235, rue Saint-Joseph, à Lauzon, pour le sous-sol de l’église Christ-Roi, dans le secteur Lévis. La majorité des dollars récoltés dans le cadre de la campagne de financement permettront au Grenier de mettre aux normes l’espace que lui louera la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis. 

Et la concrétisation du projet est désormais plus que nécessaire pour l’organisme lévisien. Passant de locaux de 5 500 pieds carrés à une salle de 9 000 pieds carrés, Le Grenier pourra disposer d’un nouveau point de service qui permettra de répondre à l’augmentation du nombre de ses utilisateurs tout en offrant un espace de travail plus fonctionnel pour ses employés et bénévoles.

Si le projet de réaménagement du sous-sol de l’église Christ-Roi pour accueillir le comptoir alimentaire est présentement dans la phase finale des plans et devis, l’organisme a déjà une bonne idée d’à quoi ressembleront ses futurs locaux.

Du côté nord de l’église, un débarcadère sera aménagé. À l’intérieur, la zone où se trouve présentement une petite scène accueillera une zone de tri des dons et les entrepôts de l’organisme. Le côté de la salle qui se trouve plus près de la rue du Christ-Roi accueillera pour sa part l’épicerie du Grenier.

Une cuisine commerciale occupera quant à elle le côté du sous-sol se trouvant près de l’ancien presbytère. Enfin, le reste du sous-sol servira à l’aménagement d’une salle communautaire d’une centaine de places, où les repas servis par Le Grenier aux gens dans le besoin pourront notamment être mangés.

«Ce qu’on veut faire avec le réaménagement de l’espace du sous-sol de l’église Christ-Roi, c’est d’avoir un cheminement logique. Présentement, lorsqu’on arrive de chez nos donateurs, on doit stationner notre camion en pleine rue Saint-Joseph et on transport nos dons jusqu’à la salle à manger où le tri se fait», a souligné Yves Després, membre du conseil d’administration de l’organisme et du comité de relocalisation.

La meilleure solution

Du même souffle, les membres du comité de relocalisation et les dirigeants de la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis ont profité de l’occasion pour rassurer certaines personnes qui ont partagé des craintes en lien avec le déménagement.

En premier lieu, les membres du comité de relocation du Grenier ont tenu à réitérer que l’arrivée du comptoir alimentaire dans le sous-sol de l’église Christ-Roi permettra d’occuper un lieu central et facilement accessible en transport en commun pour les utilisateurs provenant en très forte majorité de l’arrondissement Desjardins.

«Nous avons choisi le projet le plus gagnant pour tous. 28,35 % de notre clientèle provient de Christ-Roi alors que 24 % des utilisateurs proviennent de Lauzon. Si on fait le cumul des zones, on ne défavorise pas notre clientèle, bien au contraire. On sera toujours près ou loin de notre clientèle. Notre grand défi, ce sera le transport. Nous avons présentement un projet expérimental avec les taxis et la Société Saint-Vincent de Paul qui permet à nos utilisateurs de repartir avec leurs sacs d’épicerie du Grenier en taxi à un prix modique. On veut étendre cette mesure pour que tout le monde puisse avoir accès physiquement au Grenier», ont expliqué Yves Després et André Poisson, vice-président du Grenier.

En deuxième lieu, les intervenants derrière le projet ont tenu à rassurer les organismes communautaires qui utilisent présentement le sous-sol de l’église Christ-Roi pour leurs activités. 

«Cette salle était traditionnellement louée à des organismes et nous voulons garder la porte ouverte de notre salle communautaire d’une centaine de places pour ces dernières», a partagé M. Després.

Une campagne qui va bon train

Quant à la campagne de financement qui permettra de concrétiser le projet, elle se déroule bien jusqu’à maintenant. Déjà 1 M$ ont été récoltés et les différents partenaires de l’opération poursuivent leurs efforts pour récolter les 400 000 $ manquants.

«Actuellement, notre déception, c’est que nous n’avons reçu aucune contribution des gouvernements provincial et fédéral. Nous avons sollicité leur aide comme la lutte contre la pauvreté est une responsabilité publique, gouvernementale. Nous ne lançons pas la serviette. Il y a une grande réflexion et les gens cherchent actuellement à nous aider. Nous sommes sûrs d’y arriver», a affirmé M. Poisson, en ajoutant que l’organisme songe à solliciter le grand public pour récolter des dons.

Si le conseil d’administration donne son feu vert, l’appel d’offres pour trouver l’entrepreneur responsable du réaménagement du sous-sol sera lancé au début de l’été. Cela permettrait de réaliser les travaux à l’automne, en vue d’une occupation de l’espace réaménagé par Le Grenier au début de 2021.

Les plus lus

Lettre d'opinion - L’hébergement communautaire jeunesse testé positif

Messieurs Legault, Dubé et Carmant, nous sommes fatiguées! Fatiguées de nous battre pour une reconnaissance qui ne vient pas. De quêter pour réussir à accomplir notre mission. De toutes ces redditions de comptes. De voir partir notre personnel pour le Réseau faute de salaires décents. De voir les piliers de nos organisations tomber en burnout. De se justifier devant vous et devoir recommencer à ch...

Les poules urbaines bientôt permises à Lévis?

Des citoyens de Lévis demandent à l’administration municipale d’autoriser et de réglementer les poules urbaines à Lévis. La Ville travaille justement sur cette question et regarde la possibilité de mener des projets pilotes sur le territoire.

Reprise des messes dans le Grand Lévis

Comme «il est impossible de savoir quand le gouvernement provincial assouplira les mesures sanitaires présentement en vigueur», les autorités pastorales de l’unité Desjardins–Chutes-Chaudière ont pris la décision de rouvrir certaines églises de l’unité et d’y reprendre la pratique régulière des messes de fin de semaine à compter des 14 et 15 novembre prochains.

La Ville de Lévis veut recueillir 120 000 $ pour Centraide

L’administration Lehouillier a donné le coup d’envoi à la campagne de financement 2020 de la Ville de Lévis au profit de Centraide, le 29 octobre dernier. Sous la présidence d’honneur de Gaétan Drouin, directeur général adjoint – Services de proximité de la municipalité, et d’Annie Gaudreault, directrice des affaires juridiques et du secrétariat corporatif de l’organisation, l’initiative vise à re...

La Ville récompense de bons jardiniers

En août dernier, le comité consultatif d’embellissement du territoire de la Ville de Lévis a procédé à la première version virtuelle du concours Ma ville fleurie en raison de la situation pandémique. Avec cette nouvelle formule, ce sont 133 propriétaires de résidences, de commerces, d’entreprises ou d’institutions de Lévis qui ont soumis leur candidature entre le 15 juillet et le 15 août. C’est fi...

Des festivités d’Halloween différentes à la MFRS

La Maison de la Famille Rive-Sud (MFRS) proposera, le 31 octobre, une activité virtuelle afin de permettre aux enfants de la région de célébrer l’Halloween avant d’effectuer le célèbre porte-à-porte afin de récolter des bonbons.

La campagne Des pâtés pour s’aider de retour

La pandémie a fragilisé plusieurs familles de notre région qui ont plus de difficulté à combler des besoins fondamentaux, comme socialiser, cuisiner et optimiser leur budget nourriture. La campagne Des pâtés pour s’aider vient en aide à toutes ces familles et permet de garnir les paniers de Noël de familles défavorisées.

Atelier virtuel pour écrire sa vie

Dès novembre, le Service d’entraide de Pintendre offrira aux résidents de ce quartier lévisien la possibilité de suivre via Zoom une série d’ateliers pour apprivoiser le récit de vie.

Lettre ouverte - Drame de Québec : Pour en finir avec certains mythes liés à la santé mentale

C’est une grande tristesse que nous avons ressenti à la suite du drame survenu dans la soirée du 31 octobre dernier à Québec. Il va de soi que nos meilleures pensées vont aux personnes qui ont été victimes de ces actes et à leurs proches.

Une guignolée importante pour Saint-Jean-Chrysostome

En raison de la pandémie, le Service d’entraide de Saint-Jean-Chrysostome a dû s’adapter à la situation afin de pouvoir récolter des dons et des denrées pour la période des Fêtes où les banques alimentaires sont habituellement très sollicitées. Une récolte de denrées est prévue le 28 novembre au parc Champigny, une campagne de dons en argent est également lancée afin de bien garnir les paniers qu’...