Sur la première photo : Maggie Tremblay et Mathieu Fontaine sont les propriétaires de la ferme Les Jardins du futur simple. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Depuis quelques années déjà, les paniers d’aliments locaux, que ce soit fruits, légumes, viandes ou produits laitiers, sont en vogue et permettent aux agriculteurs de s’assurer d’un revenu stable. La plupart d’entre eux garantissent fraîcheur et aliments certifiés biologiques. Derrière ce modèle se cache une façon différente de vivre et de voir les choses.

«Depuis que je suis tout petit, je veux être un agriculteur, même si je ne viens pas du tout de ce milieu-là», lance d’emblée Mathieu Fontaine, copropriétaire avec sa conjointe, Maggie Tremblay, de la ferme Les Jardins du futur simple située à Saint-Vallier, ayant un point de livraison à Saint-Nicolas ainsi qu’à Lévis, dans l’arrondissement Desjardins.

Ces deux agriculteurs originaires de Pintendre ont décidé de changer leur vie lorsqu’ils ont commencé à bâtir une famille. «Depuis des années, on s’intéressait au mode de vie agricole. À un moment donné, on s’est dit que c’était maintenant ou jamais. On a fait le grand saut», partage Maggie Tremblay. Ensemble, ils ont acheté une terre d’un hectare et cultivent des légumes biologiques. 

Des paniers qui permettent une rentrée d’argent

 «Le principe des paniers, c’est que les membres payent d’avance. Ce n’est pas que charmant, mais nécessaire pour nous, parce qu’on avait peu de moyens quand on a débuté. On avait 21 paniers la première année (2016), 48 la deuxième (2017), 106 l’année dernière (2018) et cette année, tout près de 200. L’engouement est là, c’est parti de Montréal, ça s’en vient vers l’est. En ce moment, on est en plein dedans», expliquent les maraîchers de Saint-Vallier.

De son côté, la coopérative La Mauve a poussé le concept à un autre niveau. Cette dernière fait affaire avec plusieurs fermes de la région afin de rassembler une large gamme de produits qu’elle peut redistribuer via ce même concept de paniers. Elle compte à ce jour, 23 maraîchers certifiés biologiques, 12 éleveurs de viandes avec un cahier de charges strictes et certains transformateurs d’aliments de la région de Bellechasse.

«L’idée vient des producteurs qui voulaient s’unir pour offrir plus de produits aux abonnés. Le but premier, c’est d’être bio et local, mais aussi que ce soit le circuit le plus court possible. Les producteurs locaux viennent chez nous et nous, nous allons vers les abonnés qui se situent majoritairement à Lévis et Québec. Notre philosophie là-dedans, c’est de rassembler le plus de monde possible pour offrir le plus grand choix», assure Carolyne Hamel, directrice générale de La Mauve.

De son côté, la ferme laitière Phylum, située à Saint-Nicolas, lancera en septembre prochain un concept unique au Québec inspiré de la formule des paniers.

«Depuis 2015, il y a une baisse énorme du prix du lait. Il y a une flambée du prix des intrants pour le marché de l’alimentation. Nos coûts de production ont explosé, mais pas nos entrées. On se retrouvait devant un choix, soit on arrêtait la production ou on innovait», ajoute Patrick Soucy, copropriétaire de la Ferme Phylum. Ces derniers proposeront des paniers de produits laitiers qu’ils auront eux-mêmes transformés à leur usine. 

Une envie de faire découvrir

 La Mauve, Les Jardins du futur simple et la Ferme Phylum s’entendent tous sur le fait que les aliments qu’ils produisent ne peuvent pas se comparer aux produits vendus dans les magasins grande surface étant donné la fraîcheur de ces derniers. 

«Les gens qui adhèrent à cette philosophie aident une famille, mais les produits sont réellement meilleurs au goût. C’est surtout ça qui attire les gens», avance la représentante de La Mauve.

«En produisant nous-même notre lait, nos produits sont certifiés clean label, donc ils sont le moins dégradés possible lors de la transformation. C’est l’envie de faire découvrir des produits frais et naturels. Le goût est bien meilleur et les gens nous le disent», ajoute Patrick Soucy.

«Le créneau dans lequel on est, c’est une fraîcheur absolue. Certains légumes qu’on va livrer aujourd’hui ont été cueillis ce matin. La qualité et le goût prônent. En épicerie, on n’a plus accès à ce qu’on met en terre ici. Les enfants de nos membres ont hâte de manger des légumes!», conclut Mathieu Fontaine.

Les plus lus

C'est la fin pour le Cosmos Café Lévis

La COVID-19 aura eu raison d'un autre commerce lévisien. Les associés derrière la chaîne de restaurants Cosmos ont annoncé, le 16 juin, à leurs employés et à leurs partenaires qu'un processus est en cours afin de vendre l'établissement de Lévis, situé dans le quartier Miscéo.

Le Pacini de Lévis définitivement fermé?

Un autre restaurant lévisien sera vraisemblablement une nouvelle victime de la COVID-19. Selon un article de La Presse, le restaurant Pacini de Lévis n'ouvrira plus ses portes.

Ouverts ou fermés le 24 juin et le 1er juillet?

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation a tenu à rappeler aux commerçants et aux consommateurs, le 16 juin, que les commerces de détail devront fermer leurs portes au public le mercredi 24 juin, à l’occasion de la Fête nationale du Québec, et le mercredi 1er juillet, à l’occasion de la fête du Canada. 

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

Un nouvel honneur pour le Quality Inn & Suites de Lévis

Dans le cadre des prix Satisfaction de la clientèle 2020, Choice Hotels Canada a remis le prix Platine au Quality Inn & Suites de Lévis. Cette distinction récompense les hôtels canadiens «pour leur excellence opérationnelle et leur dévouement à offrir un service de qualité supérieure».

Lettre ouverte - L’acquisition d’un traversier d’outre-mer par le gouvernement fédéral sera-t-elle vraiment une solution temporaire?

Le gouvernement fédéral a fait l’annonce, la semaine dernière, de l’acquisition d’un traversier espagnol, le NM Villa de Teror, pour desservir les Îles-de-la-Madeleine. Bien qu’il s’agisse officiellement d’une solution dite «temporaire», en attendant la construction d’un navire de remplacement permanent par le Chantier Davie, la situation nous inquiète et nous amène à demander des précisions au go...

Unis pour Lévis : une initiative pour l’achat local

La Chambre de commerce de Lévis (CCL) a lancé Unis pour Lévis dans le cadre du programme de Desjardins Du cœur à l’achat sur la plateforme La Ruche, le 29 juin. La CCL souhaite récolter 25 000 $ pour les entreprises d’ici et Desjardins s’engage à remettre le même montant qui sera amassé, jusqu’à concurrence de 25 000 $, à deux organismes qui se le partageront, c’est-à-dire l’ADOberge et la Fondati...

Une place éphémère à la tête des ponts tout l’été

À l’aube de la construction du nouveau quartier à la tête des ponts, l’Escale Cocité́ a été installée par le promoteur immobilier. À l’image d’une plage, le lieu se veut un espace de détente, où il sera aussi possible de se restaurer.

Soupir de soulagement pour les restaurateurs

Privés de leur salle à manger depuis la mi-mars en raison de la COVID-19, les restaurateurs ont dû faire des pieds et des mains pour maintenir leur commerce en vie. Depuis le 15 juin, les restaurants ont obtenu le feu vert de la Santé publique, tout en respectant les règles établies entourant la situation de pandémie, afin d’accueillir de nouveau leur clientèle dans leur salle à manger.

Un gadget pour faire respecter la distanciation sociale

Désirant aider ses homologues à ce niveau, Innovex, une entreprise de Saint-Nicolas, a récemment conclu un partenariat avec la firme italienne AME afin de distribuer sur le marché canadien l’EGOpro, un distanciateur qui permet de s’assurer que les personnes se trouvant dans une usine ou un commerce respectent la distance de deux mètres entre chacune d’entre elles.